Song to Song : Terrence Malick pousse la chansonnette en Blu-Ray, avec Ryan Gosling et Michael Fassbender

Simon Riaux | 7 décembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 7 décembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Un temps porté aux nues et intronisé plus grand réalisateur vivant du monde de l’univers connu de la galaxie, Terrence Malick a progressivement vu son crédit critique et public se vaporiser, au fur et à mesure qu’il s’enfonçait toujours plus profondément dans l’expérimentation et la déconstruction apparente de son propre héritage. C’est donc dans un relatif anonymat qu’est sorti le brillant Song to Song, fable surpuissante, que son débarquement en Blu-Ray nous donne l’occasion de redécouvrir.

 

Photo Ryan Gosling

Ryan Gosling, parfaitement dans son élément

 

OULAH MERVEILLE

Song to Song clôt (puisque Malick tourne actuellement Radegund, qui signera son grand retour à la fiction historique « narrativement correcte ») sa trilogie de l’errance introspective, dont The Tree of Life fut la grandiose note d’intention, avant qu’il n’embrasse un geste de cinéma radical avec A La Merveille et Knight of Cups. Comme nous l’expliquions dans notre critique, le film représente l’aboutissement de la forme éclatée qu’affectionne actuellement le cinéaste et le retour à une relative linéarité, une forme d’épure sentimentale.

Curieusement dépeint comme intellectualisant et clivant, quand son expression vise au contraire à une ultra-simplicité, l’établissement d’un lien primaire et premier avec le cœur du spectateur, le cinéma de Malick trouve ici une de ses plus belles expressions. Se reposant de manière plus concrète que dernièrement sur l’aura de ses comédiens, et jouant à fond l’opposition entre un Fassbender démoniaque et une galerie de personnages candides, Song to Song recèle quelques uns des plus grands moments de cinéma de ces dernières années.

 

rooney mara

Rooney Mara, coeur palpitant du récit

 

BONUS TO BONUS

Et pour sa sortie en Blu-Ray, Metropolitan a fait les choses comme il faut. Cela n’a peut-être l’air de rien, mais on n’avait pas vu des menus animés aussi beaux, sobres et simples depuis un sacré bout de temps, et pour accessoire que cela soit, c’est un plaisir d’y naviguer. Les petits modules promotionnels à base d’interviews proposés sur le disque ne contiennent pas beaucoup d’infos pertinentes, dans le fond comme dans la forme.

De même, seuls les fans hardcore s’intéresseront au montage d’images recueillies sur le tournage, mais ils auront bien raison d’apprécier de les trouver compilées ici. Et s’il n’y a nulle trace de Terrence Malick, célèbre pour sa volonté d’apparaître le moins possible aux yeux du monde, cette édition de Song to Song prend toute sa saveur à travers un bonus inattendu.

 

Photo Michael Fassbender

Michael Fassbender, roi déchu en son paradis perdu

 

Il s’agit d’un livret d’une cinquantaine de pages, aussi sobre dans son apparence que riche d’informations. Le texte est signé Nicolas Rioult, et ce dernier offre au spectateur une quantité d’infos surréaliste. Des lieux de tournage, en passant par la géographie du scénario, sans oublier la genèse détaillée et précise du film, jusqu'à quantité de pistes interprétatives parfois passionnantes, tout le métrage est décortiqué avec une curiosité ludique bienvenue.

C’est une formalité quand on parle du cinéma de Malick, mais le disque de la Metropolitan fait figure de démo technique parfaite. Avec des contrastes de malade, une profondeur de champ délirante et un piqué incroyable, les plans divins du réalisateur nous offrent une quantité de détails, une éruption colorimétrique tout bonnement renversante.

 

Photo Natalie Portman

Natalie Portman, dans son rôle le plus étonnant et ambigu

 

Avec sa sortie discrète, on pouvait redouter que Song to Song n’ait pas droit à une sortie Blu-Ray digne de ce nom ou véritablement travaillée. Nous avions tort, en témoigne la présente galette, techniquement irréprochable, et éditorialement soignée.

Noël ? Vous avez dit Noël ?

 

Photo

Tout savoir sur Song to Song

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
ComprendsPas
08/12/2017 à 09:41

Vu hier soir.
Sublime.

john
07/12/2017 à 23:38

a voir qui c'est mais c'est dernier film de gros délire philosophique certes beau mais d'un barbant ...

Mordhogor
07/12/2017 à 18:44

Voilà une nouvelle intéressante !!! Moi qui préfère justement ce Terence Malick nouveau cru (attendons de voir quand même, mais pitch et casting partent bien). J'ai adoré l'errance de Knight of Cups alors que j'avais franchement rencontré un irrémédiable ennui en visionnant (je vais pas me faire des amis) La Ligne Rouge et Le Nouveau Monde. Voir de l'herbe onduler sous le vent alors que tonnent les canons et sifflent quelques flèches ne m'a pas spécialement ébloui. Là, j'ai comme une idée de cadeau qui se profile !!!

adri
07/12/2017 à 18:08

un film incroyable et bouleversant

votre commentaire