Après Bloodshot, Sony dit non à la SVoD et veut sauver les salles de cinéma

La Rédaction | 30 mars 2020 - MAJ : 30/03/2020 15:25
La Rédaction | 30 mars 2020 - MAJ : 30/03/2020 15:25

Alors que les studios américains se ruent sur la VOD et la SVoD pour parer à la fermeture des cinémas, Sony réaffirme sa fidélité dans les salles obscures. 

Alors que Bloodshot, The Hunt, Invisible Man, et probablement beaucoup d’autres dans les prochaines semaines, ont choisi d’abandonner la fenêtre de sortie classique pour privilégier une visibilité en ligne, tout le monde ne partage pas ce calcul. Avec le confinement qui touche plusieurs pays essentiels à l’industrie du 7e Art, studios, producteurs, distributeurs et exploitants font face à une menace structurelle et économique inédite. 

Pour de nombreux observateurs, c’est l’équilibre entre les différentes formes d’exploitation qui va se jouer dans les prochains mois, possiblement à la faveur des Netflix, Disney+, Amazon Prime et autres plateformes. En effet, les exploitants de salles devront composer non seulement avec le manque à gagner engendré par une période de non-activité, puis avec celles générées par un probable embouteillage de sorties, et enfin la grande inconnue que constitue la réaction des spectateurs, dont rien n’indique qu’ils se rueront en salles sitôt ces dernières ré-ouvertes. 

 

photo, Leigh Whannell"Et quand le type de Netflix arrive, tu le plante."

 

Dans ce contexte, rares sont les opérateurs de l’industrie à avoir affirmé leur fidélité à la distribution en salles. C’est le cas de Tom Bernard, co-président de Sony Pictures Classics, qui a fait savoir à IndieWire que les longs-métrages de la firme privés de sortie ne seraient pas exploités en SVoD ou VOD, mais attendraient de pouvoir retrouver le grand écran. 

Pour ce dirigeant de studio, pas question d’abandonner la voie royale a profit des plateformes. 

“Ce n’est pas le bon endroit pour les projeter. Tout commence avec la sortie cinéma. Quand le virus aura disparu, que tout sera sûr, les gens retourneront au cinéma.” 

Alors que plusieurs acteurs du secteur en appelle à l’Académie des Oscars, afin qu’elle repousse la cérémonie de 2021 ou assouplisse ses règles, afin de ne pas exclure les productions à la sortie salle sacrifiée ou repoussée, Bernard se montre intransigeant. 

“On ne peut pas se retrouver avec des films qui ne sont pas sortis en salles, et se retrouvent éligibles. Il faudra absolument sortir au cinéma pour être qualifié.” 

 

photo, Storm ReidQuand le cinéma te manque

 

Pour mémoire, ce positionnement, jusqu’à récemment très répandu au sein des studios, provient officiellement d’une demande d’égalité, les moyens des plateformes pour faire campagne pour leurs films étant très supérieurs à ceux des studios classiques, d’autant plus qu’ils n’ont pas à assurer les dépenses d’une sortie salle de grande ampleur. Pour Tom Bernard, si le cinéma demeure la voie royale, ce serait en raison de sa capacité à marquer les esprits. 

“Si je prends 10 films sortis en salles l’an dernier, et 10 films diffusés sur Netflix, que j’attends 10 ans, on verra bien si quelqu’un a entendu parler des seconds. Personne ne se souvient de ce qui passe à la télé. Ce sont des programmes, ils n’ont pas l’ambition du cinéma. Ils ne constituent pas quelque chose de spécial.” 

Des propos un peu battus en brèche par les gros coups réussis par Netflix durant les derniers mois de 2019, et les premières semaines de 2020. En effet, il semble un peu hasardeux de parier sur la disparition de RomaThe Irishman, Marriage Story ou encore Uncut Gems  (produit par A24 et distribué à l'international par Netflix). Toutefois, il faut aussi se souvenir que Netflix est bien conscient de la question et de la problématique “évènementielle” liée aux films, puisque la plateforme a fait savoir qu’elle comptait investir dans des salles de cinéma aux Etats-Unis. 

 

Photo Hilary Swank, Betty GilpinStreaming, ton monde impitoyable

 

Pour autant, le co-président de Sony Pictures Classics enjoint les exploitants de salles à réinventer leur fonctionnement afin d’intéresser un public susceptible de se détourner d’eux. 

“Les cinémas doivent revenir en force, avec des idées neuves, en innovant. (…) Les salles doivent travailler avec la data, de nouvelles technologies qui leur permettent d’atteindre les consommateurs. L’industrie a changé. 

Les studios et les distributeurs ne touchent plus le public via les stratégies marketing traditionnelles. Les exploitants doivent utiliser leurs données pour toucher le public, pas seulement quand il les contacte pour acheter un ticket, mais pour leur faire savoir qu’un film sort le vendredi.” 

Des propos intéressants, qui vont sûrement engendrer des débats électriques au sein de Sony, qui a parallèlement sorti Bloodshot en VOD dans plusieurs pays, suite au sabordage de sa sortie cinéma aux USA. Reste à savoir si le film parviendra à rentrer dans ses frais dans ces conditions difficiles. 

 

photo, Vin DieselLa bataille pour le box-office

commentaires

Pierre
30/03/2020 à 22:32

Il ne faut pas se leurrer, si beaucoup de film sorte en VOD en ce moment, c'est juste une histoire de planning et de rentabilité.

Vue le planning très chargé du cinéma, impossible de recaser les film qui aurait du sortir en ce moment plus tard dans l'année (trop de concurrence tue) et vue qu'un film coûte chère, la rentabilité doit intervenir le plus rapidement possible, donc impossible de les sortir l'année prochaine ou encore plus tard.

Bref, les studios ne renonceront jamais au cinéma, bien plus rentable que les plateforme vidéo, sans compté que c'est a ce jour l'ultime rempart contre le piratage qui fonctionne.

Quand un film sort au ciné, il faut au moins 4 a 6 mois avant de l'avoir en bonne qualité sur les sites de warez (les cam/ts n'intéressant plus grand monde), ce qui force les plus impatient a allé au ciné.

Via les sites de Streaming comme Netflix, quand un film sort, il est dans la minutes dispo sur tout les site de warez et donc regardable gratos... Je suis pas sur que sa plaise aux studio, surtout pour les super production en plusieurs centaine de millions de dollars.

Puis pour finir, jamais on retrouvera l'ambiance d'une salle de ciné a la maison, a moins d'apprécier de regarder ses film dans des conditions a chier, le cinéma a encore de long jours devant lui avant d'être désertée.

Event 201
30/03/2020 à 20:09

et il y a des gens qui croient qu'il y aura encore du cinoche en salle dans un an? lol!
faut atterir, "grace" au covid 19 et ceux qui vont venir, vous n'aurez plus l'occasion d'aller au cinoche, ni regarder des trucs sur le Stream, le rapt new world order se deroule sous les yeux, ils avainet l' option douce ou hard, ils ont choisi la seconde, Attali vous avait prevenu en 2009,

Martin St-Pierre
30/03/2020 à 19:04

Bloodshot est un gros pétard mouillé et même en SVoD le film n'est pas attrayant.

dahomey
30/03/2020 à 16:48

"Et quand le type de Netflix arrive, tu le plante(s) "
;) petite coquille

ilulu
30/03/2020 à 15:39

Vous savez si Uncut Gems cartonne ou pas ? Merci

votre commentaire