10 concerts filmés mythiques

Jean-Noël Nicolau | 3 novembre 2009
Jean-Noël Nicolau | 3 novembre 2009

This it it cartonne dans les salles du monde entier. Les fans, et les curieux, ont tous envie de découvrir les dernières images de Michael Jackson en pleine répétition. Mais ce n'est pas la première fois qu'un concert filmé fait l'événément. Petit retour sur 10 oeuvres mythiques, parfois mises en image par les plus grands (Scorsese, Demme, Gondry). Dans tous les genres, dans toutes les époques, les amateurs de musique et de cinéma ne peuvent ignorer ces incontournables.

 

Woodstock (1969)

C'est le plus connu de tous. Avec toute l'aura que le spectacle véhicule : ses anecdotes, ses personnages, sa portée sociale, ses performances qui sont entrées dans l'histoire, le montage d'un Scorsese débutant. Tout ici est gravé dans le marbre.

 

 

 

Stop making sense (1984)

Jonathan Demme signe avec ce concert filmé, et surtout vraiment mis en scène, un modèle du genre. Les Talking Heads sont alors au sommet de leur gloire et, petit à petit, un par un, les membres du groupe rejoigne le charismatique David Byrne. D'une modernité absolue, peut-être LA plus grande réussite en matière de concert porté au cinéma.

 

 

 

The Last waltz (1978)

Martin Scorsese suit la tournée d'adieu du groupe The Band. Non seulement il y a un grand réalisateur derrière la caméra, mais c'est l'avalanche d'invités qui donne le tournis : Neil Young, Eric Clapton, Joni Mitchell, Van Morrison, Muddy Waters...

 

 

 

Don't look back (1967)

Bob Dylan, le mythe et sa musique, tout est ici, en résumé, sans que personne n'ait jamais réussi à mieux le capturer et surtout à mieux l'expliquer.

 

 

 

Gimme shelter (1970)

La tournée décadente des Rolling Stones culmina par le concert tragique d'Altamont où un spectateur fut poignardé par le service de sécurité assuré par des Hell's Angels. On ne peut pas faire plus électrique...

 

 

 

Monterey Pop Festival (1967)

Bien avant Woodstock et en plein Summer of Love, le Festival de Monterey avait défini toute une période. Les performances historiques sont innombrables en particulier celles de Jimi Hendrix, Janis Joplin, The Who, Otis Redding, The Byrds, Grateful Dead ou bien encore Jefferson Airplane. Dans sa version intégrale, il s'agit d'un document unique.

 

 

 

Rust never sleeps (1979)

Neil Young se croit dans Star Wars et s'offre une tournée délirante, pleine d'accessoires géants et de figurants. Complètement mégalo, mais avec sa première partie acoustique et sa seconde électrique, il s'agit d'un very best of écrasant.

 

 

 

Depeche Mode : 101

Enregistré lors du 101e et dernier concert de la tournée Tour for the Masses, ce document fait partie des concerts à avoir contribué à forger la réputation d'un groupe. Dans le même genre on pourrait ainsi citer le live Under a blood red sky de U2.

 

 

 

Metallica : S&M (1999)

Les legendes du heavy metal joignent leurs efforts à celui de l'orchestre symphonique de San Francisco, dirigé par Michael Kamen. Les puristes pourront crier à l'outrage, le résultat demeure anthologique. Et les tubes sont là : Master of puppets, Nothing else matters, Sad but true, One, Enter sandman...

 

 

 

Dave Chapelle's block party (2006)

Mis en scène par Michel Gondry, ces performances du comique Dave Chapelle sont en fait un pretexte pour un concert géant regroupant quelques uns des plus grands artistes noirs du début du siècle : les Fugees, Erykah Badu, Mos Def, Kanye West...

 

 
 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire