Bound : avant Matrix, le coup de boule lesbien et sanglant des soeurs Wachowski

Simon Riaux | 21 février 2021
Simon Riaux | 21 février 2021

Avant Matrix, Speed RacerCloud Atlas ou Jupiter Ascending, les soeurs Wachowski ont enflammé les écrans avec une romance lesbienne brillante et inoubliable.

Au milieu des années 90, Lana Wachowski et Lilly Wachowski sont deux scénaristes tout sauf épanouies. Elles ont bien réussi à vendre le script d'Assassins, mais le réalisateur Richard Donner l'a fait réécrire dans les grandes largeurs et a totalement transformé leur création sans qu'elles puissent rien n'y faire. Une seule solution : la réalisation, qui leur donnera plus de contrôle sur leurs futures créations. Et justement, elles ont une idée, qui correspond parfaitement à leurs désirs de cinéma, remuant, mal élevé et énervé comme jamais. Un film noir lesbien mâtiné de romance, intitulé Bound.

Les producteurs qu'elles croisent ne sont pas du tout à l'aise avec le concept d'une romance homosexuelle tenant le haut de l'affiche, jusqu'à ce que le légendaire Dino De Laurentiis flaire le bon coup et leur accorde un budget de 6 millions de dollars. Sorti en 1996, le film fait forte impression. Depuis, Matrix et la cohorte de projets aussi délirants qu'ambitieux portés par les frangines l'ont (un peu) fait oublier, et il est temps d'y remédier.

 

affiche officielle

 

DANS LA MATRICE

Sur le papier, cette histoire de deux voisines, devenues amantes et décidées à délester le compagnon mafieux de l'une d'elle de deux millions de dollars n'a pas grand-chose à voir avec les épopées stellaires, science-fictionnelles ou spatio-temporelles devenues la marque de fabrique des Wachowski. Et pourtant, leur premier long-métrage contient déjà tous ceux à venir.

La critique n'aime rien tant que deviner dans un premier film les motifs et obsessions d'une oeuvre à venir. Non seulement ça fait bien dans les dîners en ville, mais on se sent très malin, et on démontre à peu de frais l'oeil aiguisé qu'on s'est forgé à coups de projections de presse. Mais pour artificielle que soit parfois la démarche, force est de constater que Bound a des airs de galop d'essai récréatif pour les soeurs Wachowski, qui jettent dans ce premier film une quantité ahurissante d'idées, qu'elles reprendront ou revisiteront plus tard, au gré de leurs films et des univers qu'elles exploreront.

 

photo, Jennifer Tilly, Gina GershonLa fête des voisins va être un chouïa mouvementée

 

Au centre de leurs univers, on retrouve fréquemment des personnages sous forme de chrysalides, à l'identité changeante, mouvante, dont le cheminement va consister à se trouver eux-mêmes, souvent en altérant radicalement leur propre nature. C'est une évidence dans Matrix, où Neo  passera du grisâtre monsieur Anderson à techno-messie, c'est littéralement le sujet de Cloud Atlas, qui suit les variations de sa galerie de personnages sur plusieurs millénaires, et cette mécanique est enfin à l'oeuvre dans Jupiter Ascending, dont les deux heureux héros finissent quasiment par échanger leurs statuts et attributs.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Zapan
21/02/2021 à 13:52

Film excellent. Une mise en scène qui m'a fait pleurer de rire à certains passage.

Kyle Reese
21/02/2021 à 12:03

Excellent polar et premier film.
Ce film peut se voir comme une note d'intention inconscient du scénario futur de la vie des réalisatrices.
Le film: 2 femmes lesbiennes qui se découvrent, s'aiment et gagnent leur indépendance à la fois psychologique (plus de dépendance aux hommes) et financière en faisant un hold-up face à des hommes puissant de façon ingénieux.
La réalité: 2 frères qui partent à la conquête d’Hollywood (hommes puissant) pour se découvrir et gagner leur indépendance financière et psychologique devenant des sœurs (l’importance du genre dans le film) avec grande ingéniosité. Les frères se projetaient déjà en tant que sœur. (c'est Dr Freud qui m'a soufflé ça)
Le cœur de leur hold-up ayant été la saga Matrix. Saga de SF autant révolutionnaire dans la forme que subversive dans le fond, Hollywood n'en demandait pas tant et n'y a vu que du feu, grâce surtout au producteur Joe Silver qui avait le gout du risque. Le hold-up étant surtout le coté subversif, les bénéfices de la saga étant tout à fait légitime. Hollywood n'aurait jamais imaginé gagner autant avec un film aussi "spécial" symboliquement et métaphoriquement parlant.
"Bound" le mot fait référence au lien, lien d'amour pour les persos, lien du sang et d'amour fraternel pour les Waschos. Mais il fait aussi référence au lien qui sert, bloque, attache, le Bound de Bondage. Les 2 persos coincés dans leur vie, dans leur psychologie, dans leur monde. Les Waschos inconsciemment au début, puis consciemment coincés dans leur corps. Vient Matrix qui explique le plan. Le constat, Mr Anderson est replié sur lui même, il n'est pas heureux, il y a un malaise. La révélation il n'est pas celui qu'il croit être, ni son monde. Le déni, l’acception, puis l'illumination, il doit mourir pour devenir autre se transformer. Tout comme les Waschos l'ont fait quelques années plus tard. Ensuite, une fois la saga passé, le plan révélé, le "hold-up" réussi, il y a un peu de résistance avec Speed racer , l'une fait son changement, puis arrive Jupiter mais ça ne fonctionne plus comme avant, du coup arrive la transformation de Lily.
Le changement effectué, les projets changent petits à petits et deviennent moins spectaculaire, plus intimistes jusqu'à Matrix 4, je m'attends a qq chose de bien différent et c'est tant mieux. Bref Bound est plus qu'un polar lesbien malin. Il faudrait faire un film sur les Wascho au destin unique (c'est pas celui de Jupiter) ce serait passionnant.

Carlito B.
21/02/2021 à 11:35

Un très bon polar, bien mené. Il faudra attendre la scène "du dessert" avec le mérovingien dans Matrix reloaded pour se souvenir que les frangines ont réalisé Bound avant de se lancer dans la SF.
A voir pour ceux qui l'ont raté à l'époque.

Galactus
21/02/2021 à 10:56

J'avoue qu'on s'en fout.

Numberz
21/02/2021 à 10:38

J'avoue ne jamais avoir vu ce film

votre commentaire