La Momie avec Tom Cruise, ou comment copier-foirer la recette Marvel

Simon Riaux | 17 juin 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 17 juin 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

En 2017, Universal tente de relancer son Dark Universe. Entamé avec Dracula Untold, ce chantier réunissant les légendaires Universal Monsters qui firent des décennies plus tôt la gloire (et le beurre du studio) n’a pas réussi à séduire le public avec les origines de Dracula. 

Qu’à cela ne tienne, le catalogue est riche et l’ère des super-blockbusters industrialisés par Disney laisse la firme penser qu’elle peut et doit utiliser ces licences pour démantibuler le box-office. Le long-métrage qui doit unir le public dans les salles et lancer ce monde en orbite n’est autre que La Momie, réalisé par Alex Kurtzman, et désormais disponible sur Netflix. 

Pour ce faire, Universal va tenter de greffer à son univers de momies, vampires, loups-garous et autres monstruosités la recette Marvel, qui triomphe partout dans le monde. Mais que se passe-t-il quand on injecte mécaniquement un programme conçu pour des blockbusters aseptisés à une ribambelles de monstres ? Une bonne grosse catastrophe des familles. 

 

Photo Dark UniverseLe Dark parallèle Universe

 

50 NUANCES DE MCU 

Qu’on apprécie ou non le MCU, l’entreprise pharaonique de Disney restera au moins dans les mémoires pour la réussite avec laquelle elle aura installé son univers étendu. Une prouesse industrielle que personne n’est parvenu à dupliquer jusqu’à présent, que la firme a menée avec un mélange d’habile communication et de savant art du dosage. 

Marvel aura ainsi attendu plusieurs films, distillé indices et effets d’annonces, avant de réunir ses Avengers en 2012, devant un public chauffé à blanc par quatre années de montée en puissance. Mais Universal ne compte pas garder sa main secrète. Avant même la sortie de La Momie, sans que le public ait eu l’opportunité de réagir au matériau qui lui est proposé, la firme dévoile ses plans. 

Le 22 mai est dévoilée une photo où apparaissent les futurs monstres, et dès ce geste initial, on peut sentir que le train va dérailler. Bien sûr, individuellement, Tom Cruise, Johnny Depp, Javier Bardem et Russell Crowe sont des comédiens connus et reconnus, mais assemblés aux côtés de Sofia Boutella, ils donnent l’impression d’une équipe déjà vieillissante (le sort de la comédienne dans le blockbuster à venir ne faisant pas grand doute), au talent indiscutable, mais dont l’assise sur le box-office - à l’exception de Cruise – est plus incertaine. 

 

Tom Cruise"Et donc on n'a même pas de costumes"

 

À cela s’ajoutent les révélations du Hollywood Reporter, qui dévoile dans un long article paru le 31 mai 2017 que la saga s’assemble dans un climat de précipitation tel que la photo en question est un montage d’acteurs ne s’étant jamais rencontrés. Les analystes du box-office prédisent déjà des retours mitigés pour La Momie, et tout cela ne sent pas très bon. 

Et dans le film, l’influence du MCU est encore plus prégnante. En Docteur Jekyll au bord de l’overdose de rillettes, Russell Crowe est sommé de composer un Nick Fury vénère, mais il accolé si grossièrement à l’intrigue principale qu’on ne croit jamais au personnage, ni à l’organisation secrète qu’il dirige. Il en va de même pour les hommages intégrés ici et là comme des œufs de Pâques pensés pour nous promettre un vaste univers. 

Tous tombent comme des cheveux sur la soupeUne soupe qui manque cruellement d’épices. 

 

Photo Jake Johnson"On a dit qu'on copiait Uncharted, ou Resident Evil ?"

 

LE BON GOÛT DU SAVON 

Depuis le début des années 2000, les grands studios se sont montrés de plus en plus rétifs à s’aventurer hors de la classification PG-13, craignant de réduire l’assiette de public potentiel quand ils produisent des films de plus en plus coûteux. Une équation audible quand on fabrique du super-héros au kilomètre, le genre s’adressant prioritairement à un public jeune, adolescent, qu’on n’a pas intérêt à retrancher des salles obscures. 

