The Hunt : le film d'horreur sortira finalement, quelques mois après la polémique

Marion Barlet | 12 février 2020
Marion Barlet | 12 février 2020

On a bien cru que le thriller de Craig Zobel passerait sous le tapis, avec son sujet méga-violent d'une chasse à l'homme au sens propre. Mais la machine est relancée, avec une date de sortie et une bande-annonce.

Prévu pour sortir le 27 septembre dernier aux États-Unis, le film a été mis en sourdine par Universal Pictures et Blumhouse suite aux tueries de masse de Dayton et d'El Paso début août 2019. Il a paru impensable de mener une campagne marketing dans le contexte des fusillades, et même s'il ne fait pas l'apologie des armes, The Hunt joue avec la violence dans son thriller d'action.

Pris dans la spirale polémique de la légalisation des armes et de leur surconsommation, le film a préféré retarder (voire annuler) sa sortie et faire profil bas, notamment quand Donald Trump s'est mis à diaboliser Hollywood. Entre le racisme anti-blanc et le démoniaque cinéma de gauche, The Hunt est parti se cacher.

 

Photo Betty GilpinBetty Gilpin en héroïne bien badass

 

Pour rappel, le réalisateur Craig Zobel et les scénaristes Damon Lindelof et Nick Cuse ont construit une chasse à l'homme grandeur nature dans The Hunt. Des Américains sont kidnappés et envoyés en Europe pour devenir le gibier de milliardaires dérangés. Mais les victimes vont riposter, surtout Betty Gilpin qui interprète Crystal et qui veut en découdre. Le casting se compose d'Emma Roberts, d'Ethan Suplee, d'Hilary Swank, d'Ike Barinholtz, de Justin Hartley, de Glenn Howerton. Pour en savoir plus sur le camp de chacun et découvrir la première bande-annonce, rendez-vous ici. Sans cesse repoussée, la sortie du film est finalement prévue pour ce printemps 2020.

Pour nous remettre dans le bain, Universal a concocté une deuxième bande-annonce, plus courte que la précédente. La relation conflictuelle entre les personnages de Betty Gilpin et Hilary Swank est étoffée, et la baston est rythmée et vénère.

 

 

Universal reprend donc les rênes et pourrait bien flatter les amateurs de frissons et de machettes avec son thriller horrifique. L'humour ne sera pas absent non plus de ce film produit par Jason Blum (Get Out), et qui sortira le vendredi 13 mars aux États-Unis. En France, il faudra attendre un peu plus, jusqu'au 22 avril. C'est déjà mieux que rien.

 

affiche 2

commentaires

Philip
27/02/2020 à 23:55

@Simon Riaux,

Pas vraiment, Simon; voir, par exemple, le Gun Control Act de 1968, initié après les assassinats de JFK, Luther King et de Robert Kennedy. La tentative d'assassinat sur Reagan en 1981 (et l'assassinat de Lennon quelques mois auparavant) avait de nouveau porté le débat sur la place publique. Mais là où je peux vous rejoindre c'est qu'il est vrai que internet et les réseaux sociaux ont exacerbé ces problématiques pour littéralement se muer en abcès de fixation. À l'époque, tous ces débats restaient circonscrits à la presse US et en France, nous ne soupçonnions même pas l'existence de ces questions.

Ceci étant, il ne faut pas prendre "The Hunt" trop au sérieux et encore moins le surinterpréter. Cela reste un survival qui satisfera probablement les amateurs du genre.

Simon Riaux - Rédaction
27/02/2020 à 18:54

@Philip

Sauf que les films que vous citez sont sortis bien avant que la question des armes à feu et la médiatisation des tueries de masse ne deviennent des enjeux sociaux, médiatiques et politiques aux Etats-Unis.

Philip
27/02/2020 à 18:41

@Simon Riaux,

Certes, il y a toujours des différences mais c'est aussi un peu l'exercice qui l'exige ne serait-ce que pour affiner un peu plus les situations. Cependant comme le dit RobinsDesBois, il n'y a rien de véritablement nouveau et on peut citer quelques exemples : "Que la chasse commence" (1994) avec Ice-T et Rutger Hauer ou, encore plus vieux et qui servit sans doute de modèle du genre pour les films d'après : "Les Chasses du comte Zaroff"sorti en... 1932.

RobinsDesBois
12/02/2020 à 21:13

@Simon oui c'est sûr mais je pense pas que ce film soit pro arme à feu également, ça même l'air d'être plutôt le contraire au regard du synopsis. Mais du coup des politiciens ou je ne sais qui se sont réveillés un matin, ont découvert la production du film The Hunt et ont accusé le projet de contribuer à la violence aux USA ou c'est juste l'équipe marketing du film qui a fait ce choix de délai par précaution ?

Simon Riaux - Rédaction
12/02/2020 à 15:57

@RobinsDesBois

Absolument, mais il y a deux différences.

Premièrement, American Nightmare se positionne (opportunément ou sincèrement, c'est une autre question) comme un film très engagé contre la banalisation de la violence et l'usage des armes. Donc, sa présence sur les écrans au moment ou ont lieu des évènements de ce type n'est pas reçue de la même manière.

Ensuite, il s'agit d'une réponse à un problème particulier rencontré par The Hunt. A savoir, avoir été pointé du doigt dans les semaines précédent sa sortie, comme une possible exploitation d'un phénomène qui ensanglante les USA. Dans ces conditions, pas étonnant qu'il ait été décidé de postponer la sortie.

RobinsDesBois
12/02/2020 à 15:46

@Simon Riaux Oui mais c'est pas spécialement nouveau. Tous les deux ans ils nous sortent un American Nightmare au ciné et il me semble qu'ils en ont même fait une série.

Simon Riaux - Rédaction
12/02/2020 à 15:27

@RobinDesBois

Parce qu'il traite, sur le mode de la dystopie, précisément du fait que les américains aiment s'entretuer. Et que Blumhouse l'avait vendu ainsi.

RobinDesBois
12/02/2020 à 15:24

"Il a paru impensable de mener une campagne marketing dans le contexte des fusillades "

Pourtant y a bien 1/5 des films américains qui comportent des scènes de fusillades alors pourquoi la sortie de ce film en particulier est impacté par l'actualité ?

RobinsDesBois
12/02/2020 à 15:21

Il y a quoi de particulièrement polémique dans ce synopsis pour que la sortie du film soit retardé ? Ca a déjà été fait plusieurs fois au ciné mais aussi dans des épisodes de série. Le premier film qui me vient à l'esprit c'est "Chasse à l'homme" avec Van Damme.

votre commentaire