Entretien avec un Vampire : le point de jonction essentiel entre Dracula et Twilight ?

Antoine Desrues | 9 septembre 2021
Antoine Desrues | 9 septembre 2021

Porté par Brad Pitt et Tom Cruise, Entretien avec un vampire est une œuvre dont l'impact est bien plus important qu'il n'y paraît.

Pilier de la littérature fantastique, mais aussi du cinéma des premiers temps, la figure du vampire est sans nul doute l'une des plus fascinantes de ces derniers siècles. Et sur grand écran, du Nosferatu de F.W. Murnau aux multiples adaptations de Dracula, l'immortel buveur de sang a connu bien des évolutions. Par la douce souffrance de sa vie éternelle, par sa sensualité et son addiction au liquide qui coule dans les veines de chacun d'entre nous, le vampire est un monstre à la malédiction particulière, suscitant à la fois la peur et l'empathie, surtout lorsque ses caractéristiques sont plus ou moins explicitement liées à des faits de société contemporains.

À ce titre, il est évident que la romancière Anne Rice a joué un rôle déterminant dans la modernisation du monstre. Sa saga Chroniques des vampires n'a pas seulement été un immense succès de librairie, mais elle s'est réapproprié les codes initiés par Bram Stoker pour leur offrir une nouvelle symbolique.

Plaisirs de la chair prônant une sexualité plus libérée, rapport à des maladies comme le cancer et le sida... Le vampire est devenu à la fois une nouvelle icône sexualisée et un être dont la condition se voit mise en danger par un sang pouvant être empoisonné. En bref, on n'est pas simplement passé du Dracula charismatique de Christopher Lee au minois scintillant comme une boule à disco de Robert Pattinson. Entre les deux, il y a une pièce du puzzle essentielle, qui n'est autre qu'Entretien avec un Vampire, la première adaptation des romans d'Anne Rice, sortie en 1994.

 

photo, Tom Cruise, Brad PittC'est nous ou il fait chaud ?

 

Vampires en toute intimité

Pour sa première réalisation hollywoodienne, le cinéaste irlandais Neil Jordan (auquel on doit notamment La Compagnie des loups et The Crying Game) a ainsi la lourde tâche de mettre en œuvre ce nouveau regard, tout en conservant la force de frappe gothique du vampire, que le cinéma a grandement aidé à populariser. Il est d'ailleurs bon de rappeler qu'Entretien avec un vampire est sorti à peine deux ans après le Dracula de Francis Ford Coppola, tout entier dévoué à une iconographie gothique et expressionniste jusqu'au-boutiste, presque au seuil de la saturation.

Dès lors, le fait de voir le film de Neil Jordan débuter sur un plan d'ensemble sur le pont de San Francisco peut s'avérer étonnant. Mais les lumières de la ville, touches diffuses dans l'obscurité, couplées à la musique lyrique et funéraire d’Elliot Goldenthal, se raccordent soigneusement à l'esprit de son univers. Nous sommes ainsi au cœur des années 90, dans une chambre d'hôtel, où le vampire Louis de Pointe du lac (Brad Pitt) décide de raconter son histoire remontant à 1791 à un journaliste (Christian Slater). Ancien propriétaire colon de La Nouvelle-Orléans, le jeune homme s'est vu endeuillé par la mort en couche de sa femme. C'est là qu'il a rencontré Lestat de Lioncourt (Tom Cruise), un vampire qui lui a offert l'immortalité.

 

photo, Christian Slater, Brad PittRiver Phoenix aurait dû avoir le rôle du journaliste, mais est décédé peu avant le tournage

 

Dès sa sortie, Entretien avec un vampire est remarqué pour sa symbolique ouvertement homoérotique. Louis et Lestat forment un couple sous-entendu, combattant l'ennui de la vie éternelle par le meurtre. C'est d'ailleurs là que la mise en scène de Neil Jordan fait des merveilles, tant elle s'attarde avec justesse sur des parties du corps grâce à de gros plans fantasmatiques, tels des blasons (ces poèmes qui font l'éloge d'un détail de l'anatomie, la plupart du temps féminine). Le réalisateur a même l'idée de parfois demander à ses comédiens de se suspendre la tête en bas avant certaines prises, afin que le sang monte vers la tête, et permettre aux maquilleurs d'accentuer les veines dont la pulsation obsède nos protagonistes.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Tout savoir sur Entretien avec un Vampire

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
JR
10/09/2021 à 13:12

@Flash,
Oui, complètement... Surtout vu la blague de film sorti (j'en ai pleuré).

Ray Peterson
09/09/2021 à 13:04

Un film assez bancal dans son rythme surtout quand Tom Cruise disparait à l'écran au milieu du film et qu'on passe à Paris. La photo de Rousselot la musique de Goldenthal et les décors de Dante Ferretti sont magnifique. A Brad Pitt, je préfère Stephen Rea qui lui vole la vedette à chaque scène et la toute jeune mais déjà épatante Kirsten Dunst. La séquence du théâtre des vampires est culte.
Bref un film Imparfait mais qui reste splendide esthétiquement avec les beautiful boys de l'époque.

Flash
09/09/2021 à 12:54

« Entretien avec un vampire » sans doute le plus grand film de vampire que j’ai vu jusqu’à présent.
Cruise est monumental dans le rôle de Lestat. Dommage que le livre « Lestat le vampire » n’ai jamais eu l’adaptation qu’il mérite au cinéma.

votre commentaire