Jupiter : le destin de l'univers - critique du retour du Space Opera

Simon Riaux | 26 août 2018 - MAJ : 03/09/2019 18:18
Simon Riaux | 26 août 2018 - MAJ : 03/09/2019 18:18

Après l'échec immérité de Cloud Atlas, on pouvait craindre que le nouveau projet prométhéen de Lana et Lilly Wachowski, Jupiter : le destin de l'univers, ne soit qu'un blockbuster de science-fiction parmi tant d'autres, calibré pour retrouver les faveurs du public et de l'industrie. Inquiétude malvenue, puisqu'il nous offre un séisme d'une ampleur inespérée.

ELLE EST FORTE CETTE JUPILER

 

Il faut moins d'une demie-heure à Jupiter : le destin de l'univers pour enterrer corps et bien tout ce que Hollywood a produit depuis plusieurs années en matière de grand spectacle et de space opéra. Le temps d'une incroyable poursuite entre ciel, mer et terre survenant dès la première bobine, où Channing Tatum affronte une escadrille surarmée, le film nous laisse bouche bée. Et son pouvoir de sidération ne fera que croître durant les deux heures suivantes.

 

Photo Channing TatumChanning Tatum

 

Le temps d'une épopée radicalement dénuée de temps morts, les Wachos nous transportent par leur ambition démesurée. Leur fresque spatiale est un défi au temps de cerveau disponible, tant l'œuvre fourmille de détails ahurissants, révèle de décors aux arcanes délirantes, absorbe le moindre neurone du spectateur par sa vivifiante richesse.

 

  

Photo Mila KunisMila Kunis

 

JUPITER ET AU DELÀ

 

Profitant d'un scénario linéaire dont la construction s'échine à mener un récit extrêmement dense à un train absolument infernal, les réalisateurs amplifient encore l'impact du métrage en le saturant de concepts, qui justifieraient que des films entiers leur soient consacrés. Qu'il s'agisse d'une touchante scène où se glisse Terry Gilliam, de mano à mano puissants, de poursuites frénétiques qui feraient rougir même les petits gars de Pixar, ou de joutes spatiales aux dimensions jamais vues, on cherche en vain un faux pas, une faute de goût. Même l'improbable look de Channing Tatum convainc et finit par apporter une belle touche de vulnérabilité à ce guerrier impénétrable.

 

 

photo Eddie RedmayneEddie Redmayne, délicieux méchant

  

Les personnages ne sont pas en reste. Simplissimes sur le papier, leur écriture jouit d'une cohérence et d'une logique implacable, chacun étant mû par une force le dépassant et l'amenant à transcender sa condition, dans le bien comme le mal. Les Wacho parviennent à rendre instantanément palpable les enjeux, la romance centrale du récit et le climax herculéen qui conclut cette apothéose filmique.

 

La magnifique gestion de l'espace et de son univers confèrent au film une virtuosité qui nous venge d'innombrables blockbusters produits à la chaîne avec un mépris souverain du public envisagé comme un troupeau d'oie à gaver. Jupiter : le destin de l'univers porte le grand spectacle à un niveau stratosphérique, avec une ambition qu'on n'avait peut-être pas vue depuis... 1977.

 

Affiche

 

Résumé

Un spectacle ahurissant, qui s'efforce à chaque image de décoller la rétine du spectateur et l'embarque dans une épopée spatiale aux proportions mythologiques.

Autre avis Geoffrey Crété
Jupiter : Le Destin de l'univers a beaucoup, beaucoup de défauts. Mais il a aussi beaucoup d'ambition, d'idées et d'énergie. Et si la dose de niaiserie parfaitement incarnée par le duo d'acteurs est maladroite, la beauté, la vitesse et le désir d'ouvrir les portes d'une mythologie spatiales laissent souvent pantois.

commentaires

raychu
27/08/2019 à 15:32

J'ai bien aimé ce film. pas autant que Matrix, mais il est sympa.
Après, je dois dire qu'Eddie Redmayne surjoue tellement que ça finit par mettre mal à l'aise.

Mais bon les gens préfèrent voir du Marvel dont on oublie tout sauf le titre quelques minutes après le visionnage du film. chacun ses goûts.

Opale
27/08/2019 à 13:52

Encore revu hier. Ça reste un sacré bon film, truffé de bonnes idées et de trucs bien nazes aussi. Néanmoins c'est généreux, bien mené, avec des effets spéciaux qui tiennent sacrément la route, une direction artistique intéressante (et à côté de la plaque parfois)... C'est vrai que le scénario n'est pas hyper vertigineux mais ça fait amplement le job! Beaucoup, beaucoup mieux qu'un Endgame par exemple...

Tempo
27/08/2019 à 13:36

@Flash

Après c'est important de savoir de quel côté de la barrière on se tient.

Je respecte les goûts de chiottes, quand ils sont assumés. Effectivement, quand on déteste Flash ou Speed racer, forcément, Jupiter ça ressemble à de la kryptonite, c'est logique.

Flash
27/08/2019 à 13:32

Tempo@ Dans dix ans, ce film sera toujours aussi nul comme Speed racer ou Flash Gordon.

Miami81
27/08/2019 à 13:28

Autant je ne suis pas spécialement adepte des sœurs Wachowski, autant je dois avouer que ce film m'avait laissé pantois à l'époque, dans le bon sens du terme.
C'est bien dommage que le film n'ait pas trouvé son public, il méritait vraiment un plus beau destin. Je le pense même largement supérieur à Matrix en terme d'idées originales.
De mémoire, à l'époque de sa sortie, c'était déjà le début du succès des franchises.

Simon Riaux - Rédaction
27/08/2019 à 12:43

@Gizmoket

Le film des frangines Wachowski s'étant fait pulvériser par la critique, je ne vois pas bien de quoi vous parlez.

Gizmoket
27/08/2019 à 12:42

C'est un gilm correct. Loin d'être un nanard, loin d'être un chef d'œuvre.

Je trouve qu'il y a beaucoup plus d'ambition dans les chroniques de Riddick (et d'idees de mise en scène) que dans ce film qui, s'il avait été réalisé par quelqu'un d'autres que les frères wachowsky (si, moi j'dis les frères ! RAF !) aurait sans aucun doute été accueilli moins bien par la critique qui se pretend intello ! 3, voir 3.5 pour 2 oub3 moments de bravoure, puis parce que la ptite mila, on l'aime bien quand meme ! Lol

Arnaud
27/08/2019 à 12:31

Ben non, ce film est nul ... et il est visiblement loin de pencher du coté positif (meme pas 30% sur RT ...)
Autant d'habitude je suis mesuré et je comprends que certains aiment ce que je n'aime pas et vice-versa, autant ce film ... mais c'est d'une nullité affligeante.
Ca joue comme des culs, l'histoire n'a aucun sens, c'est moche, c'est bete ... ouais parfois y a des fulgurances de mise en scene mais qu'est-ce que je m'en fous que l'emballage soit beau si ca reste du caca a l'interieur ?

Lafcadio
27/08/2019 à 11:18

Je partage la critique d’el Sur ce film. Le film renouvelle à mon sens le Space opéra et nous entraîne très facilement dans un monde ahurissant qui nous fait nous évader. Effets spéciaux saisissants et esthétique éblouissante, on ne peut que regretter les campagnes de dénigrements de la presse et le lâchage de la production au point que je n’avais pas entendu parler du film avant sa diffusion tv. Je regrette de ne pas l’avoir vu sur grand écran, déjà époustouflant sur le petit, j’imagine l’effet sur grand.

Tempo
27/08/2019 à 10:23

Je me demande si les gens qui viennent se payer le film ici réalisent que les Marvel sur lesquels ils se pignolent s'inspirent depuis 2/3 ans à mort de Jupiter.

Rappelons que Ragnarok est allé jusqu'à le citer directement une dizaine de fois.

Et que depuis, tout le monde lorgne sur son trip 80's décomplexé. Mais c'est la même avec Speed Racer. Dans 10 ans, bien content d'avoir vomi sous pseudo vous pignolerez pour expliquer combien c'est culte et combien vous l'avez toujours défendu.

Ciao les pignoufs.

Plus

votre commentaire