Tesis, Les Autres, Lettre à Franco... où es-tu Alejandro Amenábar ?

Geoffrey Crété | 1 mars 2020 - MAJ : 07/07/2020 10:40
Geoffrey Crété | 1 mars 2020 - MAJ : 07/07/2020 10:40

En sept films et 20 ans, Alejandro Amenábar a construit une carrière inattendue, sans céder à Hollywood et aux facilités.

Alejandro Amenábar est de retour au cinéma avec Lettre à Franco, qui revient sur l'ascension de Franco et le rôle de l'écrivain Miguel de Unamuno. Cinq ans après le navet hollywoodien Régression avec Ethan Hawke et Emma Watson, c'est un nouveau grand écart qui rappelle que le cinéaste espagnol est l'un des artistes les plus singuliers de sa génération.

Passé par différents genres, il a trempé dans le bain hollywoodien avec précaution, pour le meilleur et pour le pire, et trace sa route malgré de sévères échecs. D'où une question : mais où est passé le réalisateur de Tesis, Ouvre les yeux et Les Autres ?

 

 

CHAPITRE 1 : COMME UNE IMAGE

Tout a commencé à l'école, et à l'école, tout a vraiment commencé. Etudiant en cinéma à l'université complutense de Madrid, Amenábar y trouve les premières briques de sa carrière : son co-scénariste Mateo Gil, l'acteur Eduardo Noriega, et le sujet et décor de leur premier film ensemble : Tesis. C'est donc l'histoire d'Angela, une étudiante à l'université de Madrid, qui travaille sur une thèse autour de la violence dans les films, et découvre les snuff movies - ces vidéos montrant de vrais meurtres.

L'attraction pour la violence qui pousse à franchir la ligne, incarnée à la fois par les snuff movies et le beau et ténébreux Bosco, est le sujet du film. L'héroïne (qui veut voir la victime sur les rails de la gare), ses ennemis (qui veulent filmer des morts), le spectateur (qui veut voir ces vidéos), le réalisateur (qui montre et raconte et tente le public) : tout le monde est coupable, et l'image est un trou noir où s'abîment toutes les âmes, devant et derrière la caméra. Sa force est au centre de l'équation, et elle le sera encore dans Ouvre les yeux.

 

photoL'homme derrière l'homme à la caméra

 

Après le succès de Tesis, notamment couronné par sept Goya (équivalents des César), dont meilleur nouveau réalisateur et meilleur film, Amenábar continue donc sur sa lancée, avec Mateo Gil et Eduardo Noriega. La violence est toujours là dans Ouvre les yeux, mais elle prend une dimension existentielle avec l'histoire de César, bellâtre à qui la vie sourit jusqu'à un accident de voiture qui le défigure. Sans son visage, désormais caché derrière un masque froid, sa vie entière s'écroule.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

Geoffrey Crété - Rédaction
03/03/2020 à 20:39

@Lili Jae

Merci à vous ! ;)

Lili Jae
03/03/2020 à 20:30

Dossier riche et intéressant. Bravo Geoffrey pour le travail réalisé ???? je ne regrette pas de m'être abonnée!

Euh
02/03/2020 à 23:34

Régression est loin d'être un navet, bien plus intéressant qu'il n'y paraît.

votre commentaire