Ne Coupez pas, Filmo paie une sacrée tranche de ciné à ses abonnés en mai

La Rédaction | 13 mai 2022 - MAJ : 13/05/2022 15:10
La Rédaction | 13 mai 2022 - MAJ : 13/05/2022 15:10

Vous avez toujours rêvé de tirer du nazi au fusil de chasse ? Ou de découvrir les mystères de la Terre de Feu ? À moins que vous ne préfériez embarquer pour un tournage zombie et son massacre cannois ? En mai, Filmo propose à ses abonnés des sélections affolantes. 

Les curieux seraient bien inspirés de tâter des 14 jours d’essai gratuit, après quoi il leur en coûtera 6,99 euros par mois, pour poser les yeux sur un catalogue parmi les plus attrayants disponibles en France. Blockbusters, pépites, films rares, genres inattendus ou joyaux oubliés de réalisateurs géniaux, on trouve de tout sur Filmo. 

La preuve avec une sélection de quatre films aussi différents qu’ahurissants, qui feront les beaux jours de la plateforme en mai. Au programme, de la vengeance, des presque zombies, ainsi qu’un drame historique inédit et indispensable. Le tout à portée de clic, puisque le code ELFILMO vous donnera accès à deux mois gratuit (si vous l'activez avant le 30 mai 2022).

 

NE COUPEZ PAS ! 

 

Ne coupez pas ! : photoUne programmation qui vous fait les yeux doux

 

Avec son concept qu'il convient de ne pas trop dévoiler, le film de Shin'ichirô Ueda s'est instantanément transformé en culte, propagé par les cinéphiles curieux qui furent nombreux à rester bouche bée, hilares, suite à sa découverte. C'est sans doute la raison pour laquelle Michel Hazanavicius s'est jeté sur l'idée telle la vérole sur le bas clergé, afin d'en proposer un remake, Coupez !, qui ouvrira le Festival de Cannes. Et comme le réalisateur de OSS 117 : Rio ne répond plus aime faire les choses bien, il ne s'est pas contenté de repomper cette oeuvre détonante, mais l'a intégrée à la diégèse de son remake.

Raison de plus pour découvrir cette pépite, sortie brièvement en salles sous nos latitudes avant de devenir quasiment invisible. On se réjouit donc qu'elle vienne faire les beaux jours de Filmo, et donner une nouvelle occasion aux spectateurs de découvrir cette comédie extrêmement bien pensée, dans laquelle une bande d'artistes font face à un cataclysme aussi endurant pour leurs zygomatiques, que pour le système nerveux des personnages. 

En effet, en plus de nous proposer une relecture des films de zombie aussi créative que libre, Ne Coupez pas ! se double d'une déclaration d'amour au cinoche, à ceux qui le font, le foire parfois, mais se battent un peu plus chaque jour pour raconter des histoires. Un programme d'autant plus réconfortant qu'il s'accompagne d'un humour tranchant, qui n'écrase jamais le concept malin du récit, mais en décuple au contraire l'intensité. Bref, découvrir enfin ce sympathique morceau de bravoure, c'est peut-être encore la meilleure des manières de se la jouer tapis rouge en 2022. Le film est disponible à partir du 13 mai sur la plateforme.

BLANCO EN BLANCO 


Blanc sur blanc : photo, Lars RudolphUn roman photo à l'issue incertaine

 

Présenté lors du dernier Festival de Venise, le long-métrage de Théo Court est une spectaculaire baffe en travers de la tronche, en plus d'être exclusivement disponible sur Filmo. Dans les premières années du XXe siècle, un photographe est dépêché en Terre de Feu, dans les montagnes chiliennes, pour capturer l'image de la future épouse d'un riche propriétaire terrien. Ce dernier demeure évanescent, invisible, tandis que l'artiste au daguerréotype nourrit une obsession croissante pour la future épouse du commanditaire, une enfant qui lui paraît cristalliser la violence et la folie qui s'emparent progressivement de la région.

Pour continuer à pratiquer son art, mais aussi parce que sa lâcheté ne lui laisse pas entrevoir d'autres issues, le photographe se lie avec les auteurs du génocide qui se dessine, celui des Selkman. Mélange de néo-western d'une cruauté sans pareil, plongée dans les tourments d'un artiste sur le point de dévoyer son art, Blanco en Blanco surprend tant par l'intensité de son récit que la puissance émotionnelle de son dispositif.

Tourné dans une région reculée, pratiquement jamais immortalisée au cinéma, l'intrigue se déploie avec une authenticité rare, qui n'empêche jamais son metteur en scène d'établir un style fort, avec un sens du cadre imparable, et une photographie qui nous propulse aux confins du surnaturel et du sens mythologique d'un John Ford. Visible pour la première fois en France, le métrage est autant un film de genre étouffant qu'une réflexion ludique sur le sens de la création.

LE VIEUX FUSIL (VERSION RESTAURÉE)


Le Vieux fusil : photo, Philippe NoiretUn justicier, loin de la ville

 

C'est bien connu, les films de vengeance radicaux, notamment les rape and revenge, sont l'apanage quasi-exclusif du cinéma américain. Voilà qui est tout à fait faux. On vous en causait déjà tout récemment en évoquant le terrifiant survival de Serge Leroy, La Traque. Mais il existe un autre long-métrage hexagonal particulièrement sidérant en la matière, qui provoqua un bon vieux scandale des familles à sa sortie, en 1975. Il s'agit bien sûr du Vieux Fusil, réalisé par Robert Enrico, dans lequel le chirurgien Julien Dandieu entame la traque d'une compagnie de SS après que ces derniers ont perpétré sur sa famille et les habitants de son village natal un massacre impitoyable.

Situé après le débarquement américain de 1944, le récit déploie avec une puissance émotionnelle peu commune un monde à la dérive, dans un pays dont l'occupant se retire en détruisant ce qu'il peut sur son passage, tandis qu'aucune structure viable ne paraît alors en mesure d'endiguer l'horreur et la rage. Une sorte de no man's land humain, où toutes les pires passions vont s'entrechoquer, sans que quiconque ne puisse tout à fait en réchapper.

 

Le Vieux fusil : photo, Philippe Noiret, Romy Schneider"Tu savais que ton Vieux Fusil était disponible sur Filmo dans une version totalement restaurée ?"

 

Cette réussite doit beaucoup au regard du metteur en scène Robert Enrico, qui compte parmi les rares à avoir osé traiter frontalement de la violence extrême des derniers jours de l'occupation nazie, tout en portant un regard également cru sur la soif de vengeance engendrée par ces exactions. Un propos terrible, porté avec génie par les bouleversants Romy Schneider et Philippe Noiret. Plus désespéré qu'Un Justicier dans la ville, plus tétanisant que La Dernière Maison sur la gauche, mais moins ensoleillé que La Colline a des yeux, le long-métrage demeure une des propositions les plus vertigineuses, fascinantes et éprouvantes du genre.

Et donc, pour vous jeter dès à présent sur ces trois propositions de haut vol, n'hésitez pas à utiliser le code promotionnel ELFILMO, qui vous donnera accès à deux mois gratuits et sans engagement (avant bien évidemment de céder aux sirènes de la cinéphilie et de vous abonner à Filmo, cela va de soi). Attention, ce code est actif jusqu'au 30 mai 2022.

Ceci est un article publié dans le cadre d'un partenariat. Mais c'est quoi un partenariat Ecran Large ?

Tout savoir sur Ne coupez pas !

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire