Stephen King sait pourquoi l'adaptation de La Tour Sombre s'est méga plantée

Christophe Foltzer | 23 décembre 2017
Christophe Foltzer | 23 décembre 2017

On ne va pas revenir encore une fois sur le terrible été qu'ont connu les blockbusters, l'un des pires depuis 15 ans, même si nous sommes quand mêmes obligés de reparler un peu de La Tour Sombre. Parce que, mine de rien, c'est important.

En tout cas, c'est important pour Stephen King apparemment. Vachement moins pour nous, il faut bien le dire. Oui, La Tour Sombre sentait un peu les égouts dès sa mise en chantier mais on a voulu y croire jusqu'au bout, parce que la magie du cinéma c'est aussi arriver à être surpris alors que tout joue contre un projet. Sauf que la magie devait être en RTT le jour de la sortie de La Tour Sombre, parce que le métrage de Nikolaj Arcel est un condensé de tout ce qu'il ne faut pas faire lorsque l'on veut créer une franchise lucrative. 

 

Photo Matthew McConaughey

 

Et, depuis cet été, on ne sait toujours pas ce qui va se passer pour cette saga. Si on nous demandait notre avis, on répondrait par un "pas grand chose" peu concerné, mais après, c'est normal, nous, on n'est pas vraiment impliqués dans l'affaire. Stephen King par contre, a déjà plus de mal à digérer le film puisque cela fait quand même plusieurs mois qu'on a l'impression qu'il cherche à trouver ce qui a déconné dans l'adaptation. Et visiblement, il vient de trouver la réponse puisqu'il a déclaré au micro d'Entertainment Weekly, la raison qui, selon lui, a fait que La Tour Sombre était un gros ratage, en prenant toutefois de gros gants bien doux :

"J'apprécie tous ceux qui ont été impliqués dans le film et j'aime beaucoup certains choix de casting. J'apprécie Modi Wiczyk, le producteur, tout comme le réalisateur, tout le monde. Donc je fais toujours attention quand j'en parle.

 

Photo  Idris Elba

 

Mais je vais quand même dire ceci : Le vrai problème, d'aussi loin que cela me concerne, c'est que lorsqu'ils ont monté le film, et je pense que ça a été imposé par la production, c'est qu'ils en ont fait un PG-13. Ce devait être un blockbuster et donc nous devions rassembler le maximum de spectateurs entre 12 ans et la cible qui était visée. Disons entre 12 et 35 ans. Donc, ce devait être un PG-13 et en faisant cela, je pense qu'ils ont perdu beaucoup de la dureté du projet et quand les spectateurs sont allés voir le film, ils se sont dits qu'ils n'avaient pas vraiment vu quelque chose d'inédit."

Et c'est le moins que l'on puisse dire, tant La Tour Sombre est un concentré de clichés et de lieux communs du genre, empruntant de gros raccourcis et évacuant tout le côté sombre et adulte des romans d'origine, ce que justement le public s'attendait à retrouver sur l'écran. C'est quand même dommage. 

 

Photo Matthew McConaughey,  Idris Elba

 

"Il y a des décisions qui ont été prises, comme de démarrer au milieu de l'histoire et lorsqu'ils ont lancé le film, j'avais de sérieux doutes depuis le début. Je les ai exprimés mais ce n'est pas allé très loin. Quelques fois, quand les gens ont une idée en tête, et qu'il s'agit de l'équipe qui va faire le film, c'est comme frapper son poing contre un mur en caoutchouc. Ça ne fait pas vraiment mal, mais ça ne va nulle part. On se contente de rebondir. Et je me suis dit que le public allait être décontenancé par ce choix, et c'est ce qui s'est passé."

Encore une fois, on ne peut qu'appuyer les propos du King tant ils relèvent de l'évidence. En espérant qu'à l'avenir ces producteurs sauront apprendre de leurs erreurs et respecter un peu plus le matériau d'origine au-delà de simples considérations mercantiles. Oui, on y croit beaucoup à la magie du cinéma nous.

 

Photo Idris Elba

Tout savoir sur La Tour sombre

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Pulsion73
26/12/2017 à 10:08

Les producteurs veulent aller vers la facilité, aveuglément et sans prise de risque si possible, et le public, quoi que l'on puisse en penser parfois, souhaitait être surpris ou au moins assister à un produit inspiré, un nivellement vers le haut. Il y a comme un fossé, un alignement de malentendus entre l'offre et la demande.

Alexiaaucarré
23/12/2017 à 16:00

@Euh!
Entièrement d'accord.
Il y a tout un univers qui ne demande qu a être adapté.
Plutôt que de nous pondre un seigneur des anneaux inutile et qui va sûrement décevoir bp d entre nous (la trilogie de Jackson est trop ancrée en nous je pense) prenez des risques et lancez vous ds la tour sombre. Y a de quoi faire et pour le coup le.matériel de base est ultra adapté pour une série.

Corsican
23/12/2017 à 14:06

8 bouquins d'un côté un film de 90' de l'autre,cherchez l'erreur !!Et , pourquoi choisir I.Elba,parce qu'on le pens bankable?Le personnage de Roland vit aussi dans une BD, physiquement c'est une espèce d'Aragorn et non ce personnage physique incarné par l'interprète (excellent)de Luther?

Euh!
23/12/2017 à 11:44

je pense que le problème est bien plus profond qu’une simple histoire de montage…
Mais bon il temps de passer à la suite et de nous faire oublier ce navet, bref il serait temps d’annoncer que Netflix hbo starz amc hulu showtime ou n’importe quelle autre chaîne ou service vod qui a un peu d’ambition, qui viendrait d’acquérir le projet tv et travaillerait sur adaptation fidèle du matériau originel.
Ça serait une belle news de Noël ????

RiffRaff
23/12/2017 à 10:23

Après, quand on voit le résultat de ceux qui ont écoutés King pour faire leur film, ou même de son film à lui, on peut comprendre que l'équipe de la tour sombre n'ai pas trop tenu compte de son avis.

votre commentaire