Films

Birds of Prey : Ewan McGregor est très heureux de jouer dans un film féministe qui pointe du doigt la misogynie

Par Mathieu Jaborska
11 octobre 2019
MAJ : 12 octobre 2019
10 commentaires
photo Affiche

Nouveau venu dans le DCEU, Ewan McGregor s’est exprimé sur les raisons qui l’ont fait accepter le rôle.

C’est le grand retour à Hollywood pour Ewan McGregor en ce moment. Personnage principal de Doctor Sleep, la suite de Shining réalisée par Mike Flanagan et prévue pour le 30 octobre, il incarnera également Roman Sionis alias Black Mask dans Birds of Prey et la Fantabuleuse Histoire de Harley Quinn. C’est lui qui devrait donner du fil à retordre au personnage campé par Margot Robbie, mais également à sa bande totalement féminine.

 

photoHarley Quinn et son équipe de base-ball

 

Les oiseaux de proie du titre sont bien une des premières équipes de super-héroïnes du cinéma. Réalisé par Cathy Yan, le film devrait s’ériger contre les clichés, et c’est apparemment ce qui a motivé l’inoubliable Obi-Wan Kenobi. Dans un entretien à Premiere, il s’exprime sur ce qui lui a plu dans le scénario.

« Ce qui m’intéressait avec Birds of Prey, c’est que c’est un film féministe. C’est très finement écrit, il y a dans le script un vrai regard sur la misogynie. Et je crois qu’on a besoin de ça, il faut qu’on soit plus conscients de la façon dont on se comporte avec le sexe opposé. On a besoin qu’on nous apprenne à changer. Les misogynes dans les films sont souvent extrêmes : ils violent, ils battent les femmes… Et c’est légitime de représenter des gens comme ça, parce qu’ils existent et qu’ils sont évidemment ce qu’il y a de pire.

 

photoLa balle de base-ball d’Harley Quinn et son équipe

 

Mais dans les dialogues de Birds of Prey, il y a toujours une allusion à la misogynie de tous les jours, à ces choses qu’on dit en tant qu’homme dont on ne se rend même pas compte, au mansplaining… Tout ça est dans le script de façon très subtile. J’ai trouvé ça brillant. »

Certaines problématiques soulevées dans cet entretien sont aussi intéressantes qu’elles sont susceptibles de mettre le feu à internet. L’engagement de cette suite plus ou moins assumée de Suicide Squad ne fait donc plus trop de doute. Loin d’être l’amoureuse niaise et éperdue du Joker, la nouvelle Harley Quinn se caractérisera probablement par une indépendance à toute épreuve. On pourra sûrement en dire autant de ses collègues, qu’elle semble recruter dans la dernière bande-annonce.

Il faudra s’en rendre compte par soi-même à la sortie du film, le 19 février 2020

 

Affiche française

Rédacteurs :
Tout savoir sur Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mad

Il a surtout accepté parce que sa MEW était dans le film. On ne peut pas refuser grand chose à sa muse.

Gregdevil

Quel beau discours promotionnel

major fatal

Je croyais qu il ne voulait plus jouer devant les fonds vert!

tenia54

On parle bien du film dont la principale intrigue aurait été complètement ré-écrite et retournée parce que McGregor jouait un gay façon grande folle et qui pourchasse une gamine parce qu’elle a avalé un diamant contenant un microfilm avec des d**k picks ?

Snake

Je suis un homme et j’ai une attitude très digne envers les femmes. J’ai besoin de rien Ewan je te remercie.

J’aimais bien cet acteur mais la il dit quand même de la grosse m*** pour promouvoir ce qui semble être une énorme daube à en devenir. Non parce que c’est un film de femmes mais parce que ça ressemble à rien (surtout pas au comics) et que ça a l’air d’une stupidité sans nom. Sans parler du fait que je me méfie comme la peste des films vendus comme féministes, progressistes, tolérants,etc. C’est en général très mauvais signe.

Suffit de voir Joker, jamais vendu comme tel, et pourtant le film contient de nombreuses réflexions sur beaucoup de sujets contemporains.