Révélations : et si le film oublié avec Al Pacino et Russell Crowe était un sommet de terreur ?

La Rédaction | 28 août 2021
La Rédaction | 28 août 2021

Reçu fraîchement, voire totalement ignoré par le public, Révélations est un film aujourd'hui méconnu, parfois méprisé, malgré sa terrifiante grandeur.

Médaillé chevalier du bon goût des années 80 avec la série Deux flics à Miami, maître du thriller grâce à Heat et Collatéral, expérimentateur révolutionnaire avec un Miami Vice qui révolutionna l'approche du numérique, Michael Mann a plus d'une distinction à sa veste. Même ses pépites oubliées demeurent célèbres, comme en témoigne le culte entourant le pourtant très peu vu La Forteresse noire. Néanmois, il est un de ses films qui demeure singulièrement peu commenté.

Il s'agit de Révélations, qui compte pour ses aficionados comme un des sommets de sa carrière, peut-être sa création la plus impeccablement maîtrisée, puissante formellement, et intelligente. Étonnamment peu commentée, elle fonctionne aussi, grâce au talent de ses interprètes et à l'énergie inattendue qu'y infuse son réalisateur, comme un récit de pure terreur.

 

affiche françaiseUne affiche qui donne la super pêche

 

LE CAUCHEMAR ENGLOUTI

Mais pourquoi le film a-t-il laissé si peu de traces ? Son metteur en scène vient tout juste d'enchaîner Le dernier des Mohicans et Heat, un grand succès populaire et une date dans le cinéma de gangster, un classique instantané. Non seulement il peut à peu près tout se permettre, mais la presse n'en demande pas moins et s'impatiente de pouvoir tresser les louanges du nouveau génie d'Hollywood, qui plus est à l'occasion de retrouvailles avec Al Pacino, dont l'aura de star brille encore au firmament.

Tout d'abord, et on y reviendra ci-après, le film déjoue beaucoup des attentes. On y suit ce qu'on n’appelle pas encore un lanceur d'alerte, qui va tenter par tous les moyens de faire éclater au grand jour les plus terribles secrets dissimulés par l'industrie du tabac. Chemin faisant, il découvrira les extrémités auxquelles ces entreprises sont prêtes à succomber, le pouvoir délirant accordé aux lobbies, mais aussi la véritable nature du secteur télévisuel.

Une suite de faux semblants, de menaces et de chausse-trappes, qui constituent une toile gluante, habitée par des arachnides aussi impavides qu'affamés. On y retrouve englués les motifs chers à l'auteur, ses idées et sa grammaire, mais on verra comme ceux-ci aboutissent à une logique et un cheminement émotionnel bien différents de ce à quoi il nous a habitués. Cette spécificité tonale aura sans doute découragé, ou à tout le moins décontenancé une partie de ceux qui ont découvert le film lors de sa sortie.

 

photo, Russell Crowe"J'fumerai bien une clope moi"

 

N'oublions pas non plus que les spectateurs, quand ils découvrent le produit fini, visionnent donc un métrage dont la véritable star n'est pas Pacino, mais bien Russell Crowe. Or, non seulement il est vieilli pour le rôle, ce qui empêche les (rares) fans de Mort ou vif de reconnaître l'acteur australien, mais on est à quelques mois de la sortie de Gladiator. Et c'est bien ce dernier qui fera de l'artiste une star évidente. Jusque là, il n'est encore qu'un talent et un visage sur lesquels Hollywood souhaite miser, mais certainement pas une tête d'affiche identifiée du grand public.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Cat24
05/09/2021 à 13:56

Le meilleur film de M. Mann avec Heat, et sans doute le meilleur rôle de Russell Crowe. Pacino parfait mais bon ça c'est habituel. Mais je ne crois pas que ce film soit oublié !

Hocine
01/09/2021 à 14:00

Ce film et le cinéma de Michael Mann en général, représentent sûrement ce que le cinéma américain peut nous donner de meilleur. Dans Révélations, les performances des acteurs sont grandioses. L'alchimie entre Russell Crowe et Al Pacino est particulièrement superbe.
Michael Mann est un très grand réalisateur, à qui il manque les succès commerciaux qui auraient renforcé sa position à Hollywood. Malheureusement, il rencontre de plus en plus de difficultés à monter ses projets. J'espère qu'il pourra faire son film sur Ferrari avec Hugh Jackman, plusieurs fois annoncé.

Méconnu car...
31/08/2021 à 22:59

.. chef d'oeuvre qui a tout d'un grand classique en devenir. Et comme tout classique, le peuple-populace a du mal. Il faut des sfx, du marvel, de la pétarade, des ados loups garrous.. pour nourrir la bête. Révélation c'est le chef d'oeuvre du maître, la ligne rouge de M. Mann. L'apothéose d'une carrière comme de celle de Russel Crowe. Pour Pacino une perle de plus sur un rôle assez proche de son role de Heat (sur son caractère surtout)

Slater-IV
31/08/2021 à 22:52

Mon côté geek retient les nombreux clins d'œil aux différents genres, notamment cette petite phrase concernant le fameux micro film que ̶B̶o̶n̶d̶ Mason aurait volé, contenant les plus gros "secrets" du pays de l'oncle sam (auteur du meutre de JFK, Roswell...)... "ça te dit de savoir qui a tué Kennedy ?".

Hormis cela, ce que je retiens également, c'est l'influence que ce film a eu sur les productions vidéoludiques, dont un certain Metal Gear... qui s'en inspire plus qu'ouvertement, du moins dans ces opus Solid 1 et 2.

A noté également, côté musique, que Squaresoft avait prévu d'intégrer à son chef d'oeuvre FF8 une musique un peu trop inspiré du thème principal du film de Michael Bay... il n'en fut finalement rien, mais le son est bel et bien disponible ici pour les curieux :

https://www.youtube.com/watch?v=VkEoruBRVKo

Qui a été heureusement par une séquence encore plus épique par la suite...

Bref. The Rock : un super film, qui renvoie à la seconde partie de la décennie 90, et sa frénésie décomplexée et créatrice, aube d'un cinéma numérique grandiose... Avant la catastrophe des années 2010.

sylvinception
30/08/2021 à 12:56

Un classique, et l'un des sommets de la filmo de Mann.
Je le considère même comme supérieur à Heat.

The insider38
30/08/2021 à 10:49

@rientintinchti

Il faut bien connaître son sujet avant de sortir de telle connerie.

Révélation est juste un des meilleurs films de ces 20 dernières années, aussi puissant que les hommes du président en son temps.

C est triste qu il y ait des gens comme vous qui puisse osé taxer Michael Mann de réal nul a chier. Ça en dit long sur votre culture

Hunter Arrow
30/08/2021 à 02:01

Franchement, pour moi c'est avec Heat, le meilleur film de Mr Mann. Je veux dire, tout est tellement impeccablement mené : l'écriture, la montée progressive en tension, les acteurs, cette réalisation qui donnerait des leçons à n'importe quelle autre production, la photographie, la musique... Pas un pet de travers dans ce film. Peut etre un peu froid au début...

Birdy ému
28/08/2021 à 22:50

une claque totale pour moi à l'époque, et dans mon top 20.

Kyle Reese
28/08/2021 à 19:48

@JR

Faut que je revois SimOne, j’avais détesté au cinéma.
Pourtant j’aime bcq le réal même ses petits films bancals et j’adore Pacino. Rdv manqué pour moi car film pas crédible pour un sou. De toute façon le virtuel est très casse gueule au ciné. Pas aimé non plus Existenz pour les mêmes raisons.

alulu
28/08/2021 à 19:11

Le solitaire est un film oublié et on peut le comprendre. Révélations, je le place au dessus de Heat pour tout dire, il n'a pas trouvé son public, sûrement que le sujet était moins vendeur que celui de Heat mais il n'est pas tombé dans l'oubli. On ne peut même pas le classer dans la catégorie "mal aimé" car beaucoup l'apprécient.

Plus
votre commentaire