Michael Shannon et Michael B. Jordan sont bien chauds dans la bande-annonce de Fahrenheit 451

Christophe Foltzer | 27 février 2018
Christophe Foltzer | 27 février 2018

Il y a des livres qui, avec les années, se révèlent douloureusement prophétiques. 1984 évidemment, mais aussi d'une certaine manière Fahrenheit 451. En gros, tout ce qui parle de police de la pensée et de révisionnisme des esprits. Nous voilà bien, dites donc...

Et c'est assez rigolo (enfin, si on peut dire) de constater qu'avec les années, le roman Fahrenheit 451 de Ray Bradbury passe tranquillement de la case "science-fiction" à celle de l'anticipation. Alors que les peuples se referment sur eux-mêmes, que les esprits trahissent actuellement leur étroitesse, il ne fait aucun doute qu'il n'y a pas meilleure période pour réadapter ce chef-d'oeuvre de la littérature au cinéma ou à la télévision.

 

Photo Fahrenheit 451

La version Truffaut

 

Et c'est le network HBO qui s'y colle en nous proposant sa version de Fahrenheit 451, un long-métrage écrit et réalisé par Ramin Bahrani, à qui l'on doit déjà 99 Homes. Après un petit teasing début janvier, le long-métrage revient aujourd'hui avec une première bande-annonce qui nous permet de constater que l'approche de Bahrani est bien plus sombre, réaliste et actuelle que celle de François Truffaut à l'époque. Ce qui est logique quand on y pense. 

 

Photo Ramin Bahrani

Ramin Bahrani et ses deux comédiens

 

Cette fois, nous nous retrouvons face à Michael Shannon et Michael B. Jordan, respectivement Beatty et Montag, deux pompiers chargés par un gouvernement répressif d'effacer toute trace de littérature du monde par le feu. Evidemment, les choses ne sont pas aussi simples puisque Montag, en tombant amoureux d'une rebelle, découvre la richesse des livres et partira en quête de son humanité, s'opposant ainsi violemment à son mentor.

 

Photo Michael Shannon

Michael Shannon

 

Fahrenheit 451 est d'ores et déjà prévu pour une diffusion au mois de mai, exclusivement sur HBO et ces quelques images nous montrent un univers bien oppressant comme on aime (enfin comme on aime au cinéma) et on espère qu'il aura su conserver toute la flamme révolutionnaire du roman originale. Mais on se dit qu'avec HBO derrière, il y a de grandes chances que ce soit le cas. Bref, histoire de placer une petite vanne bien pourrie au passage, disons qu'on brûle d'impatience de le voir.

 

commentaires

Number6
27/02/2018 à 12:26

J'ai toujours considéré le très bon equilibrium comme un farhenheit bis. Oui j'adore ce film...

Karkass
27/02/2018 à 12:24

@Roukesh : D'accord pour la vision Hollywoodienne, mais on est bien d'accord que dans le romain, il est absolument pas question d'amour. Clarisse a 17 ans, il est juste intrigué/perturbé par son comportement et ses paroles. C'est un élément déclencheur, il est jamais question d'amour.

Prof. Broom
27/02/2018 à 12:03

Il faut espérer que l'histoire d'amour ne prendra pas trop de place.

Pour son Fahrenheit 451, Truffaut avait développé cette love story au point de totalement déformer le roman. Les "lecteurs" devenaient des fous fanatiques plutôt que des gens de culture et de raison et le film n'était finalement qu'une histoire d'amour contrariée dans un monde totalitaire. Adieu la déclaration d'amour à la littérature de Bradbury et bonjour la fausse adaptation de 1984.

Roukesh
27/02/2018 à 11:19

@karkass, le premier élément perturbateur pour Montag, c'est vraiment Clarisse. Alors oui, on est à Hollywood, il risque de remplir la case "love interest", mais je pense que ça peut être bien tourné. De plus, ils disent juste qu'il est amoureux, ça reste vague.

Karkass
27/02/2018 à 10:13

"Montag, en tombant amoureux d'une rebelle"

Ah bon?

Hank Hulé
27/02/2018 à 08:52

Intrigué je suis...
Revu Midnight Special, hier avec Shannon : quel kiff !
il est très bien dans Waco aussi...
il est bien partout en fait, sauf dans Man of Steel...

votre commentaire