Black Panther : à quel point le film a-t-il écrasé les records de Marvel (et Hollywood)

Geoffrey Crété | 23 juin 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Geoffrey Crété | 23 juin 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Bilan box-office et business de Black Panther.

Alors qu'Avengers : Infinity War est destiné à écraser des records à la chaîne depuis son démarrage spectaculaire, Marvel Studios a récemment rappelé qu'ils dominaient le marché avec Black Panther, blockbuster de Ryan Coogler.

Porté par Chadwick BosemanMichael B. JordanLupita Nyong'oDanai Gurira ou encore Forest Whitaker, le film centré sur T'Challa a écrasé des records à la chaîne, devenant l'un des plus gros succès du MCU.

Sa sortie en DVD et Blu-ray est l'occasion de revenir sur ce sacre énormissime.

 

 

 

LE BUDGET

Black Panther a officiellement coûté dans les 200 millions de dollars. Un budget proche d'Avengers (220 millions), et Iron Man 3 et Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 (200 millions). C'est plus que Spider-Man : Homecoming et Thor : Ragnarok (dans les 180 millions), mais moins que les poids lourds Avengers : l'Ère d'Ultron et Captain America : Civil War (environ 250 millions), et bien sûr Avengers : Infinity War, dont le prix serait encore plus élevé. Kevin Feige avait d'ailleurs insisté en promo sur les moyens mis dans l'aventure de T'Challa. 

À cela s'ajoute l'inévitable budget marketing non négligeable, au montant gardé secret par les studios Marvel mais qui selon certains médias américains serait de l'ordre de 150 millions. Un chiffre à prendre avec des pincettes comme toujours, mais vu la dynamique actuelle des budgets hollywoodiens et la manière dont Marvel occupe le terrain à chaque sortie, difficile de ne pas imaginer qu'au moins une centaine de millions de dollars a été dépensée pour vendre Black Panther.

Budget approximatif total donc : minimum 300 millions.

 

photo  Quand t'arrives chez Marvel avec l'assurance des chiffres du box-office

 

LE BOX-OFFICE MONDIAL

1,34 milliard de dollars engrangés dans le monde. C'est beaucoup, même pour un Marvel. Black Panther se retrouve ainsi en troisième position des plus gros succès du MCU, derrière les films de groupe Avengers (1,51 milliard) et Avengers : l'Ère d'Ultron (1,4 milliard). Il devance Iron Man 3 (1,2 milliard) et Captain America : Civil War (1,1 milliard), pourtant portés par une marque plus forte. Pour le premier épisode d'un super-héros en solo, c'est un carton plein. Avec l'inflation, le film garde sa bonne place.

C'est le 33e film à franchir le cap du milliard (sans compter l'inflation), le 16e chez Disney, et le 5e du MCU.

  

Photo Letitia WrightMarvel vs la concurrence

 

LE BOX-OFFICE DOMESTIQUE

Là aussi, un sacre absolu : Black Panther est le plus gros succès du MCU au box-office domestique (Etats-Unis et Canada), avec plus de 699,6 millions cumulés. C'est plus qu'Avengers (623 millions), Avengers : l'Ère d'Ultron (459 millions) et Iron Man 3 (409 millions).

Avec ce seul score américain, Black Panther écrase le box-office mondial de Thor : Le monde des ténèbres (644 millions) ou Ant-Man (519 millions). Le triomphe est absolu. C'est d'ailleurs le film de super-héros qui est resté le plus longtemps premier du box-office américain (cinq semaines, contre quatre pour The Dark Knight et trois pour Avengers). C'est aussi le plus gros succès d'un film sorti en février, devant Deadpool.

Même avec l'inflation du dollar, Black Panther reste en deuxième position derrière Avengers, qui aurait rapporté 704 millions de dollars de 2017. Avengers : Infinity War risque de chambouler tout ça, mais le film de Ryan Coogler maintiendra une belle position. C'est d'autant plus notable que c'est sur le territoire américain que le studio récupère le plus sur les recettes (environ la moitié, dans la plupart des cas).

