The Hunt : Donald Trump accuse les films "racistes" d'Hollywood de rendre les américains zinzins

La Rédaction | 12 août 2019
La Rédaction | 12 août 2019

Aux Etats-Unis, le meurtre de masse est devenu un sport national pratiqué presque quotidiennement. Et pour Donald Trump, c’est la faute d'Hollywood, dont les productions racistes rendraient zinzin les américains.

Avec plus de 200 fusillades annuelles, les Etats-Unis d’Amérique se transforment progressivement en parc d’attraction géant pour psychopathes, sous l’œil bienveillant de la NRA, qui ne voit pas franchement le rapport entre la distribution à grande échelle d’armes de guerre et le fait que celles-ci soient utilisées. Une situation pas franchement propice à la paix de l’âme et au zen, mais bon, chacun son problème, nous on a les retards de la SNCF, et ce n'est pas facile tous les jours non plus.

Après une trentaine de mort lors de deux tueries de masse survenues presque simultanément, dont les auteurs semblent assez directement inspirés par la rhétorique du Président Trump, ce dernier se devait de prendre les devants et de ne pas se laisser accabler par le camp démocrate, qui tente de retrouver un peu d’oxygène en vue des élections de 2020.

 

photo The Hunt The Hunt

 

Pour autant, Donald Trump paraît ne pas souhaiter (ni électoralement, ni politiquement) remettre en cause sérieusement l’usage et le commerce des armes sur le territoire américain. De telles mesures l’obligeraient à affronter la NRA, lobby surpuissant des armes, tout en rencontrant l’incompréhension d’une partie de sa base électorale. Dès lors, l’homme politique n’a d’autre choix pour proposer une réaction que de piocher dans les coupables idéaux désignés habituellement en cas de gros massacres avec des gens morts dedans.

Entre le rap, les jeux vidéo, le rock’n roll, la déchristianisation et le cinéma, Donald Trump a logiquement opté pour le 7e Art. Premièrement, parce que l’hostilité d’Hollywood à son égard est bien connue et qu’il ne risque pas d’y perdre d’alliés, mais aussi parce que l’attitude d’Universal, paniquant et annulant la sortie du film The Hunt à cause du contexte actuel, lui a fourni un argumentaire tout chaud.

On ne s’étonnera donc pas que le président américain ait fustigé, devant la Maison Blanche, face à un parterre de journalistes, la production hollywoodienne et les patrons des studios.

 

photo The Hunt

 

« Hollywood est vraiment affreux. Vous pouvez parler de racisme hein. Hollywood est raciste. Ce qu’ils font, avec ces films qu’ils diffusent, c’est très dangereux pour notre pays en réalité. Ce que commet Hollywood dessert l’Amérique. Nous allons rassembler les dirigeants des plus grosses compagnies, et on va leur parler. Ils traitent les conservateurs, les républicains, très différemment des autres bords. Ils ne peuvent pas faire ça. »

Rappelons que Donald Trump n’en est pas à son coup d’essai et commente souvent négativement le cinéma américain. Un doute subsiste toutefois sur l’usage du terme « raciste » par l’homme d’affaire et politicien, qui ne semble pas tout à fait au courant de sa signification.

« Django Unchained est le film le plus raciste que j’ai jamais vu. C’était naze. »

 

 

Plus sérieusement, une nouvelle fois, la fureur de Donald Trump paraît aussi mal informée qu'hypocrite. Car si l'agenda démocrate trône en bonne place dans les considérations politiques d'Hollywood. Imaginer que les studios produisent des oeuvres en contradiction totale avec les opinions américaines est un contresens industriel. Les studios n'ayant ni le désir ni les moyens de produire pour des centaines de millions de dollars des films que les américains ne souhaitent pas voir, la lecture du président semble simpliste (pour le dire poliment). A ce titre, le fait que le président de Marvel Entertainment, Isaac Perlmutter, soit un des plus gros donateurs de Trump n'est peut-être pas un pur hasard.

Dernier élément troublant. The Hunt narre comment les puissants poussent les pauvres à s'entretuer et ultimement à leur servir de proie, pour assurer leur survie et leur domination. Il est particulièrement signifiant, terriblement ironique, et au final peu étonnant que le métrage fasse les frais du vent de panique moral qui souffre sur les Etats-Unis du président Trump.

 

Affiche

commentaires

Plissken
15/08/2019 à 08:38

Ça c'est l'impartialité journalistique. Bienvenue en France bolchevique

Jobert
15/08/2019 à 01:12

@ZeroKoolDown
Attention avec tes FAKE NEWS. TRUMP n'a jamais hurlé à la foule "SHOOT THEM" en parlant des immigrants. Il évoquait ce qui peut ou non être fait pour arrêter les criminels (immigrés) et UNE PERSONNE DANS LA FOULE a hurlé/blagué : SHOOT THEM. Trump a sourit et a rétorqué une réponse sous forme de blague.
De plus ce meeting n'était pas la veille des tueries, mais il y a trois mois, la vidéo a juste été ressorti sur les réseaux sociaux le lendemain des tueries.

MystereK
13/08/2019 à 22:32

ROCCO L'ASTICOT même si un président voulait réguler, et je penses qu'Obama voulait réguler, il est pratiquement pied et poings lié s'il n'a pas les deux chambres avec lui, et c'était le cas d'Obama. De plus, comme c'est un amendement de la constitution, il faut avoir aussi une majorité de juge dans sa poche pour éviter une décision fédérale défavorable en cas de recours. DOnc quelqu que soit le président, c'est pas demain la veille que les armes seront sérieusement régulées aux USA. Quand à Trump, je vous rappelle qu'il a minimisé les actes des suprémaciste dans le passé, qu'il a appelé à abattre Hillary, qu'ils s'est montré publiquement à côté des extrémistes, utilise les même formules à l'emporte pièce et c'est sont propre quand qui ont dû l'appeler à plusieur reprise pour qu'il désapprouve ces personnes publiquement.

Et oui, la rhétorique du président les encourage, puisqu'il ces suprémacistes le cites directement et se vante même. Pour les des auteurs de ces tuuerie du week-end, c'est ouvertement le cas, il l'a revendiquée sur les réseaux sociaux comme d'autres avant lui. Alors n'allez pas dire que ce n'est pas vrai quand les auteurs même le revendiquent. Je pense qu'ils le savent eux-même mieux que vous. Quand au tueur de Daytona, Connor Betts, la police a bien précisé qu'il n'avait aucune motivation politique même s'il a utilisé une fois le mot leftist dans un tweet où il se déclarait par ailleurs aussi métaleux, misogyne et sataniste., Tout en glorifiant satan il se disait être dieu en personne. La police a plutôt constaté, qu'il était fasciné par la violence sous toute ses formes, qu'il avait établi depuis longtemps une liste de personne qu'il voulait tuer ou violer et qu'il avait des tendances suicidaire. Quoiqu'il soit, la vraie motivation de Connor n'est toujorus pas claire selon une communiqué d'hier de al police.

ZeroKoolDown
13/08/2019 à 18:51

@Rocco l'asticot

Il n'est pas responsable de la situation.
Mais il mise dessus et l'encourage.
La majeure partie de ces attaques sont le fait de terroristes suprématistes blancs. Soit son électorat. C'est logique.

Mais là je crois que tu prêtes des propos à EL qui ne sont pas les leurs. Ils disent en substance qu'ils chauffent les tarés à blanc. C'est pas nouveau non plus.

Rocco l'asticot
13/08/2019 à 18:19

@ZeroKoolDown
Il y avait déjà des tueries de masse avant Trump. Il y en aura après lui. Le problème n'est pas tant les opinions politiques que l'extrême proliférations des armes automatiques aux US, qu'aucun président, ni même Obama n'a souhaité réguler. Que Trump soit une tranche incompétente je veux bien l'entendre. Mais dire qu'il incite les sociopathes a tiré dans la foule c'est fallacieux. Trump a pour le moment beaucoup moins de sang sur les mains qu'Obama le prix Nobel de la paix...
Le lien entre cinéma et tuerie est stupide de la part de Trump. EL n'a pas besoin de répondre avec plus de stupidité.

Rorschach
13/08/2019 à 16:30

C'est pas trop étonnant qu'il n'ai pas aimé Django Unchained, vu ce que j'imagine être sa capacité de concentration, suivre attentivement un film de 2h45 est complètement hors de sa portée! Et puis l'histoire d'un esclave noir qui brise ses chaines...

ZeroKoolDown
13/08/2019 à 15:51

@Jobert

Bah son dernier grand meeting, qui a eu lieu la veille des tueries, ou il fait scander à la foule, quand il parle des migrants "SHOOT THEM".

A priori il ne parle pas de les prendre en photo.

Du reste c'est pour ça qu'il est obligé de réagir très fort ces derniers jours et de trouver des boucs émissaires, contrairement aux tueries précédentes, où il avait à peine réagi.

Jobert
13/08/2019 à 15:38

" Le type dirige des meetings et encourage ses militants à appeler au meurtre. ", QUAND, OU ? SOURCE ? J'ai jamais entendu TRUMP appelé encouragé ses militants à appeler au meurtre...

ZeroKoolDown
13/08/2019 à 11:19

@rocco l'asticot

Démocrate faut le dire super vite hein. La mouvance auquel il appartient a l'air plutôt classée à gauche selon les médias US, mais pour le coup, je suis très sceptique sur la manière dont ils opèrent une répartition sur l'échiquier politique.

C'est Heavy qui a sorti ça je crois, et ils t'expliquent aussi que c'est un gauchiste parce qu'il écrivait des chansons où il parlait de cul. Je trouve ça un peu réducteur.

Après, Trump ça se discute, mais je suis assez d'accord avec EL. Le type dirige des meetings et encourage ses militants à appeler au meurtre. C'est quand même compliqué de ne pas le considérer comme responsable non ?

Poubelle
13/08/2019 à 10:56

Ben il a bien raison les films bisousnours US peut rendre débiles

Plus

votre commentaire