Marvel : de faire-valoir sexy à Avenger, Scarlett Johansson évoque l'évolution de Black Widow

Mathias Penguilly | 10 juillet 2021
Mathias Penguilly | 10 juillet 2021

Depuis son entrée dans le MCU, Black Widow est une héroïne badass et un vrai sex symbol. Scarlett Johansson a voulu donner plus d'épaisseur à sa Veuve Noire.

Avril 2010. Tony Stark (Robert Downey Jr.) est sur le point de léguer son entreprise à Pepper quand il rencontre une secrétaire ultra-sexy - Natalie - qui n'est autre que la Veuve Noire, une super-héroïne travaillant pour le SHIELD. Il s'agit d'Iron Man 2la toute première apparition de Scarlett Johansson dans le MCU. Suivront ensuite quatre Avengersdeux Captain America, un Thor, deux Spider-Man... Tout ça jusqu'à sa disparition tragique à la fin d'EndgameL'histoire de la Veuve Noire aurait pu s'arrêter ici ; elle se concluera finalement par un film solo - très attendu - présenté comme un passage de témoin.

Quelques jours après la sortie de Black Widow dans les obscures du monde entier, Scarlett Johansson parle beaucoup de son rôle "d'atout-charme" hypersexualisé dans la saga.

 

photo, Scarlett Johansson, Robert Downey Jr."Je suis pas venu ici pour séduire, OK ?"

 

Au cours d'un entretien avec le magazine américain Fatherly, l'actrice est revenue sur ses premières apparitions dans le MCU, et le fait qu'elle a souvent été réduite à son rôle de poupée guerrière ultra-sexy.

"Lorsqu'on a fait Captain America : Le Soldat de l'hiver - c'est assez amusant - la tenue [de Black Widow] est fantastique et très pratique. Lorsqu'elle débarque dans cette superbe voiture et embarque le Cap... Initialement, dans le scénario, elle était supposée porter une petite jupe blanche de tenniswoman avec une perruque blonde... L'idée a rapidement été abandonnée."

Finalement, l'actrice a eu son mot à dire, et l'héroïne a troqué la mini-jupe pour une veste en cuir et un jean. Elle explique ce petit changement par son influence croissante dans la franchise et par la volonté de faire parti d'un "changement de culture" :

 

photo, Scarlett JohanssonMême pas mal

 

 

"Vous travaillez essentiellement avec des scénaristes masculins. Les choses commençaient à changer. On devait faire partie de ce changement. Le public demande ce changement, il y a une évolution culturelle qui fait évoluer les choses dans une direction plus progressive. C'est tout un processus."

Ce n'est pas la première fois que l'actrice parle de son rôle de potiche hypersexualisée dans ses premières apparitions chez Marvel. Captain America : le Soldat de l'Hiver est un véritable point de bascule dans la trajectoire de Black Widow, qui devient une vraie héroïne, bien plus qu'un faire-valoir pour les Avengers. Sans jamais ouvertement critiquer le MCU (on ne sabote pas la pompe à gros billets), elle a déjà expliqué que son personnage avait mûri et gagné en profondeur en s'adaptant à son âge et à sa vie de maman.

 

photo, Danai Gurira, Scarlett JohanssonLes nouvelles héroïnes Marvel : bien plus que des sex-symbols

 

Le magazine Collider souligne d'ailleurs que ses apparitions récurrentes lui ont aussi permis de participer plus largement à l'écriture de son personnage - ce qui n'est pas plus mal. Aujourd'hui, Black Widow est une des principales avengers, qui n'a clairement rien à envier à Steve Rogers ou Tony Stark.

En France, le film est disponible en salles depuis le 7 juillet 2021 - enfin ! Si vous souhaitez en découvrir un peu plus sur la trajectoire de l'héroïne Marvel, vous pouvez bien sûr retrouver notre critique du film et notre dossier sur l'évolution de la Veuve Noire.

Tout savoir sur Black Widow

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
alulu
11/07/2021 à 18:43

@Isigrif,

Si j'ai prit comme exemple la scène de torture de Au Revoir à jamais ce n'est pas pour rien. Brian Cox n'est pas déshabillé dans cette scène, ce qui n'est pas le cas de Geena Davis et ce n'est pas quelques vêtements qui empêcheront de subir le froid de l'eau glacée. Cette scène n'est pas là juste par hasard. Après des rôles féminins sans substances, ça existe, même sur des productions ou le coté sexy n'est pas présent.

RobinDesBois
11/07/2021 à 16:06

@Isigrif sauf que Black Widow n'est pas une "potiche hypersexualisée" dans ses premières apparitions comme le voudrait une partie de la rédaction d'EL qui se fantasme des combats imaginaires. Dans Iron Man 2 elle utilise simplement sa panoplie secrétaire sexy pour s'introduire chez Stark Industries mais on voit bien que c'est juste un outil pour elle, qu'elle joue avec ça parce qu'elle est rusée et ce sont plutôt les hommes qui sont ridiculisés dans ce film: elle les manipule ou leur flanque une rouste et ils passent pour des beaufs.

Je crois simplement qu'on surinterprète et on idéalise quelque chose de totalement anodin: le choix de la tenue de Black Widow dans Captain America 2 par Scarlett Johanson. Elle a troqué la jupe initialement choisie par les terribles scénaristes masculins machistes par un jean-veste en cuir la belle affaire, c'est une véritable révolution qu'elle a mené à travers ce combat vestimentaire !

