Comme Disney, Warner paye le prix fort de la crise, et la marque DC prend cher

Par Mathias Penguilly
11 août 2020
MAJ : 12 août 2020
9 commentaires
photo, Gal Gadot

La pandémie de Covid-19 a fait exploser le chômage aux États-Unis, y compris dans les rangs du top management de l’industrie hollywoodienne.

Malgré leur force de frappe commerciale dantesque, les studios Warner ont subi la crise de la Covid-19 de plein fouet et ont dû repousser certains de leurs films les plus attendus. La sortie de Tenet, le mystérieux nouveau film de Christopher Nolan, a ainsi été décalée d’environ 6 semaines tandis que le prochain film du DCEU Wonder Woman 1984 a été décalé d’une saison. Cela représente des pertes phénoménales pour le groupe qui a décidé de multiplier les lettres de licenciement ces derniers jours.

Le groupe WarnerMedia est pourtant l’un des plus puissants conglomérats américains (le deuxième, juste après Disney), déroulant son organigramme sur toute l’industrie du divertissement. Outre Warner Bros, on retrouve la chaîne d’information CNN, le groupe télévisé Turner Broadcasting System, ainsi que les marques HBO et DC Comics derrière la bannière Warner.

Malgré le rachat par le géant de la téléphonie AT&T en 2018, le groupe peine à encaisser le contrecoup de la pandémie et ce sont les leaders du groupe qui en souffrent les premiers. Hier, c’est DC Comics qui a complètement perdu ses têtes.

 

Photo Gal GadotLes chaînes du groupe Warner partent en sucette

 

Après Ron Sanders, Kim Williams et Jeff Schlesinger (respectivement président, directrice financière et président de la Distribution de Warner Bros), The Hollywood Reporter rapporte que DC Comics a perdu un tiers de ses responsables. Sur le départ, on trouve notamment des responsables de la stratégie de publication et du marketing (Hank Kanalz, et Jonah Weiland) ainsi que des membres des équipes d’écriture comme Brian Cunningham et Mark Doyle. Bob Harris, l’éditeur-en-chef de la maison DC a également été licencié.

En parallèle, la plateforme DC Universe lancée en 2018 par le groupe Warner est elle aussi sur le point de plier bagage. Alors que le groupe souhaite mettre le paquet sur HBO Max, son nouveau vaisseau amiral qui rame dans la guerre du streaming, la plateforme super-héroïque a perdu la moitié de son équipe. Progressivement, les séries Doom PatrolStargirlHarley QuinnYoung Justice et Titans doivent migrer vers la nouvelle plateforme, rendant DC Universe complètement obsolète. The Hollywood Reporter rapporte ainsi un commentaire d’une personnalité amère : « DC Universe était morte dès que la fusion avec AT&T s’est opérée ».

 

photo, Gal GadotLes employés de WarnerMedia courant vers la caisse de retraite

 

Après un tel bouleversement, on s’attend à ce que de nouvelles figures prennent les rênes du groupe titanesque ; de nombreuses personnes licenciées travaillaient pour Warner depuis plusieurs décennies. Après avoir appris son départ, Jeff Schlesinger a ainsi philosophé :

« Cela a été un parcours de 37 ans incroyable, dont 26 en tant que président de la Distribution Télévisée Internationale. J’ai assisté à 6 fusions, voyagé des millions de kilomètres, vendu des milliers de programmes et généré des milliards de dollars. Finalement, il aura fallu une pandémie mondiale [sic] et une complète réorganisation de l’entreprise pour que je trébuche sur le dernier obstacle. J’espère qu’on se souviendra toujours de moi comme le seul membre du top management à pénétrer dans une avant-première internationale à dos d’éléphant, au ‘bon vieux temps’… »

 

photo, Chris PineUn remue-ménage qui laisse pantois

 

Cette première vague de licenciement reflète l’état de l’industrie en ce moment. Le groupe Disney a lui aussi essuyé des pertes importantes, notamment à cause de la fermeture de ses parcs à thèmes et malgré le succès relatif de sa plateforme SVoD. Au mois d’avril déjà, le géant aux grandes oreilles avait placé une partie importante de ses employés en congés sans solde, à défaut de pouvoir bénéficier d’un système de chômage partiel aussi sécurisant que le système français.

Ces bouleversements chez Warner annoncent une profonde réorganisation du conglomérat et donc, fatalement, de l’industrie dans son ensemble. Pourvu que Tenet (sortie prévue le 26 août 2020) et Wonder Woman 1984 (sortie prévue le 30 septembre 2020) viennent apaiser tout ça…

 

photo, Affice sortie 30/09

Rédacteurs :
Tout savoir sur Warner Bros.
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
corle

laissez moi deviner…. warner et descendu à la 2eme marche du podium entre 2008 et 2012….. hmmmm

Numberz

Si on se retrouve un jour avec Scott Snyder a la tête de DC, j’imagine l’étendu des dégâts lol.

zetagundam

Même si il y a des difficultés, je pense surtout que toutes les grosses boites qui licencient en ce moment, que cela soit en France ou dans le cas présent les États-Unis, profitent de l’occasion pour ce faire « plaisir » afin de garder leurs marges bénéficiaires et faire le « ménage » quittent à rappeler certaines personnes virées en cas de besoin

Dredd*

@Corle, La Warner est descendue à la 2e marche entre 2014 et 2016. En 2012, WarnerBros était la premiere boîte à placer 2 films dans la liste des films milliardaires la même année (The Dark knight rises et Le hobbit 1), le triomphe d’Argo aux Oscars et de belles réussites critiques et ou publiques comme Projet X, Argo, Dark shadows, Magic Mike, Cloud Atlas… et c’était le studio qui faisait les meilleurs chiffres au box office.

major fatal

Ahhhhh tout ces mecs qui nous vendent de la m….e et qui se prennent pour des genies!