Steven Spielberg s'explique sur Netflix et clarifie sa position

La Rédaction | 26 avril 2019 - MAJ : 02/05/2019 11:53
La Rédaction | 26 avril 2019 - MAJ : 02/05/2019 11:53

Depuis plusieurs semaines, une partie du public s’agace des positionnements un peu réacs de Steven Spielberg. Une interprétation erronée, née d’une rumeur, que le réalisateur entend corriger.

Après avoir débuté sur la série Columbo puis réalisé le téléfilm Duel, Steven Spielberg est devenu un metteur en scène de cinéma au succès planétaire. Jamais avare de commentaires sur l’évolution de la production et du médium en général, il est bien sûr intéressé par les transformations induites par l’arrivée de Netflix, Amazon Prime et prochainement Disney+.

Considéré depuis quelques semaines par une partie de l’opinion comme un des opposants à la puissance grandissante des géants de la SVoD, il a tenu à clarifier la situation à ce sujet en envoyant un mail au New York Times.

 

Photo Steven Spielberg"Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ?"

 

« Je veux que les gens puissent se divertir sous toutes les formes et en suivant toutes les modes qui leur conviennent. Grand écran, petit écran – la seule chose qui compte pour moi, ce sont les grandes histoires, et tout le monde doit pouvoir avoir accès à de grandes histoires.

Toutefois, j’ai le sentiment que les gens doivent avoir la possibilité d’abandonner momentanément la tranquillité de leur existence pour s’assoir avec leurs semblables et partager une expérience – pleurer ensemble, rire ensemble, avoir peur ensemble – afin que quand les lumières se rallument, ils se sentent un peu moins étrangers les uns aux autres.

Je veux la survie des cinémas. Je souhaite que l’expérience cinématographique demeure pertinente au sein de notre culture. »

 

Photo Steven SpielbergSur le tournage de Arrête-moi si tu peux

 

Il faut alors rappeler quels sont les faits, tant ces derniers ont été tordus ces derniers mois. En mars 2018, il y a donc plus d’un an, Steven Spielberg explique que selon lui, si Netflix ne sort pas ses films en salles sur le sol US, ses films devraient concourir aux Emmy Awards (récompense des séries) et non aux Oscars. L’idée n’étant pas ici que le grand vilain Netflix ne produirait pas du cinéma, mais que s’il ne prend pas le risque financier de la salle, il devient capable de surinvestir dans les campagnes de récompenses et donc de jouir d’une force de frappe potentiellement injuste.

Mars 2019, le site Indiewire publie les propos d’un employé anonyme d’Amblin expliquant que selon lui, Spielberg s’apprête à s’exprimer en privé devant les dirigeants de l’Académie des Oscars afin d’en bannir Netflix.

Prise de parole qui n’aura jamais lieu et sera démentie par Amblin, et par Spielberg quelques jours plus tard, mais le mal est fait. D’une lointaine polémique sur le mode d’attribution des nominations des Oscars, on aura lancé un débat passablement stérile sur les opinions supposées d’un metteur en scène, qui a toujours alterné entre petit et grand écran.

 

Photo Ready Player OneSur le tournage de Ready Player One

 

commentaires

Opale
28/04/2019 à 19:03

@eddie9felson Tant mieux pour vous cher ami. J'aimerai moi aussi profiter d'un film au ciné comme vous. Cela devient compliqué et ça dépend des films (je n'ai eu aucun problème en allant voir Green Book par exemple)... Globalement le public n'est pas respectueux du spectacle, c'est bien dommage mais c'est comme ça. Rassurez-vous, cela ne nous empêche en rien de sortir mais pas pour aller au cinéma ou, en tous les cas, bien moins qu'avant! Car effectivement bien des gens sont mal éduqués, sales (faut voir l'état des salles une fois la séance finie!) et globalement bien nuls. Il n'y a cas voir les chiffres des plus gros succès cinéma ou musicaux en France pour s'apercevoir que le niveau est tiré vers le bas. Dommage. Bon ciné à vous et bravo au Stade Rennais!