Mais pour traiter de créatures cauchemardesques et de leurs méfaits, c’est une autre paire de manches. Si aujourd’hui les aventures des monstres qui sévirent des années 20 jusque dans les années 50 sont assez éloignées des standards de violence ou de représentations de l’horreur propres au cinéma de genre, il ne faut pas oublier que ces œuvres ont parfois repoussé les limites de leur époque. 

 

photo Sofia BoutellaLa terreur est palpable

 

Rien de tel ici, où des hectolitres de javel semblent avoir nettoyé chaque photogramme. Le sang est quasiment absent, de nombreux effets sont le fruit de trucages numériques, et jamais la caméra ne nous laisse entrevoir l’angoisse. L’effroi doit laisser place à l’excitation, la tension à l’adrénaline, et le blockbuster se métamorphose progressivement en film d’action. À tel point que la scène largement mise en avant par la promotion était un crash aérien, tourné en zéro gravité, une performance typique de Tom Cruise mais très éloignée de la grammaire du cinéma fantastique. 

Et il en ira de même pour tous les affrontements, contaminations, engendrés par la momie du titre, qui manquent cruellement de viscéralité. On retrouvera aussi cette timidité dans l’horreur via le personnage interprété par Jake Johnson, lointain écho du sidekick zombie du Loup-garou de Londres. Camarade putréfié et goguenard, ses apparitions paraissent presque hygiénistes au vu de son modèle. Et c’est là une des plus marquantes contradictions du film : refuser de respecter son programme pour dérouler celui à la mode de la semaine. 

Jusque dans son refus de laisser mourir ses personnages secondaires, l’ensemble évoque la légèreté devenue la signature de Marvel, qui s’efforce régulièrement de désamorcer ses potentiels effets dramatiques. Mais pour faire un bon ersatz de MCU, La Momie s’est-elle dotée d’un bon Tony Stark ? 

 

photoEt merci aux maquilleurs !

 

NOT YOUR REGULAR TONY STARK 

En découvrant le personnage de Tom Cruise, difficile de ne pas penser au premier leader à avoir popularisé les films Marvel auprès du grand public. Impertinent, remuant, mû par un individualisme forcené, Nick Morton a beau ne pas être un milliardaire, il entretient plusieurs points communs avec Iron Man. 

Tout d’abord, le film lui fait suivre un parcours comparable. Personnage en total contrôle de son univers, c’est un meneur aventureux, volontiers baroudeur. Confronté aux conséquences de ses actes et de son mode de vie au Moyen-Orient, c’est là que son destin prend une tournure irrémédiable, qui va l’amener à questionner les principes qui ont présidé à sa vie, jusqu’à faire de lui un héros. Une logique plutôt classique et pas problématique en soi, mais qui va à nouveau se heurter avec l’ADN du projet. 

 

Photo  Tom Cruise"Et je n’ai même pas de jet-pack"

 

Car, quand on adapte La Momie, le véritable protagoniste... c’est la momie, pas son adversaire. Trop occupé à iconiser Tom Cruise, le long-métrage se trompe de cible, et interdit à Sofia Boutella de pouvoir incarner une menace crédible, ou un personnage à la hauteur de son formidable ennemi. Pire, ivre de super-héros, Universal entreprend de transformer son aventurier de héros... en super-héros. 

Ainsi, le climax du film ne sera pas un sommet de peur, même pas une grande séquence d’action, mais plutôt l’organisation un peu anarchique d’une passation de pouvoirs entre Nick Morton et Ahmanet, sans autre but qu’installer le décor des prochains films. Non seulement la démarche est poussive, mais la licence n’avait guère besoin d’ajouter des super-pouvoirs à son héros ni de l’affubler d’une immortalité qui écrase tous les enjeux, pour réinventer la figure de Van Helsing. 

Ainsi, quand le blockbuster s’achève, toutes les cases de la recette Marvel ont été cochées, mais aucune n’a été comprise, quand l’âme de la grande aventure fantastique s’est perdue dans les sables du désert.

