Pour Paul Haggis, son mélo Collision ne méritait pas l'Oscar du meilleur film

Geoffrey Crété | 14 août 2015
Geoffrey Crété | 14 août 2015

Vous trouviez que le mélo Collision avec Sandra Bullock, Matt Dillon, Don Cheadle et Thandie Newton ne méritait pas ses trois Oscars, dont celui du meilleur film ? Paul Haggis, le réalisateur et scénariste, partage votre avis.

En 2006, la cérémonie des Oscars rappelle une nouvelle fois sa nature de triste parade lorsque Collision remporte l'Oscar du meilleur film face au Secret de Brokeback Mountain, Truman Capote, Good night, and Good Luck, et Munich. Presque dix ans plus tard, le réalisateur et scénariste Paul Haggis confie à HitFix qu'il a été le premier surpris :

"Est-ce que c'était le meilleur film de l'année ? Je ne pense pas. Il y avait de grands films. Good Night and Good Luck, film exceptionnel. Capote, film formidable. Brokeback Mountain, un grand film. Et Munich de Spielberg. Franchement, quelle année"

 

Image 105072

 

"Pour une raison quelconque, Collision a touché et influencé les gens. Et on ne peut pas juger ce genre de film de cette manière. Je suis très content d'avoir ces Oscars. Ce sont des objets ravissants. Mais il ne faut pas me demander quel était le meilleur de l'année, parce que je ne voterais pas pour Collision, simplement parce que j'ai vu le talent qu'il y avait dans les autres"

Une sincérité qui a provoqué quelques remous et poussé Haggis a préciser par la suite sa pensée auprès de Showbiz 411 :

"Je suis très fier de Collision, et suis honoré d'avoir été choisi parmi les meilleurs films de l'année - particulièrement une année où il y a eu tant de films incroyables et audacieux. C'est injuste et plutôt ridicule de demander à un réalisateur si son film était 'le meilleur'. Etant canadien je ne serai jamais celui qui se lève et affirme 'Oui, mon film méritait absolument de gagner face à tous ces films exceptionnels'. Ca n'arrivera jamais."

Une réponse légitime qui rappelle néanmoins que le succès de cette époque semble lointain. Nommé pour le scénario de Million Dollar Baby en 2005, cité trois fois pour Collision et reparti avec deux statuettes en 2006, à nouveau nommé pour le scénario de Lettres d'Iwo Jima en 2007, Paul Haggis avait permis à James Bond de renaître en signant Casino Royale. Depuis, il a connu de sévères retours de flamme comme scénariste (Quantum of Solace, Dans la vallée d'Elah) et réalisateur (Les Trois Prochains JoursPuzzle sorti discrètement malgré son gros casting).

Mais Paul Haggis a au moins une chose pour lui : la lucidité. Lorsque The Hollywood Reporter avait interrogé une centaine de membres de l'Académie des Oscars pour revoir quelques prix de la prestigieuse cérémonie, Le Secret de Brokeback Mountain était ressorti largement devant Collision.

 

commentaires

JK
15/08/2015 à 18:18

Je suis assez d'accord avec toi sur comment on devrait employer le verbe, et pour qui. D'ailleurs, les Oscars vont dans ce sens puisque c'est le producteur qui reçoit l'oscar du meilleur film, et non le réalisateur (contrairement aux Césars en France).
Pour ce qui est du passage de l'article, c'était véritablement la construction de la phrase par rapport aux précédentes qui me gênait, pas une utilisation erronée du verbe.

Et puis, c'est vrai, c'est surtout pour moi que ce point devait être éclairé, pas forcément pour les autres... Sur le coup, je me suis dit que l'auteur s'était trompé, après j'ai compris qu'il parlait du scénario et non de la réalisation.

J'aurais tendance à penser, au final, qu'il y a plus de gens qui n'ont pas lu l'article ou se fichent de Paul Haggis, que de gens qui savent qu'il n'a pas réalisé de James Bond ! :D :D :D


Pour la comparaison avec Short Cuts, c'est sans doute parce qu'il s'agit du premier film choral que j'ai vu au cinéma, et ça avait été une révélation pour moi. Magnolia et Collision ont la même forme (le film choral) sans forcément appartenir au même genre, et on a beaucoup parlé de ces deux derniers. Collision a gagné beaucoup de prix, alors que Short Cuts, 13 ans plus tôt (le temps passe... !!!), n'a gagné "que" le Lion d'or à Venise. Égoïstement, en tant que spectateur, ça m'avait embêté à l'époque, un peu comme quand les spectateurs qui avaient vu Battle Royal avaient été ennuyés de voir le foin fait autour d'Hunger Games à sa sortie.

Et enfin, pour en revenir à l'article, je trouve les propos de Paul Haggis particulièrement intéressants et rares.

Gloubi
15/08/2015 à 15:34

Je comprends la logique (qui me semble effectivement être un abus de langage), mais dans ce cas on devrait dire "signer la réalisation" et pas "signer un film", pour le réalisateur. Parce que sinon, celui qui signe un film comme Casino Royale c'est le studio, c'est tout.
Signer le scénario, c'est quasiment un pléonasme à mes yeux.
Et ce n'est pas parce que tout le monde emploie mal un terme qu'on peut ensuite faire remarquer à ceux qui l'utilisent bien, qu'ils manquent de clarté... selon moi, encore une fois.

Et "éclaircir un point de l'article" me semble un peu exagéré. Personne ne l'a relevé avant donc tout le monde a compris le sens de la phrase, ou tout le monde sait que Haggis n'a pas réalisé un James Bond. Ou tout le monde s'en contrefiche, mais je préfère les options précédentes.

Pour Short cuts je crois que personne ne viendra te contredire, même si je n'aurais jamais pensé à comparer les deux (mais que je vois pourquoi on peut le faire)

JK
15/08/2015 à 14:31

De mon côté, ce n'était pas tant une question de chercher la petite bête que d'éclaircir un point de l'article. J'ai fait une simple remarque, syntaxiquement justifiée et dénuée de condescendance, sur un paragraphe qui ne me semblait pas très clair. Je comprends votre agacement, mais ce n'était pas mon objectif que de le susciter.

La remarque de Gloubi sur le verbe "signer" est tout à fait bien vue étymologiquement parlant. La mienne également dans l'usage : des dizaines d'articles vont dire que Ridley Scott a signé de nombreux chefs d'oeuvre, sachant qu'il n'en écrit jamais les scénarios.

Ainsi, dans l'usage encore une fois (et sans doute par abus de langage), un scénariste ne signe jamais un "film". Un scénariste en signe le "scénario". Celui qui "signe" un film, c'est le réalisateur. D'où ma confusion lors de la lecture de l'article.


Sinon, dans le genre de Collision, je trouve qu'il est plus intéressant de revoir Short Cuts.

Garfunkel
15/08/2015 à 12:33

C'est effectivement chercher la petite bête et faire du bruit pour bien peu, je suis au moins d'accord sur ce point (et sur celui d'avant à propos du verbe "signer" qui concerne avant tout le scénariste, ou le réal s'il l'a écrit ; mais s'il faut prendre en compte le défaut du langage qui dira "signer" pour la réalisation...)

Sinon Collision est surestimé oui, clairement (ou du moins l'a été)
Million dollar baby aussi cela dit

JK
15/08/2015 à 12:08

@Gloubi
Je pense que le verbe "signer" peut être également utilisé au figuré. Ainsi, au générique d'un film, on peut dire que c'est le réalisateur qui signe son film.

Si l'on considère les phrases précédentes, il y a de plus un changement dans l'objet. L'auteur de l'article parle du "scénario d'Iwo Jima" et du "scénario de Million Dollar Baby", mais il parle du film "Casino Royale". C'est donc sur ce point qu'il manque quelque chose, je trouve.
Ce n'est qu'un détail, ce n'est pas grave du tout... j'ai néanmoins trouvé la phrase floue sur le moment.

Pour ce qui est de Casino Royale, tout les gens qui cliquent sur Ecran large ne savent pas nécessairement qui l'a réalisé...

Mais bon, beaucoup de bruit pour rien.

Gloubi
15/08/2015 à 00:41

@JK
Le mot "signer" aide peut-être ? "Signer", comme avec sa plume ? De scénariste, d'auteur ?
Sans compter que tout le monde ici sait qui a réalisé Casino Royale si je ne m'abuse

JK
14/08/2015 à 20:23

Précisez bien que Paul Haggis a signé le scénario de Casino Royale, et pas la réalisation (de Martin Campbell)... la phrase prête un peu à confusion.

Vickers
14/08/2015 à 15:58

De toute façon, la descente de Haggis (si l'on considère que Million Dollar est un bon scénario déjà) ne repose pas que sur Quantum. Il a eu son époque, un peu incompréhensible.

Lolo Pecho
14/08/2015 à 15:20

Quantum of Solace a eu un scenario bâclé à cause de la grève des scénaristes de 2008, rajoutez à cela le mauvais Marc Foster et vous obtenez une belle purge.

Holly Body
14/08/2015 à 11:46

@Hasgarn
Pas vraiment d'accord, surtout avec le fait que tu affirmes ce qui n'est qu'un simple avis.
Le scénario de Quantum (notamment le bad guy et la girl) sont bien plats, là où ceux de Casino Royale sont très bien dessinés (et l'enjeu principal, Vesper, est bien mené, donnant à tout le film une teinte très particulière).
Donc je pense pas que Mendes en aurait fait des merveilles (après tout il n'a pas du tout sauvé les grossières failles de Skyfall, il a juste jeté de la poudre aux yeux avec sa caméra et sa lumière)

Plus

votre commentaire