Brad et Angelina : de l'eau dans le gaz ?

Julien Dury | 2 juin 2009
Julien Dury | 2 juin 2009
L'homme le plus heureux du monde. Voilà comment Brad Pitt se décrivait voici quelques jours, histoire de faire taire quelques rumeurs quant à sa relation avec Angelina Jolie. Il faut avouer que le couple n'a pas donné les signes d'une passion brûlante lors du dernier Festival de Cannes. Venu défendre Inglorious basterds, Brad n'a été rejoint qu'au dernier moment par son amoureuse. Le couple a ensuite évité de se pavaner, pour vite rejoindre un discret hôtel à quelques kilomètres de là. Certes, la discrétion est le privilège des couples les plus solides, mais le contraste est flagrant par rapport à l'an dernier. A l'époque de la présentation de L'Echange, le couple ne cessait de se bécoter comme des lycéens acnéiques.

 

Bref, nos lecteurs les plus aigris seront certainement heureux de connaître les sept failles dans le couple parfait, telle que données par le Sun :

 

1) Toujours en tournage chacun de leur côté, Brad et Angelina n'ont que peu d'occasion de se voir. Là, la solution est simple : refaire un film ensemble. Puisque Mr. & Mrs. Smith était une comédie de remariage sur fond d'espionnage, adoptons la stratégie inverse et proposons un long-métrage intimiste de trois heures sur une rupture douloureuse. S'ils survivent à ça, plus rien ne les séparera.

 

 

2) Angelina voudrait encore adopter, alors que Brad commence à être légèrement saturé - bien qu'il affirme le contraire dans l'interview plus haut citée. A déjà six enfants (dont trois certifiés d'origine), on peut comprendre que la boulimie maternelle de sa compagne commence à lui courir sur le haricot. Peut-être peut-il en vendre un à la Scientologie en faisant croire à une fugue, ça ne fera que des heureux.

 

3) Brad serait de plus en plus lassé par la présence envahissante de James Haven, le frère d'Angelina. Avouons que celle-ci a une manière toute personnelle de montrer son affection fraternelle (voir ci-dessous). Le beauf a poussé la proximité jusqu'à se rendre au dernier accouchement de l'actrice, avant de se faire vertement rabrouer par Brad. C'est déjà un bon début.

 

 

4) Angelina ne parviendrait pas à partager son goût pour les conversations d'un haut niveau intellectuel. La comédienne est une fanatique avouée d'Atlas Shrugged, interminable pensum libertarien, qui apporte la preuve que les meilleures intentions font les pires pavés. Quant à Brad, il emploie plutôt son temps libre à boire quelques bières. Comme un bon milliard de couples a survécu à ça, on ne se fait pas trop de soucis.

 

5) Tandis qu'Angelina préfère la côte Est, Brad a une prédilection pour Los Angeles où il possède la majorité des ses amis et résidences. Comme les voyages quotidiens en avion finissent par être épuisants, on conseille au couple de couper la poire en deux et de s'installer en Utah, véritable nid à mormons qui leur feront bon accueil.

 

6) Angelina supporte si mal les liens maintenus entre Brad et Jennifer Aniston que l'ancien couple doit démentir en public  s'être à nouveau rencontrés. Visiblement, il est plus ennuyeux de boire un coup avec son ex que rouler une pelle à son frère.

 

 

7) Quant aux parents de l'acteur, ils ne font qu'attiser la jalousie en gardant de très fortes relations avec Aniston. Brad a au moins la chance d'éviter la réciproque, puisqu'Angelina est fâchée à mort avec son père, Jon Voight - qui en 2002 la trouvait atteinte de sérieux troubles mentaux.

 

Et comme on aime les comptes ronds, rajoutons trois hypothèses de notre cru.

 

8) Malgré le nombre impressionnant de hamburgers qu'il avale dans Ocean's eleven et ses suites, la rumeur voudrait que Brad soit végétarien. On a connu des couples brisés pour moins que ça.

 

9) Angelina pourrait avoir mal supporté le rasage de la charmante moustache arboré par l'acteur dans le dernier Tarantino. On sait que Brad a toujours eu un goût contestable concernant sa pilosité faciale. Souvenons-nous du bouc qu'il mit des années à éliminer. Un déplorable symbole des années 1990, qui fit hélas de nombreux émules.

 

10) C'est encore la faute de Benoît XVI.

 

Source : The Sun

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire