Warcraft : flop aux États-Unis mais succès pharaonique en Chine

Jean-Luc Hassaique | 13 juin 2016
Jean-Luc Hassaique | 13 juin 2016

Depuis plusieurs mois, tout indiquait que Warcraft souffrirait au box-office américain. En chine en revanche, c’est une toute autre histoire.

Avec 24 millions de dollars, le blockbuster produit par Universal et réalisé par Duncan Jones s’est mangé un mur sur le territoire américain, réalisant une contre-performance plus cinglante encore que celle de John carter, autre super-production (plus coûteuse encore) devenue synonyme d’accident industriel. Pour autant le bilan du film ne saurait être perçu comme intégralement négatif, loin de là.

 

Duncan Jones

 

On savait déjà depuis sa sortie sur divers territoires européens que le film rencontrait le public hors du sol américain. Mais c’est en Asie et plus particulièrement en Chine et les Orcs ont fédéré, au-delà de toutes les attentes. Le métrage a amassé 145 millions de dollars en Chine, en quatre jours à peine. Une performance qui lui permet de battre le record précédemment établi il y a un an par Fast & Furious 7.

Par conséquent, voire débarquer une fournée de suites n’a rien d’impossible. Reste à savoir comment Universal va mener cette barque à l’attelage inattendu, la licence Warcraft demeurant une valeur forte, dont l’exploitation démontre le potentiel, même si le studio devra peut-être repenser sa logique de territoires, afin d’en tirer le meilleur parti.

 

Warcraft Affiche française

 

 

Tout savoir sur Warcraft, le commencement

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Oziris
15/07/2016 à 05:02

Tellement simple à expliquée . Les acteurs principal meurt . Ces pas dans la moraliter et les valeur américaine. Si un film veux faire box office . Les vilain meurt et les bon gagne point final .

Bleh
14/06/2016 à 15:30

John Carter c'est agréable maIs sans plus, Warcraft est mal fichu sur le rythme, mais reste agréable tout de même, mais encore une fois, sans plus.

Pacific Rim et Jupiter Ascending.... s'il vous plait, on parlait de cinéma non ?

Ann Perkins
14/06/2016 à 11:18

@Hasgarn

Ces indices sont intéressants mais n'ont rien de solide. Notamment parce qu'il y a une certain nombre de critiques et avis spectateurs très mitigés (euphémisme) sur John Carter, Warcraft et Pacific Rim.

Je parlais de films qui ont une vraie force et resteront dans les mémoires, pas de bon spectacle bien façonné, qui plaît et offre au public ce qu'il souhaite. Je doute fortement que ces films resteront puissants dans l'imaginaire collectif, et sauront sortir de la masse avec un peu de recul - John Carter sorti il y a six ans n'a pas été vraiment sauvé avec ces quelques années, et il a été globalement descendu de tous les côtés.

Encore une fois, je ne dis pas que ton avis ne compte pas. Je dis : se baser sur ton avis, et sur une poignée d'autres, pour tirer un avis global, n'a pas plus de valeur que si je venais dire "ces films sont abominables, la preuve regardez cette revue de presse, regardez le box office américain. Les Américains moins gamers Warcraft que les Chinois ont pas aimé, c'est bien la preuve que le film en tant qu'objet filmique n'est pas bon". Combat de fausses vérités car basées sur la subjectivité pure.

Ensuite, je maintiens que cette lecture de l'industrie hollywoodienne basée sur trois exemples chers à ton coeur ne tient pas. Ce n'est pas tant que c'est faux, mais que c'est incomplet, simpliste.
Et si tu en viens à parler de bénéfice pour ton argument, on en revient justement à l'aspect business dont je parlais, qui est particulièrement important dans le blockbuster. D'où un équilibre très difficile à trouver avec l'art, et des studios qui suivent le public pour les bénéfices et donc reproduisent des schémas. Et donc, un aspect artistique pas toujours brillant.

Mais encore une fois : considérer Warcraft et Pacific Rim comme des objets artistiques nobles n'est pas une vérité (c'est un avis) sur laquelle on peut baser tout un argumentaire.
Avant ça, il faudrait encore expliquer en quoi selon toi ces films sont si fantastiques, et sans faire juste appel à des revues de presse.
On a tous constaté que certains films à leur sortie sont détestés puis rachetés avec le temps... mais aussi que beaucoup sont bien voire très bien accueillis (critique et public) en salles, puis oubliés, voire reniés avec le temps, car consommés comme les simples produits qu'ils sont.

