Rose McGowan accuse de détournement de mineur le réalisateur oscarisé Alexander Payne

Mathias Penguilly | 17 août 2020 - MAJ : 17/08/2020 18:11
Mathias Penguilly | 17 août 2020 - MAJ : 17/08/2020 18:11

Si elle n'a jamais tourné avec le réalisateur de Sideways ou The Descendants, la comédienne, figure de proue du mouvement #MeToo, porte à son encontre de graves accusations.

Au cœur de la tornade #MeToo, Rose McGowan est devenue l'une des icônes d'un mouvement qui a balayé l'industrie hollywoodienne. Révoltée par les pratiques de certains poids lourds d'Hollywood et par l'omerta les entourant, elle a permis la naissance d'un mouvement qui a déferlé dans le monde entier, et provoqué une prise de conscience dans de nombreux secteurs. 

Si les débats engendrés depuis 2018 sont loin d'être éteints, l'industrie est désormais au cœur d'autres problématiques (la Covid-19 et la prise en compte du mouvement Black Lives Matter pour ne citer qu'eux), qui amènent chacune leur lot de bouleversements. Via son compte Twitter, l'actrice a jeté un nouveau pavé dans la mare en témoignant de sa rencontre très déplaisante avec le réalisateur Alexander Payne (DownsizingThe DescendantsNebraska), lorsqu'elle n'était qu'une adolescente. Hollywood serait-il sur le point de connaître une deuxième vague #MeToo ?

 

"Alexander Payne. Tu m'as assise et montré un porno soft-core que tu avais réalisé pour Showtime sous pseudo. Je me souviens encore de ton appartement de Silver Lake. La nature t'a bien gâté. Tu m'as ensuite laissée à un coin de rue. J'avais 15 ans.

Juste après ce tweet explicite, elle en a publié un second avec une photographie d'elle a 15 ans et la phrase suivante : "je ne veux rien détruire, je veux simplement qu'il reconnaisse les faits et présente ses excuses"

 

Photo ChosenRose McGowan bien seule pour débarrasser Hollywood de ses pervers

 

Ce n'est pas la première fois que l'actrice fait allusion à cette affaire puisqu'en Février 2018, elle avait tenu des propos très similaires lors d'un entretien avec le magazine The Cut (en refusant néanmoins de nommer la personne incriminée à l'époque) :

"Il m'a emmené chez lui après notre rencontre, m'a montré un film soft-core qu'il avait fait pour Showtime... Sous un nom d'emprunt évidemment... Et ensuite il a couché avec moi. Il m'a laissé à côté du café Tropical à Silver Lake, sur un coin de rue. J'étais attirée par lui donc je me suis toujours dit que c'était une expérience sexuelle. Deux semaines après la parution d'un article dans le New Yorker [en 2018], je me suis rendu compte que c'était du détournement de mineur".

À l'époque des faits, Alexander Payne avait presque trente ans et avait réalisé un seul film : Citizen Ruth une comédie noire sur les débats pro et antiavortement aux États-Unis. Pour l'instant, le réalisateur doublement oscarisé (pour l'adaptation des scénarii de Sideways et de The Descendants) n'a pas répondu aux accusations.

 

Photo Matt Damon, Kristen WiigDownsizing d'Alexander Payne

Tout savoir sur Rose McGowan

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Shame on you !
02/09/2020 à 23:46

Détournement de mineurs. L'art de jouer avec les mots et de minimiser la déviance sexuelle.

Vous me dégoûter!

Ankytos
19/08/2020 à 18:40

@ George Clinton
"on croirait que ces individus qui étaient légitimement ''d'accord'' peuvent à n'importe quel moment changer d'avis"
Exactement. Cela ne me pose aucun problème que des individus ayant utilisé leur position pour coucher avec une adolescente ou ayant exercé un chantage qu'on appelle sobrement la promotion canapé se prennent un retour de manivelle des années plus tard, lorsque la victime a plus les moyens ou le courage de le faire.
La victime de ces délits n'aurait plus le droit de s'en plaindre sous prétexte qu'elle ne l'a pas fait immédiatement ? Je ne suis pas d'accord. J'aimerais que ce genre de réaction se multiplie assez pour faire réfléchir à deux fois ceux qui veulent abuser d'une gamine (oui une ado est encore une gamine) ou échanger du sexe contre un boulot (quel qu'il soit).
Mais ne rêvons pas. La tendance à vouloir rejeter la faute sur la victime ou à lui intimer de se taire est confirmée. Cela devrait dissuader de parler beaucoup de victimes.
Je vous laisse, il faut que j'aille vomir.

rocco l'asticot
19/08/2020 à 16:26

Et ben figurez vous que moi aussi, Alexander Payne m'a violé.
Il m'a fait m'installer dans une grande salle et m'a fait regarder une bouse softcore en échange de 12 euros (Downsizing je crois).
Et bien après le film, j'avais extrêmement mal au fondement et je me sentais sale.

