Cannes 2018 : critique à chaud de Le monde est à toi, le nouveau film de Romain Gavras

Simon Riaux | 12 mai 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 12 mai 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Après avoir essuyé un accueil circonspect avec Notre Jour Viendra, Romain Gavras débarque sur la Croisette du côté de la quinzaine des Réalisateurs, pour y présenter Le Monde est à toi. Si on lui a reproché il y a quelques années d'avoir pris trop au sérieux son High Concept rouquin pour ne finalement rien raconter, le metteur en scène livre ici une proposition parfaitement contraire, et passionnante.

 

PETITS SCORES ENTRE AMIS

Nous voici précipités aux côtés d'un jeune nounours écartelé entre ses désirs d'entrepranriat réglo et son héritage familial de petits larcins et deals variés, l'un nécessitant pour advenir les fonds générés par l'autre. Un point de départ classique pour qui goûte le film de pieds nickelés, genre bordélique et balisé que Romain Gavras s'approprie instantanément.

 

photo, Karim Leklou, Isabelle Adjani

 

Le Monde est à Toi n'a besoin que de trois séquences pour se déployer, assoir son propos et disséminer ses enjeux thématiques. Sa matière criminelle est à la fois parfaitement en accord avec les canons du genre, manie avec dextérité références, codes, et répartitions des espaces (narratifs, géographiques et symboliques) et se réserve quantité d'appartés  personnels mordants.
Sorte d'Über-Snatch dopé aux rayons gamma, le métrage est un divertissement roboratif qui change constamment d'orientation et de tempo au gré de ses fréquents rebondissements. On savait Gavras shooter surdoué, mais pour la première fois, on sent le technicien comme le stylistes capables de se mettre au service d'un récit, mais aussi de questionnements humains.

 

Photo Vincent Cassel

 

UN APRES-MIDI DE CHIEN ANDALOU

Le Monde est à Toi n'est pas seulement un turbo-divertissement pop. Sous son vernis d'exutoire tripé, jaillit une chronique de la responsabilité, un questionnement assez pur et parfois cruel sur la confiance, la nécessité de l'éprouver comme de la trahir.
Tous les protagonistes du film, envisagés chacun comme une authentique individualité, se verront confrontés aux limites de leur éthique et à la nécessité de se dépasser, à la manière de Gavras, se défaisant ici de sa peau de clippeur communicant pour revêtir celle du conteur. Le parallèle est simple mais émotionnellement ravageur alors que le récit amorce sa montée terminale.

 

photo, Isabelle Adjani


Capable de transformer un aquasplash en grand rue de western, désireux d'écrire de véritables personnages, Gavras sait aussi pousser ses acteurs dans des retranchements inattendus. En prolo du crime ahuri et transi d'amour, Vincent Cassel épate tandis qu'Isabelle Adjani sidère dans le rôle d'une matrone criminelle et irresponsable. A eux deux, ils forment un couple de parrains idéaux pour le reste du casting, comme pour ce film, drôle, inclassable et fulgurant.

 

photo, Isabelle Adjani, François Damiens, Vincent Cassel

 

Mariage d'amour entre Balavoine et Booba, Le Monde est à Toi est une fantaisie criminelle poétique et hyperactive.

4/5

 

Affiche

Tout savoir sur Le Monde est à toi

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Dirty Harry
13/05/2018 à 12:04

pendant ce temps, Gaspar Noe sert la Sangria :
https://www.youtube.com/watch?v=AECb34SBi7U

votre commentaire