Sofia Coppola ne réalisera pas La Petite Sirène pour Disney !

Geoffrey Crété | 3 juin 2015
Geoffrey Crété | 3 juin 2015

Liée depuis un an au projet développé chez Universal, Sofia Coppola a finalement abandonné l'adaptation de La Petite Sirène.

Premier soubresaut dans l'affreuse valse des adaptations du répertoire de Disney ? Alors qu'une montagne de projets a été annoncée suite au succès phénoménal de Maléfique avec Angelina Jolie, la réalisatrice Sofia Coppola a abandonné La Petite Sirène, nouvelle adaptation du conte d'Anderson popularisé par le dessin animé de 1989.

La réalisatrice et scénariste oscarisée était attachée au projet depuis mars 2014. Projet qui, aux yeux de tous, semblait parfaitement correspondre à ses thématiques de prédilection - la fin de l'innocence, la frontière entre l'enfance et l'adolescence, l'héroïne mélancolique. Sans surprise, la raison officielle cite des différends artistiques. Variety précise que c'est à cause du choix de l'actrice principale que Coppola et le studio se sont opposés : la réalisatrice aurait voulu Maya Thurman Hawke, la fille d'Uma Thurman et Ethan Hawke, ce qui n'a pas convaincu les producteurs. Avant elle, Joe Wright (Hanna, Pan) avait lui aussi quitté le projet.

 

 

La Petite Sirène n'est qu'un projet parmi beaucoup d'autres. Sont ainsi attendus, après Maléfique, Jack le chasseur de géants et Cendrillon : Dumbo, La Belle et la Bête avec Emma Watson, deux versions du Livre de la jungleMulan, Winnie l'Ourson, Pinocchio, ou encore le prequel de Blanche-Neige et le Chasseur, intitulé The Hunstman. De quoi se préparer à l'annonce d'un Aladdin.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Bradmajors
02/06/2015 à 07:42

Voilà, le film ne sera pas au sujet de la crise d'adolescence de la petite Sirène, au caractère, maussade, mélancolique, en pleine crise d'adolescence et obligée de porter un masque en public, de simuler la légèreté et la joie de vivre, le tout sur musique des années 80:::

stivostine
02/06/2015 à 06:55

c'est parce qu'elle s’appelle Copola, ca aide plus que dushmoll

Ann Perkins
01/06/2015 à 23:33

Plutôt chouette ?
Hmm vaste question. Autant on va dire qu'il y a un certain consensus sur Virgin suicides et Lost in Translation (suivi d'un Marie Antoinette déjà très mitigé), autant on peut vraiment, vraiment, remettre sérieusement en question son talent de réal et scénariste avec Somewhere et Bling Ring. Perso je la trouve plus que surestimée et ne comprends pas ceux qui la défendent vu ses deux derniers films (au moins).

Zanta
01/06/2015 à 23:18

Tant mieux ;
Il aurait été dommage de risquer de ternir une plutôt chouette filmographie...
Même si le projet était cohérent avec son univers.

votre commentaire