Mad Max : George Ogilvie, sauveur de la saga, est décédé

La Rédaction | 7 avril 2020
La Rédaction | 7 avril 2020

Il n'est pas l'artiste le plus connu associé à la saga. Mais sans lui, Mad Max : Au-delà du Dôme du Tonnerre n'aurait peut-être jamais existé, enterrant l'épopée de George Miller.

La saga inventée par George Miller constitue un des sommets de l’histoire du cinéma, en perpétuelle réinvention, faisant de chacun de ses chapitres un défi artistique et technique. Sorte de grand œuvre perpétuellement revisité par son auteur, qui aura achevé de mettre tout le monde d’accord avec Mad Max : Fury Road, la série est néanmoins passé tout près du cataclysme.

George Miller est indiscutablement le chef d’orchestre des longs-métrages, mais il a bien failli jeter l’éponge dans des circonstances pour le moins terribles. Plus qu’un producteur, Byron Kennedy était un collaborateur très proche du cinéaste, un ami, qui fut une des pierres angulaires de la conception des deux premiers Mad Max. Son décès tragique durant les repérages de Mad Max 3 devait laisser Miller abattu, prêt à abandonner le métrage.

 

Photo Mel Gibson, Tina Turner"Bon, mais vous êtes surs, on n'a pas besoin de renfort costumes ?"

 

Ce dernier ne put avoir lieu que grâce à l’entremise de George Ogilvie, qui co-réalisé Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre, soulageant un peu du poids qui pesait sur les épaules du metteur en scène. En effet, George Miller put se concentrer sur les séquences d’action et faire preuve de toute sa technicité, pendant qu’Ogilvie se chargeait des scènes avec les comédiens. Ayant déjà travaillé au théâtre avec Mel Gibson durant les années précédant ce troisième opus, il put reprendre naturellement le flambeau.

Le sauveur de Mad Max 3 ne déserta jamais les plateaux de cinéma ou de séries (et offrit à Russell Crowe un de ses premiers rôles remarqués avec The Crossing), le plus souvent dans le cadre de la production locale australienne, mais demeura avant tout un metteur en scène de théâtre. Crowe a d’ailleurs été parmi les tous premiers à rendre hommage à son mentor, disparu à l’âge de 89 ans, mort après un arrêt cardiaque, le décrivant comme « un professeur doué pour l’enseignement des arts ».

 

commentaires

Zed
29/04/2020 à 15:50

Ogilvie n'a rien sauvé du tout et n'a pas été embauché à cause de la mort de Kennedy...

cepheide
07/04/2020 à 19:55

Les 3 mad max sont qd même des grosses séries b pas mal loin du nanard qd on les reçoit aujourd'hui.

Abibak
07/04/2020 à 17:43

Le film n'est pas terrible mais la bo de Tina Turner est excellente. D'ailleurs bien plus connu que le film.

votre commentaire