NickNolteRules
18/08/2020 à 22:26

C'est pas ça le détournement de mineur... Regardez la définition.

Cervo
18/08/2020 à 18:25

@George Clinton

"c'est facile de revenir des années après pour mener une vengeance et de jouer sur certaines corde sensibles pour s'attirer la faveur de l'opinion publique."

Ton commentaire et les milliers de similaire sur les réseaux prouvent exactement le contraire.

George Clinton
18/08/2020 à 18:21

Elle était ''consente'' au moment des faits et maintenant après avoir lu un article en 2018, elle s'est conscientisé et a réalisé que c'était ''mal'' ?? C'est assez confus non ? 15-20 ans plus tard, elle vient à la charge pour réclamer des comptes ?
On assiste clairement à un cirque médiatique ou de nombreuses représentantes du mouvement #Metoo qui ont acceptés des lancements de carrières en échanges de services (plutôt que de les refuser comme de nombreux autres acteurs et actrices) veulent maintenant réclamer des dommages et intérêts après avoir jeté leur once de dignité à un instant donné pour de l'argent, la gloire et des rôles. C'est pas un peu hypocrite ? Il y a deux chemins dans ce domaine : certains acceptent et assument ce qu'il sont et d'autres refusent de faire le casting couch et tente d'intégrer cette industrie par d'autre voies...

Cependant, on croirait que ces individus qui étaient légitimement ''d'accord'' peuvent à n'importe quel moment changer d'avis et revenir pour détruire quelqu'un... Brett Kavanaugh et bien d'autre cas similaires peuvent venir à l'esprit... Mc Gowan est clairement malade et elle devraient se faire soigner, je ne remets pas en cause ses traumatismes, mais il y a des disjonctions dans son discours et cela mérite clairement du cas par cas, car c'est facile de revenir des années après pour mener une vengeance et de jouer sur certaines corde sensibles pour s'attirer la faveur de l'opinion publique.

Il y a fort à parier que ces nouveau scandale se déplacera du monde réel vers les tribunaux de l'oiseau bleu...

sylvinception
18/08/2020 à 15:38

Entièrement d'accord avec le post de @Wolf.

Hélas
18/08/2020 à 14:00

Hélas pour elle il ne peut pas s'excuser publiquement sinon c'est comme si il se reconnaissait coupable et après si il y a un procès il perdra très probablement. Donc les excuses ne pourront qu'arriver après un accord ou un procès :/

alulu
18/08/2020 à 13:59

@La petite grenouille anorexique de bénitier,

Là tout de suite, j'utilise le majeur mais bon ce n'est pas pour vomir. Quand on ne comprend pas l'humour ou que l'on prend tout au premier degré, c'est que l'on est probablement mentalement déficient.

Kyle Reese
18/08/2020 à 10:51

@sanchez

Oui mais je pense qu’ avec la pandémie et le mouvement BLM, metoo est mis un peu de côté en ce moment.
Sa façon de faire n’est sans doute pas la meilleure des stratégies c’est sur mais elle n’est plus la seule à le faire que ce soit ds son mouvement ou dans un tas d’autres les réseaux sociaux sont devenus un outil incontournable. Y a qu’a voir comment Trump, l’homme le plus puissant de la planète (?) s’en sert. C comme ça aujourd’hui mais pourquoi lui et pas elle.

Sinon pour Payne, c’est vrai que la divulgation de ce détail est surprenant (pas vraiment à sa place peut être une petite tentative d’humour ou bien pour montré que tout ça est resté bien gravé ds sa mémoire) sûr qu’avec l’échec de Downsizing et cette affaire, son Paynis aura peut être du mal à retrouver sa taille d’antan ... houla mais cela ne nous regarde pas ...

(Désolé si g était un peu sec dans ma réponse envers ton msg plus bas.)

Plus

votre commentaire