Un César nommé espoir : Un documentaire à ne surtout pas rater ce soir, sur Canal + Cinéma

Christophe Foltzer | 23 février 2018
Christophe Foltzer | 23 février 2018

Le cinéma, c'est avant tout une aventure humaine, avec ses moments de gloire et ses catastrophes. Ses réussites et ses échecs. Et c'est d'autant plus vrai lorsque l'on parle de jeunes comédiens qui débutent leur carrière.

C'est vrai que, à bien y réfléchir, on passe quand même nos journées à parler de cinéma sous l'angle du business : recettes en salles, budgets des films, arrivée ou départ d'un casting sur un projet, perpectives du box-office, réussites ou échecs commerciaux. On en viendrait presque à oublier que le cinéma, c'est avant tout une histoire d'hommes et de femmes, investis d'une quête personnelle, d'un désir plus fort que tout le reste. Une histoire de passion en quelque sorte.

Et, comme on le sait, la passion, lorsqu'elle s'exprime, peut tout aussi bien élever que brûler celui qu'elle anime.

 

Photo Sandrine BonnaireSandrine Bonnaire

 

A quelques jours des César (le 2 mars prochain), Patrick Fabre nous livre donc Un César nommé espoir, un excellent documentaire qui sera diffusé ce soir, le 23 février, à 22h35 sur Canal + Cinéma. En prenant comme point de départ le diner des Révélations organisé au Petit Palais, à l'issue duquel la catégorie du César du meilleur espoir révèlera ses nominations, le réalisateur nous offre une plongée passionnante et émouvante dans la tête et le coeur de ceux qui ont déjà obtenu cette récompense et ceux qui l'auront bientôt.

Comment vit-on une première consécration alors que l'on débute tout juste sa carrière ? Est-ce que cela ouvre réellement des portes ? Faut-il se considérer comme faisant déjà partie de la "grande famille du cinéma" ? Est-ce que cela ne peut pas, au contraire, être davantage vécu comme une malédiction ? Toutes ces questions trouvent leurs réponses au travers des témoignages de différents acteurs et actrices récompensés. Laissant autant la parole à la "jeune génération" (Rod ParadotZita Hanrot et d'autres) qu'à des comédiens plus confirmés (Sandrine Bonnaire, Christophe Malavoy), ainsi qu'à leurs agents, Patrick Fabre brosse un portrait sans fard ni paillettes du cinéma français et de ceux qui le composent. 

 

Photo Rod ParadotRod Paradot

 

Les témoignages sont forts, brillants, émouvants pour la plupart et révèlent rapidement le propos véritable du film : ce n'est pas une récompense qui détermine l'acteur, et ce n'est pas l'inverse non plus. N'hésitant jamais à laisser de côté la lumière des projecteurs pour s'intéresser à l'humanité de ses intervenants, le film plonge aussi dans le versant le plus obscur de cette distinction en revenant notamment sur le parcours chaotique de Gérald Thomassin, acteur récompensé en son temps pour Le petit criminel, inculpé en 2013 pour homicide. 

 

Photo Zita HanrotZita Hanrot

 

Une sensibilité et une humanité qui n'étonnent guère lorsque l'on sait que Patrick Fabre est aussi le directeur artistique de l'excellent Festival International du Film de Saint-Jean-De-Luz que nous suivons de très près depuis plusieurs années. Au gré des interventions en toute franchise des différents intervenants, se dessine une thématique inattendue et salvatrice.

En effet, à travers son sujet, le réalisateur nous questionne en réalité sur notre rapport à la célébrité, la course à la performance dans notre société actuelle, l'identité du cinéma et le fond même de cette industrie et de l'image qu'elle renvoit autant au public qu'à ceux qui en font partie. Comme pour remettre les choses à leur place, présenter ce milieu pour ce qu'il est, une réunion d'hommes et de femmes avec leurs rêves et la confrontation de ceux-ci contre une réalité bien moins enchanteresse que ce que l'on imagine. Un discours très subtil, jamais moralisateur et extrêmement important en ce moment.

Vous l'aurez compris, nous aimons Un César nommé espoir pour ce qu'il est et ce qu'il nous raconte et nous vous conseillons vivement de le regarder ce soir sur Canal + Cinéma ou de le rattraper à la première occasion. Et, plus que jamais, nous ne résistons pas à l'envie de dire : "Merci Patrick". 

 

Photo Un césar nommé espoir

commentaires

jo
14/06/2018 à 17:46

Ne pas perdre votre temps. THOMASSIN est mis en examen pour crime aggravé et vol avec arme (19.12.2008 à MONTREAL LA CLUSE 01460

rayl
23/02/2018 à 17:22

THOMASSIN GERALD, connu également pout son alcoolisme et sa toxicomanie, est mis en examen pour le meurtre aggravé de Catherine BURGOD, jeune femme enceinte et mère de 2
enfants .

votre commentaire