Coraline : l'étrange chef d'oeuvre du vrai réalisateur du Noël de Mr. Jack

Simon Riaux | 16 mai 2021 - MAJ : 17/05/2021 09:51
Simon Riaux | 16 mai 2021 - MAJ : 17/05/2021 09:51

Coraline, c'est le prénom de l'héroïne d'un film d'animation poétique, inquiétant, terrifiant, burtonien en diable, sur lequel on revient avec délice.

Sorti en 2009, Coraline, réalisé par Henry Selick, est un film d'animation conçu en stop motion (image par image, ou animation en volume), qui ne manquera pas de faire son petit effet. Succès respectable au box-office avec 125 millions de dollars amassés à l'international pour un budget de 60, le film devra son engouement en partie à la technologie 3D, dont il use à merveille et qui n'a pas encore lassé ou trahit les spectateurs. Le métrage est également salué pour sa phénoménale direction artistique, que beaucoup estiment empruntée à Tim Burton, dont la carrière s'apprête à s'embourber durablement avec Alice au Pays des merveilles. Et ce sont peut-être ces deux raisons qui font du film une oeuvre parfois un peu oubliée de nos jours.

Or, Coraline est bien plus qu'un tour de force technologique, et bien plus qu'un écho des travaux du créateur de Beetlejuice. C'est, dans un domaine résolument à part, qui rapproche l'oeuvre des travaux du romancier Clive Barker, et notamment son excellent Voleur d'Eternité, un texte pour enfants virant progressivement au pur cauchemar. Mais pour comprendre ce qui fait du film qui nous intéresse une histoire si puissante et étonnante, il faut se pencher non seulement sur ses qualités propres, mais aussi sur ses deux auteurs.

 

photoUne affiche teaser pas franchement rassurante

 

AMERICAN ODDS

Coraline doit emménager dans une étrange bâtisse coupée du monde. Elle y suit ses parents à contrecœur et se désole de les voir se mettre au vert dans un coin sinistre, peuplé de voisins pour le moins inquiétants. Mais si la jeune fille doit se coltiner deux acrobates sur le retour, un drôle de Monsieur Loyal ou encore un voisin un peu azimuté, elle découvre bientôt, caché dans sa nouvelle maison, un passage vers une dimension parallèle. 

Tout y est plus chaleureux, lumineux et aimant que dans son pesant quotidien. Elle y mène une existence parallèle avec les doubles de sa famille et s’y amuse comme jamais. Jusqu’à ce que ce rêve dévoile sa nature de piège. Et le spectateur de sombrer à son tour, quand sous ses yeux, l'univers gentiment déjanté montre ses crocs, le conte bon-enfant déploie une artillerie psychanalytique et poétique irrésistible, tandis que caméra et scénario explorent un réseau de symboles à la noirceur trop rare pour ne pas être dégustée.

En 2009, de nombreux parents américains se rueront d'ailleurs sur les réseaux sociaux balbutiants pour s'émouvoir de ce récit éprouvant découvert avec leurs chères têtes blondes. Une réaction inquiète, outrée, qui ne devait pas surprendre l'auteur Neil Gaiman, auteur du roman éponyme, paru à l'aube du troisième millénaire.

 

photoLa campagne c'est chouette

 

“Ce sont toujours les adultes qui me disent que quand ils ont fini mon livre vers 3h du matin, ils ont dû se relever et allumer les lumières chez eux. Les enfants ne réagissent jamais comme ça”. Ainsi le conteur s’amusait-il, lors d’une interview accordée à Collider en 2009, des sueurs froides provoquées par Coraline. Destiné aux enfants, mais dévoré par les lecteurs de Neverwhere et American Gods, le livre était connu aux États-Unis pour être apprécié des mômes, tout en collant de remarquables frousses à leurs parents.  

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Tout savoir sur Coraline

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
GTB
16/05/2021 à 17:57

Voilà, ça c'est du bon film d'animation :). Pas une copie carbone d'une recette usée jusqu'à la moelle.
Vraiment hâte de voir son prochain film d'anim', Wendell & Wind, prévu sur Netflix cette année.

Ozymandias
16/05/2021 à 17:29

Excellent film d'animation oui ! Merci pour ce très bon article.

Micju
16/05/2021 à 14:59

Mais enfants on dû le regarder mille fois.Ce film a un je ne sais quoi qui frise le génie.

rientintinchti
16/05/2021 à 10:54

Ce film d'animation est un chef-d'oeuvre absolu. Je recommande fortement

votre commentaire