Independence Day : Will Smith a failli être évincé par les producteurs car il était noir

Salim Belghache | 5 juillet 2021 - MAJ : 05/07/2021 12:27
Salim Belghache | 5 juillet 2021 - MAJ : 05/07/2021 12:27

Independence Day a été un carton et Will Smith en est pour quelque chose. Toutefois, sa couleur de peau a été un obstacle pour qu'il obtienne le premier rôle.

À l’époque de sa sortie en 1996, Independence Day a renouvelé le modèle du blockbuster à très grand spectacle outre-Atlantique. Ses effets spéciaux plus vrais que nature et l’esprit patriotique américain y débordaient de tous les côtés. Le long-métrage de Roland Emmerich a été d’autant plus important qu’il était le deuxième plus gros succès de l’histoire du cinéma, derrière Jurassic Park, avec un total au box-office évalué à 816 millions de dollars pour un budget de départ à 75 millions de dollars.

Si les films de James Cameron Titanic et Avatar ont ensuite remporté la mise, Independence Day a été un pari brillant grâce à son casting, et en particulier le duo Jeff Goldblum et Will Smith. La tête d’affiche de la série Le Prince de Bel-Air n’était pas, à l’époque, une mégastar. Même si, sorti juste avant, Bad Boys a été la première rampe de lancement de la carrière de Will Smith, le choix de l’inclure dans un immense blockbuster ne semblait pas évident à l’époque (et pas que pour son manque d’expérience).

 

photo, Will SmithWill Smith attend dans la salle avant le casting

 

En effet, Roland Emmerich et le scénariste du film, Dean Devlin (et d’autres membres de l’équipe du film) ont été interviewé par The Hollywood Reporter à l’occasion des 25 ans de la sortie du long-métrage. Les deux collaborateurs n’avaient pas la confiance absolue de la Fox notamment au sujet du choix de Will Smith en acteur principal. À l’origine, Ethan Hawke était le premier choix, mais l’acteur s’est montré désintéressé par le projet principalement à cause de son scénario. Néanmoins, Roland Emmerich et Dean Devlin ont apporté plus de précisions sur cette affaire et la frilosité du studio concernant Will Smith :

« Ethan Hawke était aussi sur notre liste, mais je pensais à ce moment-là qu’il était trop jeune. C’était très clair que ça devait être Will Smith et Jeff Goldblum. C’était le combo auquel nous pensions. Le studio a dit : “Non, nous n’aimons pas Will Smith. Il n’a pas fait ses preuves. Il n'est pas assez bankable à l’international.” »

 

photo, Jeff Goldblum, Will Smith"Ah ouai d'accord, c'est comme ça."

 

Ce à quoi Devlin a ajouté une remarque des pontes de la Fox assez déstabilisante :

« Ils ont dit : “Vous avez choisi un homme noir, vous allez tuer le box-office international”. Notre argument était : “Bon, le film parle d’extraterrestres. Ça va le faire à l’étranger.” C’était une grande bataille, et Roland l’a vraiment soutenu (Smith) - nous avons finalement gagné la guerre. »

Bien que la figure du capitaine Steven Hiller soit désormais associée au visage de Will Smith, la Fox n’a visiblement pas eu du flair sur cette affaire. Ces révélations démontrent au contraire à quel point la discrimination voire le racisme était au coeur des préoccupations économiques des studios à cette époque. Roland Emmerich a d'ailleurs confié qu'il avait menacé la Fox avant le début du tournage par rapport à leurs doutes:

« C’était peu de temps avant le tournage et nous n’avions toujours pas assuré Will et Jeff. J’ai mis les pieds sur la table : “Les gens d’Universal m’appellent tous les jours, alors engagez-moi ces deux acteurs ou je passe chez eux.” Je ne pense pas que cela aurait été possible (de changer de studio), mais c’était une belle menace. »

 

photo, Bill Pullman"Ce n'est pas l'Amérique que nous aimons."

 

En fin de compte, Roland Emmerich a montré à tout le monde que cette décision d’associer Will Smith et Jeff Goldblum était judicieuse et bien pensée. Mieux, il a permis de prouver qu'un acteur afro-américain pouvait tout à fait être la star d'un blockbuster qui devient un succès tonitruant dans le monde.

Aux États-Unis, le long-métrage est sorti le 3 juillet 1996 (la veille de la fête nationale) et a pu aussi mettre en lumière la diversité de la population américaine et la force qu'elle pouvait détenir lorsqu'elle s'alliait pour combattre un ennemi commun (même si tout cela reste de la fiction). Cette dimension politique était dans l’air du temps, à la différence du versant comique et anarchiste Mars Attacks ! de Tim Burton, qui ne correspondait plus aux attentes du public.

Le film a évidemment mené Will Smith dans la cour des grands. Prochainement, il va participer au gros projet d’Apple : Emancipation. Avec aux commandes Antoine Fuquale long-métrage s’inspirera d’une histoire vraie sur la fuite d’un esclave d’une plantation du Vieux-Sud. Et juste avant cela, Will Smith passera par le court de tennis dans King Richard, où il jouera Richard Williams, le père des joueuses mondiales Vénus et Serena, prévu pour le 1er décembre 2021 en France. En attendant, vous pouvez retrouver notre dossier sur les films catastrophes.  

Tout savoir sur Independence Day

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
ohouiencore
05/07/2021 à 23:46

Aller encore un com racialiste qui passe crème.
En même temps pourquoi il se priverait de soumettre des soumis ?

tuk
05/07/2021 à 23:45

Ha bon ! Will est noir ? ça alors ! Faut évoluer et changer de sujet les gards !

Kinké
05/07/2021 à 19:45

@dependance days - tu es en train de dire que Will Smith est scientologue ?? celle là je l'ai pas vue venir...

Moijedis
05/07/2021 à 16:44

De toute façon , pour ce genre de nanars les gens se déplacent surtout pour les FX . Le reste on s’en fout . C’était un film débile . Je l’ai vu 1 seule fois . 1 fois de trop .

dependance days
05/07/2021 à 15:51

Mais la Scientologie accueille tous les satanistes du monde entier , peu importe leur couleur de peau,hein Will Smith?

Zanta
05/07/2021 à 13:55

Les extraterrestres, ça marche mieux que les noirs à l'international.
Celle-là, fallait y penser.

Kyle Reese
05/07/2021 à 12:49

C'est assez dingue, je peux comprendre le risque de prendre un acteur qui n'avait pas encore fait ses preuves dans un gros films, mais vu sa popularité avec sa série et sa carrière musicale. dans le prince de Bel air c'était la cool attitude par excellence, et dans 6 degrés de séparation il a prouvé qu'il était un bon acteur dans un tout autre registre.
"Vous avez choisi un homme noir, vous allez tuer le box-office international”... on revient de loin à Hollywood quand même ! (je ne parle pas d'ici non plus). Heureusement que Emmerich a tenu bon.

Matrix R
05/07/2021 à 12:34

Ils disent ça plus de 25ans après ????

votre commentaire