Netflix : Paul Greengrass, réalisateur de Jason Bourne, explique pourquoi Netflix est l'avenir du cinéma

Prescilia Correnti | 6 novembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Prescilia Correnti | 6 novembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

"Les jeunes ne vont malheureusement plus dans les salles de cinéma et préfèrent regarder Netflix". Triste réalité ou parole d’un rabat-joie?

Récemment, le cinéaste Paul Greengrass a sorti son dernier long-métrage, Un 22 juillet,  directement sur Netflix (notre critique est ICI). Une histoire tragique sur l’attaque terroriste la plus meurtrière jamais perpétrée en Norvège. Cependant, pourquoi sortir son film sur la plateforme de streaming et non dans une salle de cinéma ?

En le faisant, Paul Greengrass a rejoint la (longue) liste des cinéastes qui ont eux aussi décidé de relayer leur film via le site de SVoD américain : Alfonso Cuarón avec Roma, les frères Coen avec La Ballade de Buster Scruggs, Jeremy Saulnier avec Aucun homme ni dieu et prochainement Martin Scorsese avec The Irishman ou encore Steven Soderbergh avec The Laundromat.

 

photo"Un Amen pour Netflix, mes frères"

 

C’est dans une interview pour le Hollywood Reporter que le réalisateur de Bloody sunday, La Vengeance dans la peau, Jason Bourne ou encore Vol 93 est revenu sur les raisons de son parti pris pro-Netflix :

« Dans mon cas, c’était assez simple. J’ai terminé le scénario un lundi, j’ai parlé à un exécutif de Netflix nommé Scott Stuber un mercredi. Ce qu’il a essentiellement dit c’est : "Nous allons essayer de créer un véritable côté cinématographique parallèlement à ce qu’offre déjà Netflix sur sa plateforme. Nous pensons que c’est de cette façon que va évoluer l’entreprise". »

 

Photo Jonas Strand GravliJonas Strand Gravli, figure du traumatisme

 

Un peu plus loin dans l’interview, Paul Greengrass a aussi expliqué pourquoi il avait été aussi attiré par la plateforme de SVoD :

« De mon point de vue, et pour ce film en particulier, je voulais qu’il soit regardé par des jeunes. Et le défi auquel nous sommes confrontés aujourd’hui, c’est que les jeunes ne vont malheureusement plus dans les salles de cinéma pour voir des films. Je me souviens d’avoir parlé à mon fils, qui est un jeune étudiant à l’université et il m’a dit : "Si vous le sortez au cinéma, mes amis ne le verront jamais. Si vous le mettez sur Netflix, nous le verrons tous." »

Il semble désormais certain que Netflix va attirer de plus en plus de réalisateurs dans ses filets. Des cadors comme Guillermo del Toro ont d’ores et déjà sauté le pas pour de futurs projets. Il ne reste plus qu’à voir si à terme, le service de streaming peut potentiellement devenir un puissant concurrent des studios de production. Si ce n'est déjà fait...

 

Affiche officielle

Tout savoir sur Un 22 juillet

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
MystereK
07/11/2018 à 21:37

Non, l'argument des jeunes qui vont moins au cinéma n'est pas bidon, c'est une réalité dans la pluaprt des pays du monde. La plupart des jeunes ne se déplace la pluaprt du tempos plus que pour des grosses productions spectaculaires, il y a aujourd'hui certains type de films qui pour être vu passent par les plateformes de streaming, et c'est tant mieux. Greengrass a raison, entre Avegers et Un 22 juillet, les jeunes vont voir Avenger. Les palteformes de streaming sont le modèle adéquat pour la meilleure visibilité, on habite pas tous à Paris.

Et lorsqu'on parle de Netflix on sort toujours les 2 ou 3 même films bancaux, alors qu'il y a juste des perles sur cete plateforme, comme Ugly Psycho Raman, Green Room, leurs séries, et des tas d'autres trucs...

FredFred
07/11/2018 à 16:00

@Birdy
@Andarioch
Complètement d'accord avec vos commentaires très pertinents.
Il ne faut quand même pas être un génie pour voir que la consommation de films a complètement changé. Quelle chance a un film comme ce "22 juillet" en salles ? Aucune. Sur Netflix, rien que par curiosité, les jeunes le verront. En novembre, il y a The Outlaw King qui, si j'en juge par sa bande annonce, est un vrai film de cinéma. Mais est-ce qu'un film médiéval sans effets spéciaux va attirer des jeunes au cinéma ? Peu probable. 23 ans se sont passés depuis Braveheart...

Andarioch
07/11/2018 à 09:34

le grand écran, c'est prohibitif. On peut difficilement me classer dans les jeunes et pourtant je ne me déplace au ciné que pour profiter pleinement du grand écran. Ce qui exclu une flopée de très bon films non spectaculaires. Avouons le, payer une petite fortune pour voir une comédie ou un film intimiste avec trois acteurs et deux décors, ça me fait un peu mal. Pour résumer, j'ai vu avenger au ciné mais the nice guys sur petit écran, alors qu'il est 10 fois meilleur.
C'est "injuste" mais d'une certaine façon logique.
Alors netflix? Je dis oui!

