Bande originale : Inside man

Stéphane Argentin | 15 avril 2006
Stéphane Argentin | 15 avril 2006

Collaborateur attitré de Spike Lee depuis Jungle fever en 1991 (les précédentes réalisations de Lee étaient orchestrées par son père, Bill Lee, lorsqu'il ne recourt pas à des chansons d'artistes connus), Terence Blanchard est à nouveau de la dernière aventure du cinéaste pour sa première expérience dans un « film de majors ». Mais ce n'est pas pour autant que le compositeur abandonne son bon vieux jazz. Un style qu'il parvient parfaitement à accommoder au sujet, à la croisée entre le rétro des polars des années 70 et le film de braquage moderne.

Exit donc les boites à rythme et les notes de synthèse, place aux bons vieux instruments à cordes (contrebasses, piano…) et à vent (Blanchard est lui-même trompettiste, l'un des deux instruments « classiques » du jazz avec le piano) pour un résultat qui entretient à la fois le mystère du cambriolage tout en soutenant les différentes joutes verbales d'Inside man au cours d'une B.O. 100% jazzy (à deux exceptions près) de 56 minutes au total sur 2h10 de long-métrage. Toutefois, si replacé dans le contexte du film, ce score remplit parfaitement son office, écoutés à part, certains morceaux finissent plus ou moins par se ressembler et il faut finalement s'en référer à la track list (cf. ci-dessous) afin de se repérer par rapport à la narration du film. Un reproche qui n'aura toutefois rien de préjudiciable pour les amateurs de jazz.

Deux exceptions se sont donc glissées au cœur des 27 pistes du score. La première, Nazis pay too well (n°17) qui, comme son nom l'indique, se réfère au nazisme et dont les 3min 53s ne seront pas sans rappeler les notes du Pianiste de Roman Polanski pour souligner la mémoire de l'Holocauste. La seconde, présentée ici en 27ème et dernière piste mais audible à la fois en ouverture et en clôture du film, est le remix de Chaiyya Chaiyya que Spike Lee voulait inclure dans l'un de ses futurs longs-métrages après l'avoir entendu dans le film Bollywood Dil Se.. (dixit l'interview qu'il nous a accordée). Un remix d'une musique d'origine indienne au relent de rap (l'un des personnages du film est Sikh et est pris à tort pour un intégriste arabo-musulman, soit deux croyances n'ayant strictement rien en commun) qui complète à merveille les différences et incompréhensions culturelles parfois (souvent ?) conflictuelles que Spike Lee cherche à souligner une fois de plus dans Inside man comme dans chacun de ses films.

Track listing :
  1. Ten thirty
  2. Thrown a bone
  3. Stevie Switcharoo
  4. Dalton's world
  5. 357
  6. 392
  7. 2nd floor window
  8. Defend Brooklyn
  9. Food chain
10. Above your pay grade
11. Everything hunky dory
12. Frazier's tour
13. Press here to play
14. Nothing yet
15. Demands in place
16. Here lies Peter Hammond
17. Nazis pay too well
18. Nice talking to you
19. They bugged us
20. Hostage takedown
21. Dr. Phil
22. Photo ops
23. ESU search
24. Dalton's cell
25. Follow the ring
26. Good and ready
27. Chaiyya Chaiyya Bollywood joint

Tout savoir sur Inside Man

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire