Ron Perlman veut Hellboy 3 mais refuse le financement participatif.

Christophe Foltzer | 19 juin 2015
Christophe Foltzer | 19 juin 2015

Il y a deux semaines, Ron Perlman s'était fait remarquer à l'occasion d'une nouvelle tentative pour créer la hype autour d'un possible Hellboy 3. Mais il n'est pas prêt à faire n'importe quoi pour que cela arrive.

Les deux Hellboy sont d'excellents films qui ne feront que se bonifier avec le temps. C'est d'autant plus dommage qu'ils n'aient jamais vraiment rencontré leur public, condamnant d'avance la possibilité d'un troisième épisode.

Mais Ron Perlman veut y croire et milite activement depuis quelques années pour que le film se monte. Alors que les studios ne semblent pas enclins à accéder à son désir, le comédien a donc récemment tenté de mobiliser les fans sur les réseaux sociaux pour créer une hype publique qui puisse convaincre les décideurs qu'un gros parterre de fans existe et réclame la suite.

Néanmoins, il n'est pas prêt à faire n'importe quoi pour réaliser son rêve et ne veut pas franchir certains limtes, comme il l'a déclaré au micro de Digital Spy il y a quelques jours. En ligne de mire, le financement participatif. Ron Perlman s'élève donc contre cette nouvelle mode dangereuse qui consiste à ce que les studios demandent au public de financer en partie le film qu'ils veulent voir pour ensuite payer un ticket pour le découvrir en salles, sous prétexte de minimiser les risques financiers pour la compagnie. Une utopie geek déjà récupérée et contre laquelle Hellboy s'élève.

Selon lui, ce n'est pas aux fans de financer un film, il faut laisser cela aux professionnels dont c'est le métier. Le seul rôle du public dans cette histoire étant bien évidemment d'acheter son billet et d'aller voir le film en salle.

Des paroles d'une grande sagesse et d'un profond respect qui font très plaisirs par les temps qui courent. Merci Mr. Perlman.

commentaires

tenia
20/06/2015 à 12:31

Il parle d'un vrai souci qui a déjà été maintes fois relevé par les professionnels qui est qu'effectivement, le public se retrouve à filer 2 fois du pognon : une fois pour le financer, et une autre fois pour le voir.

Après, on ne va bien évidemment pas demander au public de filer $85M, mais il est évident que venir devant un studio avec un apport de $5-6M générés par plusieurs dizaines-centaines de milliers de personnes rassure, car cela montre qu'il y a bien un public potentiel. Ce n'est pas qu'une question de gros sous, mais aussi une question de confiance. Le studio doit pouvoir engager son budget sans craindre de faire un flop.

Zanta
19/06/2015 à 21:03

En même temps, le bonhomme est juste réaliste.
Zach Braff qui veut radoter avec Wish I Was Here, ou Rob Thomas qui veut conclure Veronica Mars, c'était 6 millions de dollars de budget.
Alors qu'Hellboy 2... 85.
Donc oui, mieux vaut aller voir les monsieurs en costard autour de la grande table.

votre commentaire