MystereK
28/04/2019 à 07:05

INTRPOL vous dites :

Ils ont cette manie de tourner leurs films comme des téléfilms et qui dit téléfilms dit moins de réécriture au niveau du script, une mise en scène rudimentaire

Si le Ils est Netflx, ceux qui font les films sont les réalisateur, ni Cuaron ni les Coen n'ont tounré leur films comme des téléfilm. Regardez la mise en scène du COen, elle est digne de n'importe quelle de ses productions antérieure et pleine de brio. Il l'a dit, devant moi, il a tourné ce film comme n'importe quel autre, ce scénario date de plusieurs années, il a été écrit avant même qu'ils ne signent avec Netflix (une référence à une des histoires se trouve dans True Grit),

Les films 100% Netflix sont plutôt rare, mais là aussi, Mute, Aucun homme ni Dieu n'ont rien, mais rien de l'apparence d'un téléfilm. J'ai l'impression que vous confondez cinéma indépendant et téléfilms parce que bien sûr les films Netfliy ne sont pas des Marvel ou des blockbuster mais ils n'ont pas à pâlir de la comparaison de la plupart des films produits aux USA.

Interpol(TheBand)
27/04/2019 à 23:04

MYSTEREK@ Mon précédent commentaire concerne uniquement les productions 100% Netflix et pour Netflix .

Et je suis désolé mais forcé de constater que leurs longs métrages avec leurs nombreuses qualités que possèdent certains, visuellement et techniquement parlent c’est très pauvre. Car ils ont cette manie de tourner leurs films comme des téléfilms et qui dit téléfilms dit moins de réécriture au niveau du script, une mise en scène rudimentaire qui se contente juste de remplir du temps comme un épisode de série télé rallongé de plusieurs minutes et des temps de production et de post-prod très réduit car Netflix a besoin de beaucoup de contenu pour sa plateforme et le plus vite possible.

Concernant les Oscars, ça fait longtemps qu’ils ne récompensent plus le cinéma mais des idées politiques à la place, donc pourquoi pas au final.

MystereK
27/04/2019 à 15:26

INTERPOL et j'ajoute qu'il ne refusent pas de sortir leur films au cinéma à l'international.

D'abord le fait de refuser que le film ne sorte pas au cinéma ne veut pas dire qu'il n'a pas été produit dans les conditions du cinéma, c'est un raccourci facile quand on n'a pas d’arguments solides. .


Ensuite, les films sortent AU CINEMA à l’international... c'est en France qu'est le problème à cause de la foutue loi de la chronologie des médias. Si on prends Sous ma peau, le film Italien, en Italie il est sorti en même temps au cinéma et su Netflix. Roma, The Ballad.. (tout deux je les ai vu au cinéma)., etc... ont pu être vu aux USA et dans beaucoup de pays au cinéma pendant 2 à 4 semaines avant ou pendant l'exploitation sur Netflix... mais impossible France car Netflix ne pourrait pas exploiter le film sur sa plateforme avant plusieurs mois.

Ne tirez pas des conclusions hâtives de situation franco-française... même l'académie des Oscars vient de statuer que Netflix pouvait concourir car les conditions étaient remplies dont l'exploitation en salles sur le sol américain.

MystereK
27/04/2019 à 15:18

INTERPOL les frères Coen, Cuaron, la plupart des films qui sont ACHETE par Netflix et qui portent le label Netflix, sont tournés pour le cinéma. Si je prends les deux premiers, ils utilisent ds camera ARRI ALEXA comme pour le cinéma (Les Marvel par exemple, The revenant, Mission Impossible) , le directeur de la photo du Coen est le celui d'Amelie Poulain, le Directur de la photo de Bright est le même que su Fury et de End Of Watch, pour le son pareil... il n'y a aucune différence entre le film destiné au cinéma ou pour Netflix. D'ailleurs beaucoup de réalisateur pensent leur film tout de suite pour la télévision, Kubrick exigeant le 4/3, Cameron filmait en Open Mate parce qu'il savait que ses films serait majoritairement consommé à la télévision et il s'tétait prononcé contre le 16/9. Si vous avez l'impression de voir des téléfilm de Luxe, c'est pet-être psychologique ou le réglage de la dynamique de votre TV qui est à revorir. Joel Coen l'a confirmé devant moi en ce début d'année alors que j'allais voir THe Ballad au cinémai, la seule différence est la provenance de l'argent, et le fait que le film aura plus de chance d''être vu sur Netflix qu'au cinéma.

