Star Wars : Tony Gilroy parle enfin des "problèmes épouvantables" en coulisses de Rogue One

Christophe Foltzer | 6 avril 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 6 avril 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Rogue One a marqué le début de l'univers étendu Star Wars au cinéma. Et ce n'était clairement pas gagné d'avance, vu les problèmes qu'a connu le film.

Si tout le monde est actuellement très attentif dès que l'on parle de reshoots, c'est en partie à cause de Rogue One. Pour son premier spin-off, la franchise Star Wars s'est bel et bien compliquée la vie. A l'origine, c'était Gareth Edwards, auréolé de son Godzilla, qui a réalisé le film, sorti les premières bandes-annonces.

Et puis voilà que Disney décide de retourner une bonne partie du métrage, sous la direction cette fois de Tony Gilroy, scénariste de la trilogie Jason Bourne et réalisateur de Michael Clayton. Une participation qui a très vite été présentée comme conséquente, avec plusieurs semaines de reshoots et un salaire de 5 millions selon la rumeur.

Si Gareth Edwards est resté crédité réalisateur, on ne peut plus dire que ce soit son film et nombre de séquences aperçues dans les trailers ne sont pas présentes dans le produit fini. 

 

PhotoUne image impressionnante, qu'on n'a pas dans le film

 

Si le film a connu un énorme succès en salles (plus d'un milliard récoltés, pour un budget officiel d'environ 200), cette épreuve a été gérée en bonne intelligence par Disney et ses employés, qui n'ont jamais fait éclater le drame sur la scène publique. Que le film ait été très bien accueilli par le public et la presse a aidé à calmer le jeu.

Deux ans après la sortie de Rogue One : A Star Wars Story, et alors que le nouveau spin-off Solo : A Star Wars Story traîne une situation encore pire, Tony Gilroy a enfin pris la parole au micro du podcast A moment with Brian Koppelman pour expliquer plus en détails ce qui s'était passé :

"Je suis arrivé sur le film après le director's cut. J'ai été crédité pour le scénario dans un arbitrage qui a été gagné très facilement. Je n'avais jamais été intéressé par Star Wars, jamais. Donc je n'avais aucune déférence. Je n'avais donc pas peur et il faut dire aussi qu'ils étaient sacrément embourbés... Ils étaient embourbés dans des problèmes tellement, tellement épouvantables que, quoi que vous fassiez, cela allait forcément améliorer la situation.

 

Photo Saw GerreraSaw Gerrera avant

 

Si vous regardez Rogue One, toutes ses difficultés, toute la confusion qui l'entoure... et que vous vous y plongez au final, c'est mine de rien assez facile d'en résoudre les problèmes. Parce que c'est un film où vous dites : "Regardez les mecs, c'est un film où, à la fin, tout le monde meurt." Donc c'est un film sur le sacrifice.

 

Photo Forest WhitakerSaw Gerrera, après

 

Maintenant, toute la question est de savoir qui sont ces personnages, pourquoi ils vont se sacrifier. Et vous devez leur trouver une motivation pure à travers l'histoire et chaque scène doit servir le film. Peut-on alors dire que le sacrifice et la mort de tous les personnages sont le thème du film ? Oui, dans un sens, c'est ce que je pense.

Mais, par bien des aspects, je ne pense pas que Rogue One soit un vrai film Star Wars. Pour moi, c'est un film sur la Bataille d'Angleterre."

Ce qui est particulièrement intéressant dans ces propos, c'est bel et bien ce qu'ils ne disent pas. En effet, à écouter Gilroy, il aura fallu son arrivée pour que la production se pose la question de savoir ce que voulait raconter le film. Ce qui ne joue absolument pas en faveur du premier réalisateur, et rappelle trop de cas absurdes de films passés par des reshoots ahurissants. Une théorie qui pourrait se confirmer lorsque l'on apprend que Gilroy aurait fait retourner environ 40% du métrage.

On attend maintenant la version de Gareth Edwards...

 

PhotoAlors oui, c'est très joli, mais c'est pas non plus dans le film

Tout savoir sur Rogue One : A Star Wars Story

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Raoul
08/04/2018 à 07:05

Dans le trailer on les voyait courir dans une espèce de base, je pense qu'il était prévu que certains survivent dans le premier cut, allez soyons fou, que les deux héros (dont je ne me rappelle jamais le nom) soient les parents de Rey. Ils ont bien fait de tout foutre en l'air mais ça a du coûter bonbon

Apola
07/04/2018 à 14:59

@Yann

La technique du plan de Tie Fighter vs Jyn était tellement putassier, par contre ca n'arrive pas a la cheville du dernier plans du trailer de Homecoming avec Iron Man et Spiderman entre les building de New York.

boubiedu06
07/04/2018 à 00:01

Après le navet Réveil du capitalisme en 2015, les gibon de Disney ne se donne même plus la peine de faire des remakes mais désormais des Spin-off, afin d'annihiler toutes créations nouvelles.
Oui, nous sommes au degré zéro du cinéma.
Star Wars, une sexalogie vendue aux enchères par son Hergé, déjà en fin de course et à bout de souffle après 2 tentatives de réveil. Un singe ne peut s'improviser peintre.

jorgio69
06/04/2018 à 19:46

Mouais !
Il est un peu gonflé le Tony ! Il se pose comme le sacro-saint qui a sauvé Rogue One mais il ne donne aucune explication. Il en profite au passage pour enterrer Gareth Edwards.
Il est bien gentil mais je fais partie des personnes qui ont beaucoup aimé Rogue One et ce film porte plus la patte d'Edwards que Gilroy.
Non mais son Jason Bourne Legacy... Une plaisanterie en terme de rythme et il a pu emballer les batailles de Rogue One... Retourne faire des scenarii Tony...

Flash
06/04/2018 à 17:40

Le meilleur Après l'empire conte attaque.

maxime
06/04/2018 à 17:04

Daubesque et surcoté.

gregdevil666
06/04/2018 à 16:52

Le meilleur STAR WARS

Tousen
06/04/2018 à 13:57

Le plus mauvais Star Wars... Je préfère même revisionner l'épisode 1 et 2 plutôt que ce navet...Le jeu des Acteurs était pourri..

Geoffrey Crété - Rédaction
06/04/2018 à 12:26

@CinéGood

Vous pouvez essayer. Certains l'ont bien tenté aux USA avec Drive puisqu'ils pensaient voir un film d'action vu la promo.

CinéGood
06/04/2018 à 10:28

@Geoffrey
De fait, serait-il légitime de faire une class action contre Disney pour publicité mensongère ?

Plus
votre commentaire