 

AffichePoussière, tu redeviendras poussière

Tout savoir sur La Momie

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
larss
19/06/2020 à 13:01

Personnellement je ne l'ai pas trouvé si mauvais que ça, les acteurs sont plutôt bons, l'histoire sympa et les persos attachants.
Effectivement la recette ressemble à celle de Marvel et j'aurais aimé un film plus tourné sur l'horreur, mais il faut élargir le public pour faire plus d'argent, je comprends.
Maintenant tout le monde parle du personnage de Tom Cruise en grand héros, en Tony Stark d'Universal, mais moi je me pose une question, est ce qu'on ne suivrait pas le méchant depuis le début? Et si Tom Cruise était le grand méchant de cet univers? Moi c'est une idée qui me plairait bien.

Ethan
19/06/2020 à 11:55

A l'attention de l'auteur de l'article

Le projet de faire une série de films autour de créature paranormal est séduisant.
Il faut continuer.
La momie 2017 est pas mal, il ne s'agit pas d'un remake et les acteurs jouent bien.
Sofia Boutella joue très bien et cette momie fou vraiment les jetons. Elle est suffisamment mise en valeur.

A mon avis le marketing du film n'a pas bon

Yoyo
18/06/2020 à 12:25

Le jour où l'on mettra à la tête des grand studios des personnes qui ont la passion du cinéma avec un minimum de connaissances artistiques,les grandes productions seront gagnantes!

J.got
17/06/2020 à 21:37

Il y a eu quand même un sacré paquet d'articles sur ce film!

Et souvent des "ratages etc" dès qu'on parle d'un autre film de monstres.

La Momie revient plus souvent que des tas d'autres blockbusters bien moins foutus

Xbad
17/06/2020 à 20:34

Mince, j'ai aimé moi !

De Passage
17/06/2020 à 18:19

@ Geoffrey Crété - Rédaction

Effectivement, après réflexion avec votre réponse, faire un top de blockbuster semble compliqué... ^^

Merci pour le lien. ;)

Geoffrey Crété - Rédaction
17/06/2020 à 17:28

@De Passage

Bonjour !

Nous n'avons pas fait ce top 10, et ce serait bien difficile : "blockbuster" désigne énormément de films, très différents, sur plein de genres... Ce serait un exercice périlleux et frustrant de se cantonner à 10, et mélanger autant de films uniquement liés par leurs gros budgets.

On s'amuse plutôt avec des genres précis, comme les films catastrophe :
https://www.ecranlarge.com/films/dossier/1176607-les-meilleurs-films-catastrophe

Ou les films de super-héros :
https://www.ecranlarge.com/films/dossier/1179628-les-10-meilleurs-films-de-super-heros

Pour le rayon blockbuster, on peut vous conseiller ce site, qu'on connaît bien et qui classe quantité de films, notamment avec cette étiquette "blockbuster"
https://www.cinetrafic.fr/meilleur/film/blockbuster

De Passage
17/06/2020 à 16:56

a Geoffrey Crété - Rédaction

Avez vous fait un top 10 ecranlarge des meilleurs blockbusters?

Si oui, vous avez un lien à me donner?
Si non, comptez-vous faire un top 10?

Merci d'avance,

Geoffrey Crété - Rédaction
17/06/2020 à 16:36

@J.got

On ne peut parler qu'en notre nom, mais on était très enthousiastes de voir Tom Cruise dans ce genre, on était très curieux de revoir La Momie sous une autre forme (surtout vu La Momie 3......), et dès l'annonce, on était plutôt curieux.

Et on ne s'acharne pas plus contre ce film, que contre plein de blockbusters qu'on trouve insipides et mal fichus (même côté Marvel et compagnie oui).

J.got
17/06/2020 à 15:52

je comprends pas cet acharnement contre ce film.

Oui il n'est pas ouf. Oui il s'oublie vite. Oui ça ressemble plus à un Mission Impossible avec quelques éléments fantastiques qu'un film d'horreur. Oui certains effets sont ridicules (quand les zombies marchent). Et oui l'idée d'univers étendu est précipité et pas forcément pertinente.
Mais franchement il se laisse voir et j'ai vu bien bien pire (les fast and furious, certains marvels etc).

Là on tape excessivement sur ce film car on ne supporte pas l'idée d'un reboot de la trilogie avec Fraser (sympathique mais pas dingue). Dès le départ, dès l'annonce on a tapé sur le film. Et aussi parcequ'on ne veut pas voir Cruise dans un film fantastique.

Plus
votre commentaire