Interpol(TheBand)
27/04/2019 à 14:16

Personnellement j’ai complètement compris où voulait en venir Spielberg et je suis d’accord avec lui. J’adore Netflix et je ne pense pas m’en débarrasser de sitôt, mais il faut reconnaître que d’un point de vue technique et j’insiste sur le "technique" leurs films n’apportent pas cette exigence contrairement aux films destinés à sortir au cinéma (choix des caméras, le son, les lumières, directeur de la photo etc...) d’où cette impression de regarder des téléfilms de luxe.

En plus si on ajoute à cela leurs refus de sortir leurs long métrage au cinéma à l’international, ils nous montrent de façon implicite que leurs films ne sont pas fait pour le grand écran.

Eddie9Felson
27/04/2019 à 14:09

Eh bien!!!!!! Vous avez l’air de souffrir en salles les amis! Moi : JAMAIS!!! Je vis en Bretagne, avec les même « bisounours » que vous attribuez au discours de Spielberg! J’ai la chance d’avoir un superbe multiplex avec des salles en dolby Atmos dont l’une a l’un des plus grand écran de France! Les conditions de confort et de visionnage sont optimales et je paye ma place (adulte) 5,50€!
Vous semblez vivre dans des parties du territoire où les locaux semblent mal éduqués car je n’ai jamais a subir de sonneries de portables, d’écrans allumés et autres incivilités en dehors de quelques pop corns jonchants le sol à la fin de la séance. Je précise que je vais au ciné 3 à 4 fois par mois depuis plus de 30 ans...alors oui, je partage à 100% l’avis de tonton Spielby qui veut préserver l’expérience originelle de visionnage d’un film. Rien n’égalera jamais une expérience collective en salle...et ce n’est pas mon home cinéma en vidéo-projection ou ma dalle Qled de 65 pouces 4k qui me diffuse souvent du Netflix qui me feront changer d’avis : je SORS, je vais au cinéma! Ce soir ce sera End Game avec mon jeune fils! J’aurais pu attendre de le voir avec lui à la maison mais l’expérience et le souvenir de ce moment partagé à deux dans une salle avec un écran de 240m2 n’aurait pas été le même! Une autre philosophie...obsolète avez-vous dit???

MystereK
27/04/2019 à 13:59

GEMINI non, les films Netflix ne sont pas des téléfilm, à force de le répéter vous passez pour une grosse nouille qui n'y connait rien en production de film et surtout qui n'est pas abonné à Netflix sinon vous ne diriez pas ce genre de bêtise. La plus grosse partie des films labellisé Netflix sont des films PRODUIT POUR LE CINEMA et ensuite acheté apr Netflix, l'autre partie sont produit dans les mêmes conditions que pour le cinéma et dans certains pays où il n'y a pas cette loi idiote sur la chronologie des médias, ils sortent aux cinéma pour quelques semaines. J'ai même eu la possibilité d'entendre en personne Joel Coen en parler en face de moi. La seule chose qui change pour ces réalisateur, c'est la provenance de l'argent, c'et tout.

Confondre média de diffusion et production de l'oeuvre, ce n'est pas digne d'une personne qui aime le cinéma

Par ailleurs, de toute façon, quel que soit le film, quel que soit son succès, sa carrière se fera majoritairement sur petit écran.

2def
27/04/2019 à 10:40

Les salles de cinémas ne disparaîtront jamais, il y aura toujours des gens qui voudront communier dans la mastication et faire entendre leurs nouvelles sonneries de téléphone.

Opale
27/04/2019 à 09:02

Encore une interprétation facile et caricaturale. Personne ne dit que Spielberg est réac. Nous sommes plusieurs à rebondir sur son discours complètement obsolète sur la communion entre spectateurs dans les salles: c'est dans bien des cas, hélas, pas du tout le cas, bien au contraire.

Plus

votre commentaire