Dans la peau de John Malkovich : l'acteur voulait que ce soit "Dans la peau de Tom Cruise" (au début)

Mathias Penguilly | 2 juin 2020 - MAJ : 02/06/2020 14:07
Mathias Penguilly | 2 juin 2020 - MAJ : 02/06/2020 14:07

John Malkovich a fait part de sa méfiance initiale à l'égard du projet, et évoqué le long processus de production du film de Spike Jonze.

Dans la peau de John Malkovich raconte l'histoire absolument absurde d'un marionnettiste incompris - John Cusack, magnifique en raté crasseux - qui accepte un job d'achiviste dans une mystérieuse entreprise située dans l'entre-sol d'un immeuble new-yorkais. Là-bas, il rencontre la superbe Maxine, jouée par Catherine Keener, dont il tombe rapidement amoureux. Il se détourne alors de sa femme, campée par une Cameron Diaz déjantée et méconnaissable. Un jour, le protagoniste découvre par hasard un portail qui lui permet d'entrer dans l'esprit de John Malkovich pendant quelques minutes et sa vie bascule.

Un ovni cinématographique mettant en scène John Malkovich dans son propre rôle et un chef-d'oeuvre fantastique qui va consacrer son réalisateur Spike Jonze - jusqu'ici connu comme réalisateur de clips et pour son mariage avec Sofia Coppola.

 

John CusackFenêtre synaptique

 

Dans une entretien avec le quotidien britannique The Independent, le principal intéressé, John Malkovich, est revenu sur sa première réaction lorsque le scénariste Charlie Kaufman lui a soumis le scénario, dès 1994. Il a ainsi confirmé une idée déjà évoquée par le passé :

« J'ai demandé : "Pourquoi ne pas faire Dans la peau de Tom Cruise ?" Charlie Kaufman m'a dit qu'il n'avait aucune intention de changer et que Spike Jonze allait le réaliser, donc j'ai dit OK. Je n'ai jamais pensé que le projet aboutirait.

Je me rappelle des années où le film n'était pas encore produit. À chaque fois que je me rendais à Hollywood, quelqu'un venait constamment me voir alors que j'étais dans un hall d'hôtel, un restaurant ou un magasin d'antiquités, pour me demander : "Eh, pourquoi tu ne fais pas Dans la peau de John Malkovich ?". Finalement, nous l'avons fait et je suis ravi d'y avoir participé. »

Après avoir été soumis à Francis Ford Coppola, celui-ci a transmis le projet à son gendre en 1996. Il ne sera visible dans les salles obscures que trois ans plus tard.

 

photo, Catherine KeenerLa femme du septième étage (et demi)

 

Le film repose beaucoup sur la performance de son acteur éponyme, transformé en simple marionnette, si bien que celui-ci craignait les retombées sur sa réputation. Finalement, le film fait un carton : il obtiendra trois nominations lors de la 72e cérémonie des Oscars. Jonze n'est plus simplement Monsieur Coppola ; il connaîtra à nouveau un certain succès en 2013 avec le film Herqui lui permettra notamment de remporter l'Oscar du meilleur scénario original.

Depuis, Charlie Kaufman a travaillé ensuite à plusieurs reprises avec le cinéaste Michel Gondry et réalisé Anomalisa, un film d'animation en stop-motion qui n'a pas trop marché malgré un accueil critique bon (et un Grand Prix du jury à la Mostra de Venise en 2015). Son prochain film I'm Thinking of Ending Thingsadaptation du roman éponyme, débarquera sur Netflix avant la fin de l'année normalement.

Enfin, si la performance de Malkovich vous intrigue et que vous souhaitez en voir un peu plus, il donne en ce moment la réplique à Steve Carell dans la série Space Forceà retrouver sur Netflix également. Notre avis sur les premiers épisodes est disponible.

 

photo, John Malkovich, Steve CarellDans la voiture de Steve Carell

commentaires

Jaberwock
02/06/2020 à 19:06

Je vs conseil aussi de regarder Adaptation de la même équipe Jonze/Kaufman ... qui raconte l’histoire de Kaufman en proie aux affres de la création après le succès de ds la peau de JM... On y retrouve Nicolas Cage (tjrs avec une coupe de cheveux improbable) qui joue Kaufman ainsi que son jumeaux bien bof à souhait. Le film pousse la méta. tellement loin que l’on y retrouve Kaufman (Cage) sur le plateau de Malkovich ... bref une pépite ,si l’on aime le cinéma de Jonze, qui mérite d’être un peu plus connu. À bon entendeur...

Bubble Ghost
02/06/2020 à 17:42

Je l'ai vu en totale innocence et curiosité, sans connaitre ni Spike Jonze, ni John Malkovich. à noté aussi, la courte performance bien méta de Charlie Sheen, aussi prémonitoire que cocasse. La séance était en VOSTFR, alors que ce n'était pas dans mes habitudes. Et surtout, que je pensais assister à une séance en VF. La surprise quand le film a commencer en anglais. Et je ne regrette absolument rien. La claque que j'ai pris. Le cinéma ne m'avait pas fait un tel effet, depuis le Brazil de Terry Gilliam. Et pourtant, juste un mois avant, j'avais aussi pris une grosse baffe complétement barré, avec Fight Club. 1999 était vraiment une bonne année de cinoche ^^

yourglaaa
02/06/2020 à 16:42

Vu, revu, re-revu, etc ... J'envie ceux qui ne l'ont pas encore vu, en vost, ça va de soi.

Myst
02/06/2020 à 14:31

Tres bon film. Tres etrange mais ça fonctionne !

votre commentaire