Kingsman : Services Secrets accusé de sexisme, le réalisateur tacle les "foutues féministes"

Jacques-Henry Poucave | 20 février 2015
Jacques-Henry Poucave | 20 février 2015

Kingsman : Services Secrets a beau être très apprécié de la presse et des premiers spectateurs qui l’ont découvert, certains et certaines se sont offusqués d’un de ses gags finaux, perçu comme méchamment sexiste.

Attention SPOILERS. Parce que sauver le monde, c’est bien, mais pas assez, le héros interprété par Taron Egerton se voit récompensé dans le film par une petite séquence de sexe anal qui n’est pas sans rappeler la conclusion des bon vieux James Bond d'antan, en plus azimutée.

Ni une ni deux, on est venu chercher des poux dans la tête du réalisateur Matthew Vaughn, accusé de faire n’importe quoi avec l’image de la femme et de reconduire de vieux schémas sexistes et patriarcaux à base de saillies sauvages en forme de gratification. Le metteur en scène s’en est expliqué dans les colonnes d’Entertainment Weekly.

« Ce qui s’est passé, c’est que j’ai étudié tous les vieux films, en particulier les James Bond. A la fin de Moonraker, il flotte dans l’espace, sur le Dr Goodhead, et un homme dit "Bond va faire son entrée". Dans L’Espion qui m’aimait, un type dit qu’il "relève la Grande-Bretagne".

Toujours des sous-entendus assez forts, qui viennent toujours d’hommes.

Je me suis juste dit que ce serait super de renverser cette situation en faisant prononcer cette plaisanterie par le personnage féminin. En réalité je crois que ça lui donne le pouvoir.

Des foutues féministes m’accusent d’être misogyne. Alors que j’ai le sentiment qu’elles ne pourraient pas être plus éloignées de la réalité.

C’est une célébration de la femme et la femme prend le pouvoir d’une drôle de façon dans mon esprit, ce qui va encore déclencher une grosse polémique, c’est sûr. C’est juste fait pour être une plaisanterie ironique et délirante. »

Célébration de la femme… Le réalisateur de Kingsman : Services Secrets va sans doute un peu vite en besogne, en rajoutant une couche de provocation à l’intention des « foutues féministes », qui ne va pas l’aider à s’extraire de la polémique.

Néanmoins et pour sa défense, il semble évident que ce gag final ne saurait être pris au sérieux, tant il s’amuse à pousser la vieille logique des films d’espionnage à la papa dans une direction qui tend purement vers l’absurde. Pour un résultat qui plutôt que de dénoncer le cinéma d’hier, en souligne les tares d’un clin d’œil sans se les approprier pour autant.

Enfin, rappelons que le personnage le plus charismatique, puissant et iconique de ce film indiscutablement masculin… n’est autre qu’une femme, interprétée par la tranchante Sofia Boutella.

Tout savoir sur Kingsman : Services secrets

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Caracalla
22/02/2015 à 17:56

On est encore là en France ? Le bon vieux clivage Mièvre : Bien, Violent : Mal.

C est vrai que les récits fondateurs de l humanité L'Iliade, Shakespear et co sont "lolilol kawai Mon Petit Poney".

La violence fictionnelle comme l horreur est cathartique.

Regarde l origine et le but premier des contes ... Enfin bon bref, bisous.

SOFIA
22/02/2015 à 01:13

Juste sanguinaire et sans esprit...
A ce stade, même Inspecteur Gadget possède plus de subtilité.

Bolderiz
20/02/2015 à 16:04

D'accord avec Dirty... C'est un peu comme Télérama, s'ils détestent il y a de grandes chances que ce soit bon...

Francisco
20/02/2015 à 15:52

Dirty Harry, tu as tout dit.

kara2012
20/02/2015 à 14:44

"Enfin, rappelons que le personnage le plus charismatique, puissant et iconique de ce film indiscutablement masculin… n’est autre qu’une femme, interprétée par la tranchante Sofia Boutella."

et qu'une autre jeune fille a un rôle presque aussi important que le jeune suivi par Colin Firth

Caracalla
20/02/2015 à 14:10

C est d autant plus risible si l on prends du recul. Le film nous tanne littéralement le propos suivant : La noblesse n'est pas une question de caste, de sexe ou d'origine mais bien d abnégation, d empathie et d idéaux. C est TRES SEXISTE tout ça ...

Caracalla
20/02/2015 à 14:03

90 pourcent des gens jugent et blâment un film sur des détails et JAMAIS à l aune de ses intentions, son fond et ses prises de risques narratives ou techniques. Dès lors pas étonnant qu'on blâment les bons films et qu'on porte en triomphe les nanars les plus avilissant. Rappelez vous le sort réservé â certaines oeuvres jugées cultes de nos jours.

Dirty Harry
20/02/2015 à 11:45

Chaque fois que les féministes chouinent et s'indignent sur des films (notez le manque de courage, elles ne vont pas s'en prendre à Goldman Sachs ou Lagardère...), c'est à coté de la plaque (vision tronquée du film, malhonneteté intellectuelle...). Body Double, Death Proof, Gone Girl et maintenant Kingsman, on peut même dire que ces personnes sont comme une boussole qui fonctionne à l'envers : si elles s'indignent contre un film, c'est que le film est bon.

votre commentaire