Révolution : Hollywood caste une intelligence artificielle dans un de ses films

Mathias Penguilly | 29 juin 2020
Mathias Penguilly | 29 juin 2020

Après Amazon, Hollywood décide à son tour de remplacer ses acteurs par des robots. Doit-on s'attendre à une manif de célébrités dans les rues de Los Angeles ?

Cette information ressemble beaucoup au synopsis d'un nanar de série B et pourtant, elle est bien vraie ! Fini les effets spéciaux, bientôt de vraies intelligences artificielles joueront dans les films de science-fiction. Hollywood n'a qu'à bien se tenir : après tout, il n'y a pas de raison que les manutentionnaires soient les seuls à perdre leur boulot au profit des robots !

Erica, une intelligence artificielle japonaise, a été programmée spécialement pour reproduire certaines émotions, à partir d'expériences de vie qu'elle n'a pas directement vécu. Elle a alors été choisie pour être la première IA à faire une apparition dans les salles obscures - et peut-être qui sait, la première IA à fouler un tapis rouge !

 

photo, Oscar IsaacOscar Isaac dans un face à face musclé avec les forces de l'ordre à la manif' contre la robotisation du cinéma

 

Le projet est signé Eric Pham, Tarek Zohdy et Sam Khoze, trois spécialistes des effets spéciaux, qui ont écrit l'histoire d'un scientifique qui cherche à libérer sa créature lorsqu'il découvre les dangers qu'elle encoure en restant au laboratoire. Le film est financé par la société belge Happy Moon Productions, par Ten Ten Global Media et par BondIt Media Capital qui a également financé le film animé Loving Vincent sur le peintre Vincent Van Gogh (un autre projet artistique audacieux). Le tout, pour le budget très coquet de 70 millions de dollars.

Pour l'instant, aucune image n'a été dévoilée à part une première affiche très mystérieuse. On reste bien sûr à l'écoute de ce projet absolument surnaturel.

 

Affiche officielle

 

Ce n'est pas la première fois que l'industrie du film tente un projet révolutionnaire dont les retombées sont aussi incertaines. Par exemple, au début du XXIe siècle, Hironobu Sakaguchi et Monotori Sakakibara ont réalisé Final Fantasy, les créatures de l'esprit qui a pavé le chemin à d'énormes succès au box-office (dont Avatar et la dernière trilogie de La Planète des singes) en ayant recours à la motion capture. Le film avait pourtant fait un bide affreux au box-office, mettant sa société de production au bord de la faillite.

Peut-être que le casting d'une première Intelligence Artificielle - dans un rôle de personnage non-humain, certes - va encourager un recours plus régulier à ce type de technologies, moins capricieuses que certaines divas hollywoodiennes.

 

Photo Final Fantasy, les créatures de l'espritFinal Fantasy : dans le monde de la technologie, les pionniers ne sont pas toujours récompensés

 

En attendant de voir comment Erica se débrouillera face à la caméra, il y a déjà quelques bonnes fictions avec de vrais-faux robots à (re)voir. Ex Machina d'Alex Garland d'abord, est une excellente revisite du conte de Barbe Bleue, dans lequel la magnétique Alicia Vikander s'émancipe progressivement du joug de son créateur (Oscar Isaac, détonnant en gourou de l'informatique reclus). Her de Spike Jonze est également une très jolie fable sur un homme qui tombe amoureux d'une IA qui a la voix de Scarlett Johansson. Joaquin Phoenix, le Joker en personne, y est magnifique en geek un peu fleur bleue.

Enfin, si vous êtes plus d'humeur à vous plonger dans une série, Arte a diffusé en 2013 l'incroyable série suédoise Real Humans qui dépeint une société dans laquelle les IA cherchent à obtenir plus de liberté, des années après avoir intégré de nombreux foyers scandinaves (coucou Alexa !). La série était si bien faite qu'elle a été répliquée ensuite par les anglo-saxons, avec Humans, une coproduction AMC-Channel 4 diffusée entre 2015 et 2018. Sans oublier l'existence de Westworld dont la saison 3 a été diffusée au printemps et dont notre avis sur le grand final est ici.

 

photoEt si en 2012, les Suédois avaient prédit le site Amazon de Brétigny-sur-Orge ?

commentaires

Kyle Reese
29/06/2020 à 18:39

@lulu

Ah tient je l'avais oublié celui là.
En fait je ne l'avais pas aimé du tout alors que j'adore Pacino et la plus part des Andrew Nicoll.

alulu
29/06/2020 à 16:29

Et Simone de Andrew Niccol.

Kyle Reese
29/06/2020 à 16:29

J'adore les films et séries qui parlent intelligemment de l'I.A et j'ai été gâté ces derniers temps.
Mais pour le coup une actrice IA, d'abord je n'y crois tout simplement pas (Ce ne sera pas une vrai IA on en est loin, ce sera une marionnette), et ensuite ça ne m'intéresse pas du tout.

Il ferait mieux par exemple d'adapter Macross plus qui met en scène une chanteuse AI qui prend conscience et se met à avoir des velléités de contrôle et de pouvoir sur le monde.

Bon je critique un peu facilement le projet, mais je sens plus un coup marketing qu'autre chose. J'espère me tromper.

RobinDesBois
29/06/2020 à 14:04

Avec tous les acteurs et actrices qui crachent dans la soupe en permanence et qui sont prompt à lancer une polémique dès qu'ils en ont l'occasion (plus pour faire parler d'eux que par réel engagement) un jour ils finiront tous remplacés par des images de synthèses histoire que les studios ne prennent plus de risque.

Oui enfin bon...
29/06/2020 à 12:56

Bon, je dois être un peu con mais je comprends pas comment on peu "caster" une IA pour "jouer" une IA. Qu'est-ce que ça veux dire? Une image d'un visage-interface sur un écran, ce visage reproduisant des expression pour montrer quand il est angoissé, ou qu'il doute? Ou c'est juste une voice-over comme dans HER, et dans ce cas, c'est pas simplement une mise-en-scène de la fonctionnalité Siri? En quoi ça fais avancer l'élaboration d'une histoire? L'IA va improviser? Et ça rendre le bazar plus spectaculaire? Plus dynamique? Plus inventif? Enfin bref, j'attends de voir (enfin pas tant que ça)...

Pseudo
29/06/2020 à 12:40

Une ia blanche?

votre commentaire