Isigrif
11/07/2021 à 14:25

Je pense que le point de l'hypersexualisation dans cet article est mal compris par les lecteurs. On parle d'hypersexualisation lorsque l'image "sexy" de l'actrice retire au personne sa valeur réelle. De super espiomme badass travaillant pour le Shield, elle est simplement perçu dans les premiers films Marvel comme la poupée sexy en vêtements de combat moulants et à la personnalité stéréotypée.
Il ne faut pas confondre l'hypersexualisation avec le sexy. L'hypersexualisation retire à un personnage, celui de Black Widow dans ce cas-ci, sa personnalité et son potentiel réel. L'actrice a pu démontré seulement à partie du film Winter Soldier ses vraies talents d'actrices lorsqu'elle a enfin reçu le "lousse" pour travailler Black Widow. Une mini-jupe et une tonne de maquillage n'est pas nécéssaire lorsque le personnage de Natasha peut etre tout aussi sexy en jeans. L'hypersexualisation n'est pas de montré de la peau ou des courbes: c'est de le faire au dépends de la personnalité du personnage et qu'une autre alternative est tout aussi efficace pour le rendre attrayant et féminin et mettre en avant son caractère.

Momo
11/07/2021 à 14:10

Oliver Stone : Il faut " évoluer " avec son temps ;)

Oliver Stone
11/07/2021 à 13:44

Se plaindre d'hypersexualisation dans une oeuvre COMIC c'est vraiment le comble. Non mais les comics ne sont pas à la base des œuvres essentiellement basée sur l'hyoer sexualisation des héros ? Les femmes dans les comics sont hyper sexy avec des courbes prononcées et c'est de même avec ses hommes. Le constipé moulant qui emballés les burnes et ressorts la musculature, etc...c'est bien ce qui a fait la force des comics. Donc franchement je trouve ce sujet dessuet et sans intérêt.

RobinDesBois
10/07/2021 à 19:52

Pour Alien je ne vois aucune sexualisation de Ripley. Parfois la sexualisation elle est juste dans l’esprit du spectateur qui a en envie de la voir. Sinon on pourrait aussi parler de la sexualisation des hommes au ciné. Ça parlait du cinéma de Cameron et de Terminator dans les commentaires et si Schwarzy avait été une femme ça aurait hurlé à l’hypersexualisation. On a un pur concentré de testostérone au corps exagérément musclé et aux traits ultra masculins muni d’un fusil phallique qui débarque systématiquement à poil dans le passé.

Et c’est pareil pour toutes les stars masculines de films d’actions des années 80 et 90 d’ailleurs: Van Damme et Stallone affichent leur corps parfaitement sculpté à 90% denudé dans presque tous leurs films dans des scènes de bagarres ou d’actions avec des slow motions qui permettent d’admirer leurs muscles se balancer sur une musique rythmée. Pourquoi ? Tout simplement parce que ça plait, qu’il y a un public pour ça et que finalement c’est peut-être appréhendé davantage de façon esthétique que sexuelle. Que l’hypervirilité ou la féminité exacerbée de façon caricaturale c’est divertissant et que la casi totalité du public ne voit pas ça autrement que comme du cinéma sans prise de tête qui permet juste de passer un bon moment à ne surtout pas prendre au sérieux.

Kyle Reese
10/07/2021 à 18:57

@Reverse banquise

"Prenons le sujet à l’envers : à quoi sert la sexualisation des femmes et qui en beneficie?"

Sujet surement plus complexe qu'il n'y parait à mon humble avis. Je pense qu'une psy spécialiste de la sexualité et une sociologue historienne de la question pourraient nous en apprendre dans ce domaine. La sexualisation des femmes par les artistes, par les hommes voir par les femmes elles même ne se résume pas à la représentation qu'il en est fait dans les films de super héros. On pourrait parler des fresques de Pompéi, des sculptures de certains pays d'Asie et d'Afrique, de la mode à la cour des rois etc ... On peut aussi parler de celle de l'homme, il y aurai beaucoup de chose à dire à ce sujet, ou pas. L'hypersexualisation peut poser problème notamment lorsqu'elle est visible par les plus jeunes, la sexualisation je ne crois pas, car nous sommes des êtres sexué, pourquoi en expurger les œuvres graphiques.
Pas besoin d'y avoir recours à tout bout de champ pour créer le désir dans une œuvre ciné ou autre , mais why not ? si tel est le souhait de l'artiste et que l'actrice est d’accord avec ça. C'est ce dernier point qui est le plus important je pense. Bon après le sexe fait vendre et si on ne met pas de limite ...

Banquise a l’envers
10/07/2021 à 17:52

En fait peut être que pour Cameron ce type d’heroine est précisément très sexy

Banquise fond
10/07/2021 à 17:15

A John1

Absolument j’ai mal lu désolé

john1
10/07/2021 à 17:13

@Banquise again c'est pour ça que j'ai précisé Aliens 2, pas Alien 1 de Scott mais bien de Cameron ou tu n'a aucun plan où Ripley est sexualisé. ;-) Tout dépend du réal, des producteurs.

Plus
votre commentaire