Hasgarn
14/06/2016 à 09:10

Combien de films les studios ont porté en connaissance de cause, sachant leur qualité ?
On en trouvera, c'est certain et c'est très bien mais ces film n'étaient pas des blockbusters, et on trouve meme des films qui ont cartonné alors qu'on en attendait rien (6e sens).
Quant à la qualité des films que j'ai en exemple, je te propose de voir les notes sur allocine, imdb, sens critique et roten tomatoes. 2 sites français, un international et un américain. Tu verras, c'est surprenant. J'ajoute que le film le mieux noté par les speacteur sur allocine est WarCraft et qu'il se situe dans une moyenne sur les autres sites. Il est le film le plus clivant, les critiques professionnels n'ont pas été convaincu.
Il s'agit de la somme des subjectivités.

Et puis, je ne parle pas d'informatique mais précisément de développement informatique. Ce n'est pas de la vente de pc mais la fabrication de logiciel. Et c'est autant industriel qu'artistique, le jeu vidéo, par exemple. C'est en fait très proche du cinéma et c'est un marcher considérablement plus important que le cinéma. J'ai bossé dans une société dont le bénéfice était de 2 milliards. Pas chiffre d'affaire, bénéfice.

Ann Perkins
13/06/2016 à 17:59

@hasgarn
Ca me semble bien simpliste comme lecture des studios américains quand même non ? Pour ces exemples "incompris", on pourrait facilement trouver des pépites portées par des studios jusqu'au public.

Et surtout ça se base sur une totale subjectivité : Warcraft, Pacific Rim, John Carter seraient de très bons films.
La subjectivité au cinéma, c'est évidemment normal ! Mais de là à se reposer dessus pour tirer un jugement comme ça... pas sûr que ce soit crédible.

A ce niveau, le cinéma est plus une industrie qu'un art, vu les sommes en jeu. Donc l'équilibre entre les deux reste probablement plus compliqué que l'informatique.

Hasgarn
13/06/2016 à 17:40

Les Américains n'ont pas aimé beaucoup de bons films qu'ils ont produits. C'est un fait.
De John Carter à Warcraft en passant par Pacific Rim, il y a foule d'exemple. Le directeur de Warner, quand il a acheté Matrix disait qu'il avait acheté un script génial, mais qu'il ne comprenait pas ce que c'était (sic).
Et voilà que le film est un carton et il ne comprenne pas.

En développement informatique, quand un truc tombe en marche, on se tue à la tache pour comprendre pourquoi, parce que c'est le pire cas de figure : ne pas comprendre.

Tout l'inverse des Ricains qui reproduisent sans chercher à savoir et qui juge un film sur ses performances au BO au lieu de chercher à comprendre pour quoi ça n'a pas marcher.

Et là, on a le cas ou un film est bon, révérenciel, finalement très tourné vers les fans du jeu (et ça explique pourquoi un pays comme la Chine et certainement la Corée du Sud ont fait un triomphe au film) et ils ont été incapables de le vendre (à des gens qui ne savent que consommer). Et le problème serait le film ?

Très peu pour moi. Rarement campagne aura été aussi nulle jusqu'à dénaturer le personnage de Llane et produire des affiches d'un commun que je qualifierais d'exceptionnel. Si le film se plante aux USA, c'est la faute à une mauvaise campagne et comme le dit champy, la critique américaine qui pour vendre du papier n'aime rien tant que plomber un film (Jupiter Ascending).

champy
13/06/2016 à 16:01

C'est la critique americaine, devenue trop bavarde, pessimiste et grincheuse qui fait problème aux usa! Faut pas qu'ils se plaignent...

Trinity
13/06/2016 à 15:12

@Hasgarn

Mais n'es-tu pas troll toi-même en disant que parce que les Américains n'auraient pas autant aimé que toi, ils ont "pas compris" ? Car oui, les goûts et les couleurs...

Reste que si la Chine devient bel et bien un facteur majeur dans la production de blockbuster, vu le système en place et la censure omniprésente, je crains de voir des films encore plus édulcorés pour obéir à ce marché.

Kwarks
13/06/2016 à 14:55

Bah bizarrement le film se laisse regarder, enfin pour ma part.

diez
13/06/2016 à 14:52

Cela va être intéressant de voir le projet de saga très américaine évoluer selon les envies de la Chine.

Réécriture totale des plans de la saga, acteurs chinois en premier plan, ...

Plus
votre commentaire