Fantômes contre fantômes : la vraie pépite oubliée de la filmographie de Peter Jackson ?

Mathieu Jaborska | 2 août 2020
Mathieu Jaborska | 2 août 2020

Si certains ont découvert Peter Jackson avec sa trilogie du mauvais goût, sorte de nirvana pour amateur de cinéma crado, et que d'autres l'ont vraiment suivi après Le Seigneur des Anneaux, beaucoup de cinéphiles se sont initiés à son style avec les films qui l'ont vraiment fait percer.

Parmi eux, Créatures célestes bien sûr, mais surtout Fantômes contre fantômes en 1996, son premier fait d'armes hollywoodien, et une bonne démonstration de savoir-faire qui convient à toute la famille.

Aujourd'hui, son travail sur l'univers de Tolkien et le nouveau Tintin (on y croit) a tendance à faire un peu oublier cette dernière production, pourtant l'une des comédies fantastiques les plus honnêtes et appréciées des années 1990, grâce à une équipe créative de rêve, une facture technique à toute épreuve ainsi qu'un air de S.O.S. Fantômes rafraichissant. Rien que pour le plaisir, on s'y replonge volontiers.

 

photo, Michael J. FoxPluie de références horrifiques incoming

 

HIT THE ROAD, JACKSON

C’est l’itinéraire cinéphile par excellence : passionné par les effets spéciaux et plus particulièrement par le King Kong original, Jackson multiplie les courts-métrages avant de pouvoir mettre en scène son premier long complètement fauché, Bad Taste, très bien décrit par son titre. Alors que ce premier essai est en passe de devenir culte chez les amateurs de tripaille caoutchouteuse, il continue sur sa lancée avec le film de marionnette Les Feebles, parodie décadente du Muppet Show. Mais c’est bien sûr le grandiose Braindead qui le béatifie dans la cathédrale de la série B sanglante. Les fans de splatter et de générosité comique l’adoubent, alors que ses projets prennent une tout autre direction.

Le cinéaste n’est pas tout de suite appelé par les sirènes hollywoodiennes, et ça se comprend. Aux yeux de l’industrie mainstream, il est un jeune punk (son caméo dans Fantômes contre fantômes n’est pas anodin) au mieux insignifiant, au pire inconnu. On est loin de la consécration à la tête de la saga de fantasy la plus appréciée du millénaire. Pas arriviste pour un sou, il va cependant y accéder par la force des choses.

Pour ce faire, il commence par sortir de sa zone de confort tapissée d’hémoglobine afin de se consacrer à un drame intitulé Créatures Célestes, un véritable appât à prix, parfait pour se faire remarquer. C’est lors de sa production que lui et sa collaboratrice et compagne Fran Walsh écrivent un traitement de quelques pages.

 

photoCréatures Célestes : on est loin de Braindead

 

Et alors que Jackson s’attèle à la conception du faux documentaire Forgotten Silver, ils l’envoient à un certain Robert Zemeckis. Objectif : un spin-off sous forme de long-métrage des Contes de la crypte, qui cartonnait à cet instant, et qui cherchait à dépasser le petit écran. Mais selon le réalisateur devenu tout puissant après le succès des Retour vers le Futur, l’idée convient mieux à un film indépendant de toute franchise. Le duo de scénaristes se met alors à développer cette histoire. Certains disent que Zemeckis comptait réaliser le film lui-même, mais l’auteur de ces lignes n’a trouvé nulle trace de telles ambitions.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

alulu
02/08/2020 à 20:33

Saleté de Parkinson sinon le film est très bien. Rien que l'idée de départ...

Bubble Ghost
02/08/2020 à 19:54

Le dernier grand rôle de Michael J Fox au cinéma... C'est fou...

Guéguette
02/08/2020 à 19:38

Film très sympa...mais pas très maitrisé dans les règles de son univers, qui du coup laisse passer beaucoup de deus ex machina bien arrangeants.

Kouak
02/08/2020 à 19:18

Ah au fait !
Pour les passionnés...
Y a le Dune de Jodorowsky en replay sur ARTE !
Je sais que certains d'entre vous cherchent à le voir ou revoir.
Je vais mettre ce post dans plusieurs articles de EL...
Je m'en excuse auprès de la redac' mais c'est un "événement" je pense...
@+
Bref...

darkpopsoundz
02/08/2020 à 16:28

Oh, et j'allais oublier, pauvre de moi: Jeffrey Combs is GOD!

darkpopsoundz
02/08/2020 à 16:26

Certainement pas oublié de moi non plus, puisque The Frighteners est facile dans mes films préférés de Peter Jackson (avec Braindead et King Kong). Ce p'tit gars que j'ai vu arriver avec Bad Taste et que jamais à l'époque je n'aurais envisagé à la tête d'une trilogie blockbuster comme Lord of the Rings, comme quoi! :P

Un énorme merci, Matthieu, pour cet excellent et exhaustif article, qui fait parfaitement ressortir tout ce que moi comme d'autres (à voir les coms précédents) adorons dans ce film. Et qui m'a donné furieusement envie de trouver et dévorer le livre de Ian Pryor que vous citez! :-)

Opale
02/08/2020 à 15:23

Super film, vu et revu des tas de fois, j'adore. A voir dans sa version longue.

Kouak
02/08/2020 à 14:33

Bonjour,
Elle est bonne celle-ci...
Je l'ai re-re-regardé hier soir...
WTF !??
Bref...

Starkweather
02/08/2020 à 14:32

"Fantômes contre fantômes : la vraie pépite oubliée..." ???

Pas par moi, en tout cas ! ;)
Un pur régal de fantasticophile, ce film !

votre commentaire