 

Photo Chadwick Boseman, Lupita Nyong'oArrivée dans la cour du box-office domestique 

 

LE BOX-OFFICE FRANÇAIS

Même belle place en France. Avec 3,6 millions d'entrées, Black Panther se place directement derrière Avengers (4,5 millions de spectateurs), Iron Man 3 (4,38 millions) et Avengers : l'Ère d'Ultron (4,33 millions). Il est devant Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 (3,2 millions), Captain America : Civil War (1,1 million) et Iron Man 2 (2,5 millions).

Comparé à Spider-Man : Homecoming (2,3 millions d'entrées) ou Captain America : Le soldat de l'hiver (1,9 million) c'est une victoire nette, surtout pour un personnage moins populaire qu'un homme-araignée par exemple. A noter que Deadpool a attiré plus de monde, avec 3,7 millions de spectateurs.

Tout ça reste toutefois moindre face à la trilogie Spider-Man de Sam Raimi, qui a oscillé entre 5,3 et 6,4 millions d'entrées.

 

Photo Chadwick Boseman, Michael B. JordanMichael B. Jordan et Chadwick Boseman

 

LE BOX-OFFICE INTERNATIONAL

Au box-office étranger (hors domestique), Black Panther a raflé plus de 646,5 millions. C'est là qu'il perd des points : il est loin des 895 du premier Avengers, des 946 d'Avengers : l'Ère d'Ultron, des 805 d'Iron Man 3, ou encore des 745 de Captain America : Civil War.

Le film a bien marché au Royaume Uni (69 millions), en Corée du sud (42 millions), au Brésil (36 millions), en France (32 millions), en Australie (31 millions), au Mexique (28 millions), mais surtout en Chine (105 millions de dollars). Et encore, le chiffre est moins impressionnant que Captain America : Civil War (180 millions) et Avengers : l'Ère d'Ultron (240 millions).

 

Photo Chadwick BosemanJoli costume très apprécié par les Chinois

 

LES RAISONS 

La première, évidente : la puissance de la marque Marvel, qui a construit en une décennie un empire du spectacle hollywoodien d'une solidité ahurissante. La fidélité du public n'est plus à démontrer, tout comme sa soif de super-héros et son attachement à l'univers étendu.

La deuxième, elle aussi évidente : l'importance de la culture afro-américaine dans le paysage hollywoodien, et la valeur symbolique et politique d'un film quasi entièrement porté par un casting noir (réalisateur, acteurs principaux). Que le scénario adresse en filigrane la question de l'intégration, de l'ouverture vers l'Autre, de la peur de l'étranger, est une preuve claire que l'équipe en avait conscience. A tel point qu'une pérition a été lancée pour que le studio reverse 25% des bénéfices à des associations qui viennent en aide à la communauté afro-américaine, laquelle a fortement contribué au succès. Disney a donné 1 million au Boys & Girls Clubs of America, pour aider enfants et adolescents.

 

Photo Chadwick BosemanDisney sur la scène du monde

 

A l'heure où la question de la diversité dans le circuit mainstream et la représentation des minorités est omniprésente, Black Panther a d'office gagné une puissance aux Etats-Unis, pays où il a le plus brillé. Sa carrière phénoménale là-bas (en onzième semaine, il est passé de la huitième à la cinquième place au box-office US, preuve que l'enthousiasme est d'une vigueur encore folle) l'a confirmée.

Troisième raison : le film a été particulièrement apprécié et soutenu. Selon Rotten Tomatoes, un indicateur non absolu mais intéressant, c'est le film le mieux noté du MCU par la presse (96%). Côté public, c'est un score plus moyen selon les standards Marvel : ses 79% sont inférieurs à Iron Man, AvengersThor : RagnarokSpider-Man : Homecoming ou encore Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2. Côté Cinemascore, un autre indicateur de satisfaction du public, c'est différent : Black Panther est le premier film du MCU à récolter un A+ depuis Avengers. Dans tous les cas, le film de Ryan Coogler a énormément plu, et a pu surfer sur un bouche-à-oreille phénoménal.

 

Photo Ryan Coogler, Danai GuriraRyan Coogler et Danai Gurira

 

LES CONSÉQUENCES

En plus de catapulter le réalisateur Ryan Coogler et ses acteurs sur la scène des noms les plus chauds du moment, le succès de Black Panther n'a pu laisser Marvel insensible. Si le résultat n'est pas évident dans Avengers : Infinity War, lancé avant le phénomène, il semble clair que T'Challa jouit désormais d'une popularité énorme, qui le poussera sur le devant de la scène des Vengeurs. L'avenir du MCU passera un jour ou l'autre par un remaniement des troupes, et Black Panther gagnera certainement une place de premier ordre.

Un Black Panther 2 est à l'ordre du jour, le studio courtisant évidemment Ryan Coogler, à la manière d'une Patty Jenkins chez DC, dont le statut a été façonné par un succès critique et public certain avec Wonder Woman. Les deux films auront d'ailleurs un impact similaire, a priori : installer l'idée que oui, le public est parfaitement capable de se déplacer en masse pour voir un héros noir, ou une héroïne, et pas uniquement des blondinets aux yeux bleus prénommés Chris.

Et si aucun projet de spin-off n'est encore sur la table, l'importance de certains seconds rôle, comme Okoye (excellente Danai Gurira) ou Shuri (Letitia Wright) dans Avengers : Infinity War semble indiquer que la troupe de Black Panther a toutes les chances de réapparaître par-ci par-là dans le futur du MCU, au-delà des aventures du roi du Wakanda. Certains pourraient sans problème devenir des piliers au second plan, à la manière d'une Black Widow apparue en renfort dans plusieurs productions... avant d'avoir sa propre aventure solo.

 

Photo Chadwick Boseman, Lupita Nyong'oL'avenir du MCU est-il sur cette photo ?

 

BILAN

300 millions de dollars de budget minimum, 1,3 milliard engrangés au box-office : en retirant à la louche la part récupérée par les exploitants, et en sachant que les détails des contrats sont bien évidemment gardés par les studios (particulièrement avec Disney, suffisamment puissant pour pouvoir imposer des choses aux salles), Black Panther aurait rapporté facilement dans les 300-400 millions au studio, en salles.

C'est probablement plus qu'Avengers : l'Ère d'Ultron dont les bénéfices s'élevaient à environ 380 millions, ou Captain America : Civil War, avec moins de 200 millions. Le très sérieux Deadline avait précisé que cette belle équation pour le studio était en partie dûe au casting qui, contrairement à Robert Downey Jr. et autres seniors, n'a pas des contrats aussi impactants, avec un retour sur les recettes en salles qui gonfle le salaire en fin de compte.

 

Photo Chadwick Boseman, Ryan CooglerRyan Coogler sur le tournage avec Chadwick Boseman 

 

Ce bilan de Black Panther ne comprend ni les retombées faramineuses en merchandizing ni les ventes vidéo (rien qu'aux Etats-Unis, les gros succès Marvel rapportent de ce côté dans les 80 millions). Au niveau le plus bas, sans les détails farouchement gardés par le studio, c'est donc une très belle opération, à la fois financière et également en terme de communication.

 

Black Panther, actuellement disponible en DVD, Blu-ray et VOD chez ©MARVEL. 

 

Affiche

 

Tout savoir sur Black Panther

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Ghosta
08/08/2018 à 18:22

Vue le commentaire de Théo je suppose qu'il n'ira pas voir détective Dee au cinéma. C'est un fille fait par des asiatiques pour des asiatiques. Bref heureusement il y a des personnes ouverte d'esprit. Moi ce qui me gène le plus dans ces nombreux commentaires est surtout ceux qui donnent leurs avis comme s'ils s'agissait d'un fait. Un avis est une interprétation guidé par sa propre expérience. En affirmant par exemple qu'une chose est nulle on rabaisse par la même occasion tous ceux qui n'auraient pas le même jugement. menant ainsi a ce type de discussions stérile ou personnes n'écoute mais veut imposer son avis sa vérité. Je me suis expliqué une fois sur les raisons qui m'ont fait apprécier ce film mes raisons. Mais j'ai horreur de lire un c'est nul c'est pourris. Mais je ne dirais jamais rien devant un je n'ai pas aimé apprécié.

Cklda
25/06/2018 à 15:13

@Gral94 il y a des clichés oui, mais il y a en a aussi sur bien d'autres communautés, c'est inhérent au cinéma, et je vous le dis, je suis moi même congolais et je parle de la diaspora ici qui a vu le film et ça n'est pas le retour le plus marquant. Personne ne m'a dit avoir été dérangé outre mesure par ça sinon s'être bien amusé de cette utopie africaine. Et ne pas se tromper: certains des stéréotypes invoqués ne le sont malheureusement pas toujours - les guerriers pompeux avec les attribues de pouvoir, les grandes phrases et les grigri, on les a bien chez nous (dans ma région regardez les Laurent N'kunda, Bosco Ntaganda, Bemba, Katoumbi et même le père Kabila pour vous en assurer).

Gral94
25/06/2018 à 14:05

mon dernier commentaire ayant été coupé je ne sais comment. à la fin il faut lire

je ne comprends pas que des journalistes de cinéma qui doivent certainement avoir des connaissances/amis/collègues/voisins nés en Afrique ou de parents Africains puissent ne pas mettre en avant les stéréotype que véhicule ce film.

Geoffrey Crété - Rédaction
25/06/2018 à 13:59

@Gral94

C'est probablement le moment où vous rappellera, à titre informatif vu ce que vous écrivez, qu'on a publié sur Ecran Large une critique très négative de Black Panther dès sa sortie, et qu'on a reçu une sacrée violence de la part de beaucoup de lecteurs, pour avoir osé penser cela. Des noms d'oiseaux aux accusations de racisme, ça a été assez spectaculaire et "intéressant".

Gral94
25/06/2018 à 13:53

@Cklda

Ce n'est pas que j'ai été choqué. c'est que, selon moi, les médias ont trop été dithyrambique dans leur critique, jusqu’à un certain point où on a l'impression qu'ils n'ont fait que relire le communiquer de presse de Disney et rien de plus tellement les mots et les tournures employés étaient identiques d'un journaliste à l'autre.

Que l'on retrouve ce genre de louanges du côté des média US, ne m'étonnes pas plus que cela, car les journalistes américains, tous comme les producteurs/réalisateur/scénariste de cinéma américain n'ont certainement jamais côtoyé un africain de naissance et encore moins se rendre en Afrique (je sais j'exagère un peu mais je ne dois pas être très loin de la vérité), mais en Europe et en France en particulier, de par notre passé colonial et notre proximité de l'Afrique, je ne comprends pas que des journalistes de cinéma qui doivent certainement pas dénoncé les stéréotypes véhiculé par ce film. et ceci est d'autant plus dommage car je trouve que black panther/T'Chala avait très bien été introduit dans civil war!

Cklda
25/06/2018 à 13:20

@Gral94 comme d'hab dans les films américain c'est en effet le folklore kenyan à l'honneur et l'imagerie hakuna matata, pour autant je t'assure que bien des africains n'ont pas été choqués, surement aussi pour les raisons que j'évoque plus bas. ca reste un film de super héros et donc une version ultra romantique de la réalité. Ensuite de la qualité intrinsèque du film au delà des sources qu'il invoque, je te laisse seul juge.