Joe
07/11/2018 à 09:04

@Birdy Effectivement, des perles d'il y a quelques années, pourrait ne pas voir le jour aujourd'hui à cause du système actuel. Si Netflix permet à ces perles de malgré tout sortir, je dis pourquoi pas. Si le cinéma ne s'adapte pas ils auront des problèmes, car je ne suis pas certains que ce qui les fait vivre sur le long terme sont les jeunes qui vont voir 1 marvel ou 2 par ans.
Laissé de coté les cinéphiles, amateur de cinéma indépendant et autres pourrait, à terme être un mauvais calcul.

Birdy
07/11/2018 à 08:58

Joe : Spielberg et Lucas l'annonçaient il y a 10 ans : le cinéma (américain) se concentrera bientôt sur quelques énormes films qui raflent tout, et les petites prods sans le sou. Les budgets moyens auront de plus en plus de mal à se monter. C'est (très) flippant, car le cinéma que j'apprécie se situe justement plus souvent dans cette tranche créative qui a de quoi se payer de bons acteurs et aller au bout de ses idées.

Birdy
07/11/2018 à 08:56

A noter que justement à ce sujet les pontes du cinéma français et international ( dont Michael Mann par ex ) se sont réunis pour parler de l'avenir du cinéma, et du danger à ne pas s'adapter. Ils prennent cette évolution de la consommation et des habitudes du public très au sérieux.

Joe
07/11/2018 à 08:55

J'approuve le propos de Miyassin.
Il y a tellement de film de franchise qui prennent de la place actuellement qu'il y a peu de place pour de l'innovation. Je pense que les réal retrouves un peu ça sur Netflix pour des films avec des budgets faible ou moyen. Je ne pense pas que ça supplantera le cinéma, mais celui ci ce tourne de plus en plus faire le "grand spectacle" de film à X millions d'euros.

Birdy
07/11/2018 à 08:52

Complètement d'accord avec toi Miyassin. Le prix des films en salle est rédhibitoire. Et entre un abonnement à se partager sur netflix, qui te permet de te taper des séries ( et quelques films ) au chaud chez toi et une carte qui t'oblige à te bouger...
Le rapport des jeunes à l'écran a complètement changé. Plus de TV par ex. tout passe par leur ordi ou le smartphone. Avant tu voulais du film tu DEVAIS aller au ciné, sinon tes parents avaient Canal+. Ensuite il y a eu le téléchargement. Maintenant tu as accès à tout. Le cinéma reste un plaisir cher et plus rare, en fonction du grand spectacle offert. Quel jeune se déplacera pour une comédie française ? A moins d'un phénomène populaire la génération actuelle ne se reconnait pas dans notre cinéma. Et le cinéma américain aujourd'hui c'est quoi ? Du Disney et ses licences. Les grands films se font trop rares pour recréer l'addiction que j'avais pour Spielberg, Fincher, Scorsese, DePalma, PT Anderson, dont les films se font trop rares. Qui a tort ? Netflix ? S'ils cartonnent c'est qu'ils offrent ce que les gens attendaient. Les spectateurs ? La consommation de l'audiovisuel évolue, il faut savoir s'adapter. Le cinéma français ? Il survit, grace à l'exception culturelle et au CNC. A nous, créateurs du cinéma et de la TV, de savoir prendre le virage.

Miyassin
07/11/2018 à 04:52

"Les jeunes ne vont plus au cinéma" est suivi d'un complément d'information, ta pas du lire la suite de l'article. Les jeunes ne vont plus au cinéma voir autre chose qu'un "marvel" ou "aladin" donc oui il a raison. Les meilleurs films que j'ai vue, qui m'ont apporté une véritable expérience, ont été max 10 dans la salle (quand j'étais pas tout seul) et pour parler des jeunes, bah en générale c'est moi et je viens d'avoir 30 ans (boule au ventre mdr).


Pour la qualité, quand on prend tout les film pourie à plusieurs dizaines de millions de dollars (quand c'est pas des centaines), au prix de 12,30 euros quand c'est pas en IMAX 3D (18,30e). Je préfère avoir le choix de regarder 10 film,séries ou animés de pays différents. Le film avec will Smith j'ai pas aimé mais il reste bien mieux que le dernier transformers et j'ai passé un meilleur moment devant seven Sister que devant le dernier jurassic world. Et on a pas tous la chance d'avoir accès à un UGC avec 18 place ou de dépenser 20e par semaine dans un cinéma indépendant. Perso j'ai un Gaumont à côté de chez moi et la programmation c'est très compliqué, les films en vostfr c'est max 2 par semaine (quand il y en a) et les séances c'est 11h ou 22h. Et jurassic world reste 16 semaines contrairement à d'autres qui n'en passe pas une.

Parlons série, ça reste mieux que les programmes tv et la plus part des animés jap n'existe pas sur les chaînes françaises, pour beaucoup même en payant.

Quand je vois canal ou tf1 je suis content d'avoir netflix.

Pour conclure : tracker cartes ciné netflix = bon complément ^^.

Reallu
06/11/2018 à 23:37

Bla bla bla les realisateurs qui sortent leurs films sur netflix parle comme si cetait le futur normal vu leur daube qui fera flop au ciné , ils se font financé par netflix sinon rien ailleurs . Et le cinema ba des record avec les blockbuster meme avec des films horreur a petit budget ou des drama , et non le cinema n’est pas mort mais juste que tout les films n’attirent pas du monde c’est normal . Pareille pour les acteur qui son embaucher par netflix et qui parle pour rien . Netflix c’est bien mais c’est vide meme si pour le prix y a de quoi faire mais on fait vite le tour

Plus
votre commentaire