Opération Espadon : Hugh Jackman dans un beau sommet de ringardise des années 2000

Arnold Petit | 14 septembre 2021 - MAJ : 15/09/2021 05:00
Arnold Petit | 14 septembre 2021 - MAJ : 15/09/2021 05:00

Certains s'en rappellent pour sa scène d'introduction et sa spectaculaire explosion au ralenti, d'autres pour Halle Berry et Hugh Jackman ou la pilosité faciale discutable de John Travolta, et quelques-uns peut-être pour ses séquences d'action. En revanche, personne n'ira vanter Opération Espadon pour le traitement de ses personnages féminins, le réalisme de son scénario ou même la mise en scène, qui suinte les années 2000 à chaque plan.

Entre approximations narratives, vulgarité crasse et jargon informatique faussement complexe, mais vraiment bête, le long-métrage réalisé par Dominic Sena était déjà ringard quand il est sorti en 2001 et chaque visionnage l'enfonce un peu plus dans les méandres du ridicule et du mauvais goût.

 

photoOh non, ils vont reparler de nous

 

IL EST PAS FRAIS, MON POISSON ?

Après avoir réalisé Kalifornia et 60 secondes chrono, le précurseur raté de Fast & Furious déjà bien gratiné, Dominic Sena a quitté Jerry Bruckheimer pour l'autre versant du blockbuster d'action hollywoodien, Joel Silver, producteur de films cultes du genre comme l'incroyable Commando, L'Arme Fatale, Predator, Piège de Cristal, Demolition Man ou encore Matrix, mais aussi de plusieurs ratés comme Hors limites, Roméo doit mourir ou Donjons & Dragons.

Malgré les pertes de 60 secondes chrono, le film avec Nicolas Cage et Angelina Jolie a quand même permis au réalisateur de se faire remarquer par les studios et de recevoir plusieurs scripts, dont un certain Opération Espadon, le seul qui suscitait son intérêt, encore plus sachant que John Travolta avait été déjà été approché. L'acteur, qui avait refusé le rôle de Gabriel Shear à six reprises, s’est finalement laissé convaincre par Dominic Sena et la scène d'introduction, qu'il adorait. Quoi de plus logique.

Après l'énorme échec critique et financier de Battlefield Earth - Terre, champ de bataille (qu'il avait produit également) et Le Bon Numéro, l'acteur sur la pente descendante depuis quelques années avait probablement à cœur de lâcher un monologue face caméra sur un certain cinéma hollywoodien qui ne produit plus que "de la merde".

 

 

Entre le truand cinéphile qu'il incarne dans Get Shorty, une parodie de son Castor Troy et un cousin européen de Vincent Vega à la coupe de cheveux aussi douteuse que son bouc ou ses costumes, John Travolta ergote sur le réalisme dans les films, prenant Un après-midi de chien comme exemple.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Gregdevil
15/09/2021 à 13:59

Vu au ciné quand il est sorti, t'es peut de souvenir, hormis les melons de la mère Berry...

Geoffrey Crété - Rédaction
15/09/2021 à 09:56

@kazarys

Pour calculer grossièrement le résultat du box-office, il faut se dire que :
- le budget officiel ne comprend pas le budget marketing (donc des dépenses en plus), et la presse à l'époque parlait d'un gros budget marketing qui a alourdi la note
- le studio-distributeur ne récupère pas du tout la totalité du box-office (c'est, au mieux, la moitié, et ça dépend des territoires), et récupère plus au box-office domestique (USA et Canada) que partout ailleurs

60 secondes chrono n'a pas été un désastre, mais vu qu'il n'a encaissé "que" 100M côté domestique, et que les analystes de l'époque parlaient de perte vu le budget global.
Après, un tel film a une vie post-cinéma (vidéo, DVD, ventes TV etc)

Pat Rick
15/09/2021 à 09:22

De mémoire en effet un film d'action sans grand intérêt.

kazarys
15/09/2021 à 08:15

Je ne comprends pas l'histoire des pertes de 60s chrono. budget de 90 millions et box office de 237 millions dont 100 en Amérique du nord.
Alors ok c'est pas un super blockbuster mais de là a parler de pertes...

Quand au film, oubliable certes, mais pour un soir chill ca passe

Tom’s
14/09/2021 à 20:22

Je me rapel à l’époque, Warner à deboursé 500000$ en + du salaire( 2 m$) pr apparaître seins nus dans la scène en question sympa lol

Xbad
14/09/2021 à 17:59

J'ai honte mais le seul souvenir que j'ai de ce film c'est la poitrine de halle Berry... Et un bus volant!!! Mais je me rappel avoir passé un bon moment à l'époque

Fab1
14/09/2021 à 15:56

J'ai bien aimé ce film. Les goûts et les couleurs...

Mx
14/09/2021 à 15:20

dominic sena restera l'homme derrière kalifornia, et j'aime bien le dernier des templiers, aussi, c'est pas la purge qui a été dite, un petit dtv sympa, pour un samedi soir, et c'est déjà pas si mal.

Sanchez
14/09/2021 à 15:13

Rien que le titre …
Mais Halle Berry en topless

Kyle Reese
14/09/2021 à 14:33

« une musique électronique et des seins »
Mais je suis sûr qu’il y a des films tout à fait recommandables avec ces 2 éléments. Non ? Lol.

Vu au ciné et oui c’était vraiment WTF.
Je me souviens d’un Travolta cabotin (mais ça c’était déjà pas nouveau) méchant mais finalement gentil
avec d’ailleurs une explosion d’hélico au sfx bien pourrie vers la fin. Je me souviens de la belle Halle Belly qui joue toujours bien quelque soit le rôle. (Même dans le truc étrange avec une chatte en latex noire sur des toits brûlants qui coure partout toutes griffes dehors). Après je ne me souviens pas de l’explosion soectaculaire du début mais de la pauvre victime qui a le gilet d’explosif. (Ça m’avait foutu un coup j’avais trouvé ça gratuit et pas nécessaire) mais surtout je me souviens de la scene de l’engagement sous pression buccale. Je suis très partagé sur cette scène (pas revue et j’étais encore jeune), fallait oser. Je n’aurai pas passé le fameux test Helga, J’aurai lamentablement échoué …

Bref en tout cas s’il fallait ne retenir qu’une chose de ce film, Halle Berry est très jolie et ses seins aussi . :)

Plus
votre commentaire