Gral94
25/06/2018 à 10:28

Ce film est censé être une ode à la culture Africaine, hors je le trouve bourré de Stéréotypes , à la limite du racisme, digne des films de l’année 80 (« le diamant du nil » pour ce citer que lui)
Ce film est selon moi une ode à la culture Africaine telle qu’elle est vu par les américains.
C’est un peu comme un film tourné en France ou l’on verrait des deux chevaux, des bérets, des baguettes de pain et des acteurs en marinière à rayures avec l’accent de pépé le putois (Armageddon, le dernier episode de sens 8)
C’est certainement un des plus mauvais films du MCU. Le scénario ne repose sur quasiment sur rien, le jeu des acteurs est plus que médiocre et pourtant parmi le casting il y a plusieurs acteurs que j’aime vraiment (Isaac de Bankolé, Angela Basset, Forest Whitaker…)

Quant au media qui se gargarisait sur le premier film mettant scène, pour son premier rôle, un super héros Marvel black, je leur répond : Blade qui est aussi une licence Marvel

Quand je lis un comics ou que je regarde un film du MCU ou du DCU, je me fiche complètement que le héros principal soit black, blanc, jaune… je n’y fait même pas attention. Mais si je devais mettre en exergue une production parce qu’elle représente une culture black… je mettrai en avant Luke Cage et ceci de très loin.

D’ailleurs à titre d’anecdote, j’ai vu ce film au cinéma lors de sa sortie. Hors mon fils n’ayant pas pu le voir avec moi, m’a demandé le lui ai acheté vendredi. Laissant généralement une deuxième chance a des films que je n’ai pas forcement apprécié (sans les détester) lors de mon premier visionnage. J’ai commencé à le regarder avec lui. Au bout d’une heure je suis parti dans ma chambre pour regarder un épisode de Luke Cage

Cklda
25/06/2018 à 08:34

Étant congolais et voyant l’impact du film sur la diaspora et les contacts en Afrique, le film est sûrement racisé et cyniquement produit en conséquence mais il reste un vrai positionnement et surtout un fantasme nécessaire pour bcp d’africains noirs. Alors oui les stéréotypes invoqués restent profondément ceux de l’Afrique noire vue par l’amerique, cad un folklore kenyan synchretique des westerns, mais voir le continent associe à une hyper civilisation surdéveloppée au pire réjouis et au mieux inspire. Un peu comme superman dont on sait que c faux mais qui inspire sur le fait qu’un homme aux pleins pouvoir pourrait être altruiste. Et on a notre Kent: Chala est intégre , altruiste donc, un brun reac mais toujours prêt à faire passer l´autre avant. Sinon oui le film est ultra classique dans sa structure, avec une DA pas toujours heureuse et l’etalo des power Rangers mais j’en garde le souvenir d’une belle aventure. Et ne pas négliger l’impact de la BO de K.Lamar.

Theo
24/06/2018 à 19:05

je ne me sens pas concerné par ce film conçu pour les blacks, par les blacks etc...pour un public black donc ...on nous parle de metissage ,de besoin de diversité à l'ecran tous les jours des choses hilarantes comme " Que le scénario adresse en filigrane la question de l'intégration, de l'ouverture vers l'Autre, de la peur de l'étranger," bref tout çà pour un public racisé.. de black donc ... je cherche encore mais je ne trouve pas la notion de "l'ouverture à l'autre" dans ce film, bref un gros film racisé.... ultra raciste en fait

Traoré
24/06/2018 à 12:58

Ce n'est pas le meilleur film du monde, cependant il a surpassé notre attendement. Belle politique marketing, beau casting. L'équipe du réalisateur n'est pas allée à cette aventure à l'aveuglette. Ils savaient ce qu'ils voulaient. Que des idiots l'acceptent ou pas, ce film est un phénomène sur tous les plans. Chapeau !

Plus
votre commentaire