Halloween Kills : la franchise ne va jamais s'arrêter, à en croire Jamie Lee Curtis

Raphaël Iggui | 2 septembre 2021
Raphaël Iggui | 2 septembre 2021

Halloween Kills revient terrifier les écrans, et Jamie Lee Curtis est revenu sur les thèmes intemporels du premier film ainsi que ceux abordés dans cet opus

À l'image des différentes silhouettes meurtrières qui ont hanté l'imaginaire des années 80, le Michael Myers d'Halloween, la nuit des masques a été ballotté par de nombreux vents contraires, pris dans la tempête d'avidité des producteurs. À coup de suites plus (Halloween III : Le sang du sorcier) ou moins (Halloween 5 : La Revanche de Michael Myers) réussies, Myers est rapidement devenu sa propre caricature. Le clou du spectacle étant sans doute le climax d'Halloween : Resurrection avec Busta Rhymes terrassant Myers à base de prises de kung-fu. 

En 2007, le reboot et sa suite, tous deux dirigés par Rob Zombie, avaient le mérite de restituer toute sa dignité de charcler à Michael Myers, en plus d'une intéressante origine, à mille lieux de celle de Carpenter. Et en 2018, le duo David Gordon Green et Danny McBride redémarrait à leur tour la saga avec un Halloween en suite directe au tout premier film, zappant ainsi la semi-remorque d'épisodes ratées.

Mais le business reste le maître, et suite au carton du Halloween 2018 (plus de 255 millions au box-offie), une trilogie a vite été commandée, avec Halloween Kills en octobre 2021 et Halloween Ends en octobre 2022 - et la quasi promesse que ce ne sera pas terminé après ça.

 

 

Au micro de Cinema BlendJamie Lee Curtis s'est exprimée sur la fascination que continue d'exercer la saga, et son succès phénoménal après plusieurs décennies :

"C'est la question à plusieurs millions de dollars. A plusieurs centaines de millions de dollars. John Carpenter et Debra Hill [scénariste d'Halloween, la nuit des masques et fidéle de Carpenter, ndlr] sont parvenus à créer quelque chose qui tient du Mal et du Bien pur. Ils ont exploré une idée qui a irrigué l'opéra, le théâtre, la littérature, le cinéma depuis que les gens savent employer des mots. L'idée du Bien et du Mal [...] A partir de là, l'idée du Mal pur et la représentation la plus évidente du Bien, une baby-sitter vierge, une jeune fille avec des rêves de romance et un coeur plein de bonté. Quelque part, c'est la simplicité de cette rencontre entre Bien et Mal un soir d'Halloween en 1978 à HaddonField, Illinois, qui a fait sa longévité. C'est une thématique qui ne meurt jamais."

 

photo, Jamie Lee Curtis, Judy Greer, Andi MatichakSainte-Trinité des ennuis

 

Si les thémes d'Halloween sont éternels, le premier volet de David Gordon Green ainsi que son successeur Halloween Kills sont aussi inspirés par les soubresauts de leur temps. Ainsi, si Laurie Strode a des raisons d'être en colére, cette fois, c'est la ville entière d'Haddonfield qui pourrait se soulever contre Michael Myers :

"Dans la version de 2018on a pu voir Laurie comme la véritable personnification du traumaÇa correspondait à l'air du tempsquand le mouvement MeToo était à son apogéevous avez un film sur une femme traumatisée pendant près de 40 ans qui compte bien s'en relever. Ca a résonné avec ce qui se passait à une plus large échelle. Et dans la deuxième partie de la trilogie, on pose la question, 'Qu'est ce qui se passerait si le reste de la ville se mettait aussi en colére ?''. On a fait le film et le soulèvement qui a commencé quand les gens sont descendus dans la rue, il est arrivé en plein dans la période où on devait sortir notre film. Qui parle de la violence des foules [...]

 

Photo Jamie Lee CurtisQuand tu t'entraînes à mener une foule vengeresse

 

"D'une certaine façon, par une sorte de compréhension intuitive, ils [les scénaristes David Gordon Green, Danny McBride, Scott Teems, ndlr]  sont parvenus à comprendre que l'étape après le trauma, c'était la colère. Ils ont écrit un film sur la violence de masse, et cinq mois après, les masses commençaient à se rassembler. Le film était sensé sortir il y a environ un an. Puis le 6 janvier est arrivée - le film était sensé sortir en octobre de l'année dernière et là on regardait la foule envahir Washington. C'est sur ça que porte le nouveau opus : la ville d'Haddonfield, tous ces gens qui ont été des victimes de Michael Myers. Il y a un groupe de gens qui sont très en colère contre les autorités et qui comptent bien faire la loi eux-mêmes." 

Halloween Kills a été annoncé comme un épisode plus violent et déchaîné, et la perspective d'une chasse à l'homme avec Michael Myers nous réjouit abondamment. Ce nouvel opus devrait arriver sur nos écrans le 20 octobre 2021. Mais si vous êtes trop pressés, prenez une dose de peur (et de rires) avec Malignant, le nouveau James Wan complètement dingo.

Tout savoir sur Halloween Kills

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
derek
12/09/2021 à 09:51

moi je dirait pas non a des suites lol et ce qui es lourdingue c'est les haters qui disent encore une suite c'est chiant ou ceux qui visionne la bande annonce ouais mais ça gache tous on voie tout le films lol regarder pas alors ceux qui rage pour les suites c'est eux méme qui retourne voire le films a la sortie alors arréter de nous faire chier passer a autres chosse si vous étes pas content ^^

Ty
07/09/2021 à 07:46

Qu'est ce que vous pouvez être lourdingue quand même dans les commentaires. 《 Quelque part, c'est la simplicité de cette rencontre entre Bien et Mal un soir d'Halloween en 1978 à HaddonField, Illinois, qui a fait sa longévité. C'est une thématique qui ne meurt jamais. 》 c'est plus ou moins ce qu'elle dit, que ça ne s'arrêtera jamais. Et elle a raison, ils sortiront des reboots, remakes dans 50, 70 ans pour les prochaines générations et vous ne serez même plus en vie pour le voir. Les franchises comme Halloween, Vendredi 13, Les Griffes de la Nuit, Chucky ou même Scream ne meurent JAMAIS (la preuve avec la série qui sort en Octobre). Que vous soyez d'accord avec cette idée ou non, c'est intemporel. Les tueurs emblématiques le sont. Surtout HALLOWEEN qui est le premier slasher en terme OFFICIEL qui a marqué l'histoire du cinéma horrifique. Certes c'est toujours pour l'argent mais ça marche, H18 a cartonné alors pourquoi pas poursuivre surtout que leurs suites tiennent la route contrairement à celles de l'époque. Respirez un bon coup ça va aller. Vous vivrez de la même manière avec ou sans les films.

Rafe546
04/09/2021 à 21:19

Ça devient lourdingue, ça n'en fini jamais, c'est sans surprises.

Lapynheart
02/09/2021 à 20:19

Bon. Halloween de 2018 etait plutôt pas mal . Pas aussi bon que le premier mais tellement mieux que les autres (je mettrais le 3 a part parce que non, ce n'est pas une suite et c'est bien).
Si le suivant préfère a nouveau s'intéresser a autre chose que le tueur, tant mieux.

Myers en lui-même ce n'est qu'une ombre terrifiante. Son influence sur la vie et le développement des autres est bien plus intéressant que le personnage en lui même. Ce qu'Halloween de 2018 avait compris, contrairement a tous les autres. Le pire etant d'humaniser Myers en en faisant un monstre fantastique (ouais c'est paradoxal) et en lui filant une petite soeur puis une nièce. Ben oui. Avant c'etait un tueur qui arrivait dans la ville la plus proche et prenait pour cible les premières filles sur lesquelles il tombait.
En bref, un tueur fantastique qui s'ennprend a sa soeur, ca n'existe pas. Tout va bien.
Un tueur malade qui prend ses victimes au hasard comme ca lui chante c'est rare, mais ça existe. Myers de Halloween 1 est un tueur crédible dont la seule raison de tuer c'est l'impulsion du meurtre (meme pas le plaisir). C'est un tueur qui existe.
Le type immortel de la suite... Non... Tout de suite il perd en terreur.

Zen
02/09/2021 à 19:10

Je suis pour que la saga continue. Par contre, il devrait reprendre l'idée d'Halloween 3. Faire des films indépendants chacun avec leurs histoires propres. Et arrêter avec Michael Myers, car là il y a saturation.

Castor
02/09/2021 à 15:42

Et c'est bien dommage !

Zen
02/09/2021 à 15:27

Je crois qu'il y a une erreur dans le titre. A quel moment Jamie Lee Curtis dit-elle que la saga ne s'arrêtera jamais ?

Selene
02/09/2021 à 12:31

Espérons pas que Jamie ne reviens pas Halloween 60 ans plus tard....
surtout son âge à 80 ans...
1958 sa naissance

Halloween 1978 - 20 ans
Halloween 1998 - 40 ans
Halloween 2018 - 60 ans
Halloween 2038 - 80 ans

votre commentaire