Wesley Snipes aurait essayé d’étrangler le réalisateur de Blade Trinity

Perrine Quennesson | 23 novembre 2012 - MAJ : 30/08/2018 14:33
Perrine Quennesson | 23 novembre 2012 - MAJ : 30/08/2018 14:33

Dans une interview pour AV Club, l'acteur Patton Oswalt revient sur son expérience dans Blade : Trinity et, en particulier, sur les disputes fréquentes entre Wesley Snipes et le réalisateur David S. Goyer.

Il explique : « Wesley était juste complètement fou mais de façon quasi-comique. Il ne sortait jamais de sa caravane et il fumait toute la journée. Puis, un jour sur le tournage, je me rappelle, ils ont laissé tout le monde choisir leurs vêtements. Et il y avait cet acteur black qui a mis un t-shirt avec écrit Garbage (déchet) dessus, en grosses lettres. C'était son propre t-shirt. Et Wesley est arrivé sur le plateau, ce qu'il ne faisait que pour les gros plans. Pour tout le reste, c'était sa doublure. Je n'ai fait qu'une scène avec lui. Mais bon il arrive et il dit à Goyer : « il n'y a qu'un seul autre black sur ce film et tu lui fais porter un t-shirt qui dit « Déchet » ? T'es un putain de raciste ! Et il a essayé d'étrangler David Goyer.

 

 

Plus tard cette nuit-là, nous sommes allés dans un strip club. Il y avait une bande de bikers et David leur a dit : «  Je vous paye vos verres si vous venez demain sur le plateau et vous faites passer pour mes gardes du corps ». Wesley a flippé et est rentré dans son van. Le lendemain, il est venu voir Goyer et lui a dit « Je pense que tu devrais quitter le tournage. Tu es nuisible à ce film » ce à quoi David lui a répondu « Et pourquoi, toi, tu ne quitterais pas le tournage ? On a tous tes gros plans et on peut tourner le reste avec ta doublure. » Et ça a tellement énervé Wesley que, jusqu'à la fin du tournage, il ne communiquait avec Goyer que par post-it. Des Post-it qu'il signait : ‘de la part de Blade' ».

 

Tout savoir sur Blade : Trinity

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire