Il était une fois Ennio Morricone : le génial compositeur est mort

La Rédaction | 6 juillet 2020 - MAJ : 06/07/2020 19:46
La Rédaction | 6 juillet 2020 - MAJ : 06/07/2020 19:46

À force de créations incroyablement puissantes et variées, Ennio Morricone est progressivement devenu une incarnation vivante de son art, et de tout un pan de l’histoire du cinéma. 

Décédé à 91 ans des suites d’une chute où il s'était brisé le col du fémur, l’artiste avait composé pas moins de 500 musiques de film, et de nombreuses chansons, oeuvrant à travers tous les genres, multipliant styles et propositions, avec toujours en ligne de mire l’émotion du public.

 

PhotoLe Bon, la Brute et le Truand, grand film et grande musique

 

C’est sa collaboration avec Sergio Leone qui le fit connaître dans le monde entier. Pour une poignée de dollarsLe Bon, la Brute et le Truand puis Il était une fois dans l'Ouest font l’effet d’une petite révolution au sein du 7e Art. Épurées, minimalistes et pourtant singulièrement complexes, ses compositions sont instantanément reconnaissables, quand bien même elles se fondent idéalement dans la matière première du médium, questionnant toujours leur rapport à l’image et la meilleure manière de faire corps avec elle. 

Une équation imparable, organique, qui ne sera sans doute pas pour rien dans la réhabilitation à venir du western spaghetti, et présidera à l’ensemble de ses créations. Ces dernières vont se déployer des décennies durant, et imprégner des générations de spectateurs. À l’heure où les compositions sonores accompagnant les films s’envisagent de moins en moins comme la création de thèmes à l’identité affirmée et reconnaissable, l’œuvre du compositeur impressionne et rappelle justement les heures de gloire de l’approche qui fut la sienne. 

 

photoDes scènes entrées dans la légende notamment grâce à leur musique

 

Du Professionnel en passant par The Thing (où il avait la tâche ardue de succéder à Carpenter lui-même, puisque le réalisateur composait le plus souvent ses propres bandes-originales), La Cage aux folles, Mission, Les Moissons du cielCinema Paradiso on retrouve ses compositions partout, jusque tout récemment chez Quentin Tarantino, dont la fabuleuse ouverture des 8 Salopards ne serait pas grand-chose sans l’apport du musicien, oscarisé d'ailleurs pour cette composition. 

Son talent allait bien au-delà de la stricte musicalité, certaines chansons composées par le maître ayant largement envahi la pop culture au-delà des seuls écrans de cinéma. Ainsi le légendaire Here’s to you issu de la bande originale de Sacco et Vanzetti, interprété par Joan Boaez est à mettre à son crédit. 

 

photo OscarSon Oscar pour Les 8 Salopards

 

Avec plus de 500 films au compteur, il va désormais falloir se replonger dans une œuvre à la densité folle, dont on aura parfois sous-estimé certaines parties. Ainsi, quand on appréhende le cinéma de Dario Argento via la musique iconique des Gobelins, on oublie souvent que ce fut Ennio Morricone le premier qui accompagna l’expérimentateur italien (L'Oiseau au plumage de cristal, Quatre mouches de velours gris, Le Chat à neuf queuesLe Syndrome de Stendhal). Gageons que les années à venir seront l’occasion de redéployer et repenser l’héritage de ce formidable compositeur. 

 

photoL'ouverture funèbre et géniale des 8 Salopards

commentaires

Rebelle33
13/07/2020 à 16:27

Pour moi, le summum de l'Art en matière de musique de film a été atteint avec "Il était une fois dans l'Ouest"...La musique d'Ennio MORICONNE devient le liant absolu du chef-d'oeuvre de Sergio LEONE....Le Western porté au niveau du SUBLIME!!!!

Free Spirit
07/07/2020 à 10:19

un Génie de La Musique de Film...un des plus GRANDS...

Il Mercenario
07/07/2020 à 02:18

Adios toi qui a bouleversé la musique de films comme jamais.

Merci pour tes partitions humanistes et inoubliablement belles.

Le cinema ne sera plus pareil sans tes bijoux nombreusement copiés mais O grand jamais égalés.

Merci pour nous avoir régalé et bercé nos vies.

José
06/07/2020 à 21:30

Ciao Maestro

RobinDesBois
06/07/2020 à 21:09

RIP, la liste de chefs d'oeuvres qu'il a composé est tellement longue. L'un des plus grands compositeurs du 20ème siècle.

alulu
06/07/2020 à 16:38

Ce type était un géant, rien que l'ouverture des Incorruptibles...un truc de ouf. Je ne suis pas expert en Morricone mais j'ai rarement vu un compositeur qui comprenait aussi bien l'image. Ses scores collaient parfaitement, jamais vu un truc dépareillé pour ma part.

https://archive.org/details/tntvillage_459645/MORRICONE+320+KBPS/1960-1970/1968+-+C'era+Una+Volta+Il+West/1989+-+Original+Edition/01.+Once+Upon+A+Time+In+The+West.mp3

En espérant que ça passe :)

Dirty Harry
06/07/2020 à 15:13

Le plus grand compositeur du XXe siècle : à la fois expérimentateur audacieux et et créateur de mélodies sublimes. Il aura assuré le "dialogue" des films de Sergio Leone, puis quelques Belmondo et autres Clans des Siciliens entre deux commandes pour le cinéma érotique et prés de 250 westerns italiens (le Mercenaire, la Mort était au rendez-vous, Navajo Joe... et les Corbucci) ou pas italiens (Sierra torride), Mission, The Thing, Cinema Paradisio ou Frantic pour ses années 80 et surtout De Palma (Outrages et Intouchables ses meilleures). 1900 et Novecento sont à remettre en valeur, Abolition (la version concert a une meilleure orchestration), la classe ouvrière ira au paradis et le très expérimental "Una pura formalità". Sans lui Tarantino manquerai d'un ton amusant car le bougre est allé piocher dans les restes 70's pour se caler les soundtracks à l'ironie mordante pour ses films
Addio Maestro certo che sei il migliore !

Burt gummer
06/07/2020 à 15:12

Quelle triste nouvelle.
Un de mes artistes préférés.
Un grand compositeur s'en est allé...
Rip maestro.

bof
06/07/2020 à 13:52

La musique ne meurt pas... alors pourquoi suis-je si triste? La musique d'Ennio m'a si souvent accompagné. Pour des moments de joie ou de douce mélancolie. C'est cette dernière qui prime, à présent. Ciao, Maestro!

zetagundam
06/07/2020 à 13:25

Ennio Morricone, rien que pour ses compositions sur la trilogie du dollars, mérite de rentrer dans l'histoire de la musique

Plus

votre commentaire