The Predator : on a vu quelques minutes du film, on vous dit tout

Christophe Foltzer | 24 juillet 2018 - MAJ : 24/07/2018 10:09
Christophe Foltzer | 24 juillet 2018 - MAJ : 24/07/2018 10:09

Avouons-le, The Predator est l'un des films les plus attendus de l'année par bon nombre de fans, tout autant qu'il est en même temps le plus craint. Alors, pour se faire une meilleure idée, nous sommes allés voir quelques passages.

Chaque année, la Fox organise une projection de son line-up, histoire de mettre la bave aux lèvres d'un parterre de journalistes. Une initiative qui fait rudement plaisir même si les extraits choisis sont toujours sélectionnés avec soin pour nous en mettre plein la vue. Mais ça fait partie du jeu et, à partir du moment où l'on ne perd pas de vue l'entreprise de séduction à laquelle nous participons, on passe globablement un super moment.

Si on précise tout ça, c'est parce que, dans le cas de The Predator, les attentes sont particulièrement élevées. Alors que la dernière bande-annonce nous en montrait beaucoup et révélait notamment le Super Predator, que les reshoots semblent avoir bien modifiés la fin du film, nous étions impatients de voir au moins une scène du long-métrage pour se faire une idée de l'ambiance.

A partir de maintenant, nous entrons en TERRITOIRE SPOILER ABSOLU, vous voilà prévenus.

 

 

SCÈNE 1

La première scène qui nous a été montrée est du pur Shane BlackOlivia Munn est allongée, inconsciente, sur le lit d'une chambre de motel, entourée de divers objets à la con, face à quelques soldats dirigés par Boyd Holbrook. Elle se réveille et découvrant où elle se trouve, elle se précipite directement sur le fusil à pompe posé près d'elle. Là où on pourrait s'attendre à une situation tendue, le film surprend puisque les soldats avaient parié qu'elle allait se jeter sur l'arme, perdant un peu plus Olivia Munn.

Alors qu'elle les menace, elle comprend progressivement qu'ils sont fous. Boyd Holbrook s'avance vers elle pour la calmer, elle appuie sur la détente, heureusement l'arme est vide. Nouvelle réaction des soldats, certains avaient aussi parié qu'elle irait jusque là. S'en suit un échange particulièrement drôle et perché sur sa fonction de biologiste, d'une créature qui s'est échappée du laboratoire qui s'appelle le Predator et qui est à leurs trousses. L'un des soldats dit que s'ils sont poursuivis, c'est un chasseur, pas un prédateur, ce qu'Olivia Munn confirme avec soulagement, depuis le temps qu'elle se bat pour faire comprendre que tout le monde utilise le mauvais terme.

 

photoLa fine équipe de bras cassés

 

On comprend qu'il y ait question de sérum, que Munn y est impliquée et que les soldats sont effectivement des cas sociaux. Mais Munn veut se barrer. Holbrook tente de l'en dissuader et c'est à ce moment que Thomas Jane, assis dans son coin, lance de façon totalement impromptue qu'il veut "lui bouffer la chatte".

Malaise évident, on comprend immédiatement qu'il est probablement atteint du syndrome de La Tourette et, tandis que Munn est choquée et l'insulte, les autres soldats tente de rattraper le coup en la convaincant qu'en fait il a dit autre chose, ce qui ne fonctionne pas vraiment. Finalement Munn les prévient que le Predator est dangereux et qu'il cherche son équipement. Un peu honteux, Holbrook avoue que c'est lui qui le lui a piqué.

 

photo, Olivia MunnOlivia Munn face au Super Predator

 

SCÈNE 2

Changement d'ambiance radical puisque nous sommes à présent dans le couloir d'une école, en pleine nuit. Munn, armée, est avec le jeune Jacob Tremblay, qui porte le gant du Predator, et Holbrook. Une ombre passe derrière les fenêtres, il est là. Le Predator surgit pourtant dans leur dos et commence à mettre tout le monde à l'amende, dégageant Munn et Tremblay, s'en prenant à Holbrook. C'est alors que la créature se fait happer par une main qui transperce le mur et tirer dehors, ce qui laisse le temps aux autres pour sortir.

Sur le parvis de l'école, les humains rejoignent les autres soldats qui les dirigent vers un camping-car un peu pourri tandis que le Predator se retrouve face au Super Predator. Il est immense, ne porte pas de masque et semble turbo vénère. D'ailleurs, le Predator se fait laminer la tronche en quelques instants. Projeté sur une voiture, il se fait arracher son casque avant que le Super Predator ne lui éclate le visage à coups de pied. Les rescapés assistent depuis le van à l'incroyable : le Super Predator arrache la tête de son adversaire avant de la jeter et de les regarder. La peur au ventre, Munn se demande s'il ne va pas s'en prendre à eux maintenant.

 

photoOui, le Super Predator envoie comme il faut

 

LE BILAN

Que penser de ces deux petites scènes ? Déjà qu'elles montrent que le film jouera sur deux ambiances totalement opposées, à la Shane Black donc. La scène du motel est particulièrement drôle et efficace. Les acteurs sont on ne peut plus naturels, les dialogues ciselés et la séquence très bien rythmée. On ne vous a pas dit tout le détail parce que ça va quand même très vite mais un petit échange sur une petite licorne en aluminium posée sur le lit vaut clairement le détour.

Le personnage de Thomas Jane quant à lui vole la séquence par sa réplique totalement inattendue. En quelques phrases tous ces soldats nous apparaissent énormément sympathiques et attachants, tout comme le personnage d'Olivia Munn et l'alchimie entre eux fonctionne à merveille. Bref, c'est du pur Shane Black comme on l'aime et ça fait plaisir à voir.

 

Photo

 

Concernant la deuxième séquence, nous sommes déjà plus mitigés. La scène manque clairement de personnalité et le fait qu'elle se déroule de nuit dans un cadre urbain nous rappelle douloureusement Aliens vs. Predator : Requiem. Si le tout est correctement découpé et éclairé, on ne peut s'empêcher de trouver que cela manque clairement de rythme et de tension. Par contre, le Super Predator est très, très impressionnant. Haut de presque trois mètres, massif, il assure le job comme on dit.

Cela dit un plan nous intrigue. A un moment il regarde son adversaire et nous avons droit à la célèbre vision thermique. Or, il n'a pas de casque, ce qui ne devrait pas être super possible. C'est un détail mais ça nous a coupé un peu le délire. La décapitation du Predator est une réelle surprise et on se demande bien à quel moment de l'histoire cela se déroule dans le film. Enfin, et c'est la grande interrogation : à aucun moment, nous n'avons l'impression d'être dans un film Predator.

 

Au final, ces quelques extraits de The Predator continuent de jouer le chaud et le froid avec nous. Si le film semble avant tout une histoire de personnages, plutôt bons et tarés, dès qu'il s'attaque à son sujet, cela semble un peu plus délicat. Résultat, notre sentiment demeure mitigé pour le moment. Evidemment, il ne s'agit là que d'impressions à chaud et pas du tout d'un jugement définitif. Quoi qu'il en soit, cela nous donne encore plus envie de voir le film. Il faudra attendre le 17 octobre prochain.

 

photo Affiche

commentaires

Did
27/07/2018 à 12:38

Bein pour moi predator ç une icône du cinéma d action et là avec cette opus ils vont finir par totalement la tuer ç dommage le premier était top mais les suites très mauvaise

Zombiekush
25/07/2018 à 23:01

Laissez alien vs predator requiem tranquille je vois vraiment pas ce que vous avez contre cette opus

Predator 07
25/07/2018 à 12:45

Dans le premier film on voit très bien que quand le predator enlève son masque il a une vision thermique beaucoup moins évoluer c'est pour cela qu'ils ont masque,c'est pour leurs permettre de mieux voir

Zet555
24/07/2018 à 22:10

Réponse à 2.25

https://youtu.be/qBetsD9vdU4

Christophe Foltzer - Rédaction
24/07/2018 à 18:36

La vision thermique du Super Predator correspond à celle du Predator lorsqu'il est équipé de son masque.

Castoragile
24/07/2018 à 17:46

Tiubuk a raison sur la vision thermique ! Revoyez vos classiques à EL !

Tiubuk
24/07/2018 à 14:58

Concernant la vision thermique, il me semble quand dans le premier film, après que le Predator ait retiré son casque face à Schwarzie (ou un autre moment ?), il a toujours une vision thermique mais plus rudimentaire que celle du casque... Mais je peux me tromper.

Rudy
24/07/2018 à 13:16

non mais arretter tout les gars predator est un film qui théoriquement n'avais pas de suite et très peut d'explication donc n'importe qu'elle suite est valable!!!de plus même si c'est un film chevet pour moi n'oublions pas qu'a la base c'est un film de série B et que Shane Black vas faire une suite beaucoup plus garnit que le premier donc ça ne peut être que honorable et c'est pas difficile merde arretter avec vôtres 7 éme art

Super Predator
24/07/2018 à 11:54

En tant que Predator de race supérieure, mes pupilles et leur perception sont donc naturellement plus évoluées! D'où ma vision thermique sans le masque et bien d'autres surprises, vous verrez ;)

sylvinception
24/07/2018 à 09:47

Mais il a raison de vouloir lui "bouffer la ch*tte", elle est top faciale Olivia!!

(p.s. : ça à l'air naze de chez naze quand même...)

Plus

votre commentaire