Jane Russell n'est plus.

Simon Riaux | 1 mars 2011
Simon Riaux | 1 mars 2011
Jane Russell, fantasme absolu de tout cinéphile qui se respecte, s'est éteinte lundi à l'âge de 89 ans, à son domicile de Santa Monica. La brune incendiaire à la carrière trop brève avait enflammé le coeur des spectateurs de son jeu et de ses formes.

Rompues aux arts de la scène et du cirque, la légende prétend que Howard Hughes, qui allait devenir son Pygmalion, tomba sur elle chez son dentiste, où elle effectuait un job alimentaire de réceptionniste. Il la choisit sur le champ pour interpréter un rôle qui fit scandale et marqua les esprits dans Le Banni. Il lui offrira plusieurs rôles et encadrera son image de pin-up, notamment avec Les Hommes préfèrent les blondes, où elle partage l'affiche avec Marilyn Monroe.

Sa vie fut marquée par la dichotomie entre sa carrière et ses opinions personnelles. Le milieuxdans lequel elle évolua était majoritairement démocrate et progressiste, alors que la star s'est elle-même toujours définie comme une personne conservatrice et très croyante, ouvertement républicaine et opposée à l'avortement, suite à un terrible accident survenu dans sa jeunesse. Elle disait être « née pour le mariage, la famille et la foi dans le Christ. »

Avec elle, c'est une époque qui a achève de disparaître, celle où les sex-symbols pouvaient faire rêver une génération entière en ne révélant que quelques centimètres carré de chair, et embraser une salle de cinéma d'un regard.

 

 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 

 
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire