The Irishman : le film de mafia de Martin Scorsese sur Netflix sera le plus long de sa carrière

Alexandre Janowiak | 28 août 2019 - MAJ : 28/08/2019 10:57
Alexandre Janowiak | 28 août 2019 - MAJ : 28/08/2019 10:57

Martin Scorsese va nous livrer une fresque à la durée record avec The Irishman.

La période des Oscars commence doucement, mais sûrement depuis quelques jours et Netflix nous le fait bien comprendre. La plateforme de streaming a révélé il y a quelques heures la date de sortie de The Irishman, prévu pour le 27 novembre chez nous (uniquement sur Netflix), mais aussi de ses autres films très attendus en cette fin d'année.

Ainsi en France et à l'international sur la plateforme, The Laundromat arrivera le 18 octobre, Le Roi (dont la bande-annonce est visible ici) le 1er novembre, Marriage Story  le 6 décembre et The Two Popes le 20 décembre. Avec en plus des sorties salles prévues aux États-Unis (pas en France, la chronologie des médias l'empêchant), Netflix compte encore frapper fort lors des cérémonies de récompenses.

Et si le film de Noah Baumbach semble placé en favori par la plateforme pour ramener des prix, le nouveau Martin Scorsese est aussi largement scruté comme un événement. Le film fera l'ouverture du NYFF fin septembre et le festival new-yorkais a justement révélé la longueur du film. Ce sera du jamais vu pour un film du cinéaste.

 

 

En effet, The Irishman, qui racontera l'histoire du crime organisé américain d'après-guerre et notamment les relations entre Frank Sheeran (Robert De Niro), Russell Bufalino (Joe Pesci) et Jimmy Hoffa (Al Pacino), durera 210 minutes soit 3h30.

Une durée record pour un film de Martin Scorsese dont le plus long film jusqu'ici était Le Loup de Wall Street et ses 2h59 minutes, soit une minute de plus que les 2h58 de Casino. Ce n'est cependant pas étonnant venant de la part du réalisateur de Taxi Driver puisqu'il aime donner du temps à ses personnages, ses lieux ou ses intrigues pour se développer et démontrer toutes leurs richesses : Aviator durait 2h50, Gangs of New York durait 2h47, La Dernière tentation du Christ affichait 2h44 quand son dernier film en date Silence se concluait après 2h41 sublimes.

 

PhotoAl Pacino et Robert De Niro

 

Au-delà des habitudes du réalisateur, cette durée de 3h30 rappelle évidemment l'immense fresque de Sergio Leone, sans doute source d'innombrables inspirations pour Scorsese (cette sonnerie dans la bande-annonce est sûrement un clin d'oeil voire un hommage) : Il était une fois en Amérique.

Le film de 1984 a connu de multiples versions dont la Director's Cut de 3h41 minutes et l'Extended Director's Cut de 4h11 minutes. Avec ses 3h30, The Irishman de Martin Scorsese s'annonce donc clairement comment une nouvelle fresque sur l'Amérique, prête à marcher sur les pas du chef-d'oeuvre de Leone. Reste à savoir si le long-métrage sera à la hauteur des espérances. Le verdict aura lieu dès le 27 novembre en France et les premiers avis américains devraient tomber à partir du 28 septembre.

 

afficheAffiche fan art

Tout savoir sur The Irishman

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Dredd
28/08/2019 à 13:16

Avoir Disney+ ne signifie pas forcément abandonner Netflix même si sur la durée Disney sera le leader du secteur (d'ici5 ans max ils prendront le pouvoir aux US, ça prendra un peu plus longtemps pour le reste du monde). On peut détester Disney mais l'éventail des sagas qui figurent dans son catalogue est énorme et très varié.

Scarface666
28/08/2019 à 12:15

@myself

Sinon oui, je me relis, faut que je nuance, en effet, je vois déjà les gens venir me dire : je suis fan de Fincher pourtant j'ai été voir Endgame. Les gouts et les couleurs, on en revient toujours à ça.

J'ajoute aussi, que Netflix en sois, c'est pareil, je trouve pas l'expérience de visionnage ultra top mais le concept a aussi ses qualités (ça a quand même permis a The Irishman d'enfin se financer pour ne citer que lui). Et au moins avec Netflix, même si eux aussi on leur cahier des charges pour leurs productions, (pas de noir et blanc (exception faite de Roma), tournage en numérique obligatoire il me semble) ne va se contente pas de viser un seul type de publique.

Scarface666
28/08/2019 à 12:06

@Sergio

Tu n'as pas tord dans le fond mais comme dit Miami81, le publique "de base" n'est pas très regardant au nom du réal et c'est pas le publique de "niche" qui remplit les caisses des studios. Je veux pas faire d'amalgame ou sortir des clichés mais j'ai l'impression que le publique Disney, a savoir la famille avant tout, c'est pas le type de spectateur a absolument rechercher l'expérience cinématographique de qualité. Ce sont les mêmes qui vont se ruer en salles a chaque Marvel, plutôt que d'aller voir le Fincher qui sort à coté.... et les mêmes qui se rueront en masse sur un abonnement de streaming pour voir les mêmes merdes (excusez) pour encore moins chère et dans de moins bonnes conditions encore. Je dit pas que Netflix est enterré (loin de là) mais Disney+ a déjà un succès quasi assuré.

Miami81
28/08/2019 à 11:46

Oui sauf que malheureusement, c'est moins le réalisateur qui attire le public dans les salles que le côté franchise.
J'ai peur que ce soit pareil dans le choix de la plate forme.
Sans oublier que Disney + regroupe un catalogue de films présents et à venir gigantesque. Il faudrait juste que les autres studios s'associent à Netflix pour leur plate-forme de diffusion. Mais c'est pas gagné,

Sergio
28/08/2019 à 11:36

Certains enterraient déjà Netflix face à Disney+, alors qu’avec des auteurs de la trempe de Scorsese, Cuaron, Fincher ou les frères Coen, ils ne jouent clairement pas dans la même cour.

votre commentaire