xXx : Reactivated - critique triple Z

Simon Riaux | 25 octobre 2020
Simon Riaux | 25 octobre 2020

xXx : Reactivated, ce soir à 21h sur 6Ter

Ce n’est pas un mystère : Vin Diesel a besoin de consolider son étrange carrière qui ne tient qu’à un (énorme) fil, intitulé Fast & Furious. C’est sans doute pourquoi il tente ici de se diversifier en ressuscitant une franchise bourrine tombée dans l’oubli. Mais xXx est-il soluble dans le cinéma mainstream de 2016 et peut-il supporter d’être hybridé avec les ingrédients de la saga Rapide et Furieuse ? Réponse avec xXx : Reactivated, de D.J. Caruso.

Baboulinet on Fire

xXx premier du nom était un blockbuster pensé pour devenir une sorte de James Bond bourrin à l’adresse des fans de tunning et de déodorants à l’uranium, sa suite était un Direct To Video cruellement cheap. Le troisième épisode et simili-reboot a l’idée complètement absurde d’allier ses deux univers et nous offre une super production dont les tares techniques et artistiques compensent souvent l’effarante bêtise, tant elles deviennent hilarantes.

Ainsi, xXx : Reactivated, en dépit de son budget confortable, farcit la moindre de ses scènes d’actions de doublures numériques ridicules, voire d’inserts incroyablement foireux, alternant entre cascades spectaculaires et foirades dignes d’un Steven Seagal. Schizophrène, le film l’est jusque dans la construction de ses séquences d’action, le plus souvent complètement insensées.

Vous croiserez ainsi un DJ/geek/trépané tellement obsédé par l’infiltration qu’il s’infiltre… dans les boîtes où il mixe, un Vin Diesel tellement désireux de faire passer ses bourrelets pour des abdos qu’il ne peut s’empêcher d’accomplir des cabrioles au milieu d’une poursuite subaquatique dont on ne comprend pas la raison d’être, et un Samuel L. Jackson traité avec moins de considération qu’un mouchoir usagé d’adolescent priapique.

 

Photo Rory McCann, Ruby Rose, Vin DieselLa moue à la plage

 

Rire ou pleurer

Techniquement indigent, véritable tract mégalomaniaque à la gloire d’un Vin Diesel aussi svelte qu’un cochon de lait rissolé, xXx : Reactivated peut aussi légitimement provoquer l’hilarité que l’agacement, selon ce qu’on en attendra. Bien sûr, le métrage rate à peu près tout ce qu’il entreprend, mais il le fait avec une si réjouissante connerie qu’il en devient par endroit jubilatoire.

Sorte de Fast & Furious imaginé entre la poire et le fromage sur un fond vert, ce troisième chapitre ne sait pas s’il veut faire passer son acteur pour un sportif de haut niveau, emballer un Ocean’s Eleven pour dyslexiques ou retrouver le feeling du cinéma d’action décomplexé des années 90. Et avec un scénario rédigé par un adolescent en pleine poussée hormonale, difficile de s’en tirer.

 

Photo Vin DieselMi-Fast mi-Furieux

 

Pas évident de savoir à qui recommander la chose, mais gageons que les supporters de Diesel et les amateurs de pépites déviantes y trouveront un bonheur égal. Au final seuls les aficionados de grand spectacle risquent fort de rendre leur dîner devant xXx, tant le récit ne parvient jamais à emballer ou chorégraphier une séquence solide. La faute à la star du projet, trop obsédée par la volonté de phagocyter la moindre scène pour offrir mieux que des miettes à ses petits camarades.

Après un Rogue One qui traitait Donnie Yen avec une déférence bienvenue, difficile de ne pas enrager devant le personnage qu’interprète ici l’acteur, réduit à un faire-valoir dont le métrage limite honteusement les performances physiques. Tony Jaa est considéré avec le même dédain. Un choix qui reflète la Seagalisation d’un Diesel de plus en plus polluant, sur le point de se réincarner en pâté de campagne.

 

Affiche fr

Résumé

Résolument nul, perclus de bêtise et massacré par des effets spéciaux indigents, xXx : Reactivated saura néanmoins ravir les supporters hardcore de son acteur principal et provoquer l'hilarité des amateurs de grand n'importe quoi.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(1.3)

Votre note ?

commentaires

Dsluc
27/10/2020 à 12:23

Après un excellent numéro 1, la franchise méritait franchement mieux que les deux suivants.

Xxx
26/10/2020 à 16:01

Xxxl
Xxx

Mat09
25/10/2020 à 21:23

Franchement un immense merci a Mr Riaux qui après lecture m'a fait penser différemment sur ce navet
Comme quoi d'une grosse daube a ouevre d'art il n'y a qu'une critique...

banban
25/10/2020 à 21:10

Mark Sinclair Vincent devrait abandonner son pseudo ridicule apposé à un cinéma tout aussi risible et se décider enfin à camper des rôles dignes de ce nom. Il parait que Spielberg, himself, a vu quelque chose en lui, c'était il y a très longtemps.

Pour les 10 années à venir fini la boule à zéro, les marcels, les bourre-pifs, les punchlines de mâle alpha et les engins à moteur. Ce serait déjà un bon début, surtout que de toute façon Dwayne Johnson fait déjà "mieux" que lui sur ce créneau.

C'est que j'ai encore les yeux qui saignent d'avoir vu de Bloodshot (ne riez pas, on était en confinement...).

Hérésie
14/03/2017 à 02:01

Merci pour cette critique, elle m'a plus diverti que ce navet.


02/03/2017 à 23:05

Xxx

sylvinception"
19/01/2017 à 14:12

"la Seagalisation d’un Diesel de plus en plus polluant"
Très jolie celle-ci mdr!!

sylvinception
19/01/2017 à 14:09

"RIP Vin Diesel."
T'as pas l'air au courant de l'existence de la franchise F&F...

corleone
19/01/2017 à 13:37

Je sais pas combien de fois j'ai déjà relu cette critique, mais à chaque fois c'est le même fou rire !!! Non faut plus que je relise, ça devient dangereux pour la santé ha ha haaa MDR

kolby
19/01/2017 à 11:36

Rien qu'un un film d'action pour les amateur de film d'action. Je pars je regarde et je m'en fout du reste. A partir du moment que je ne suis pas déçu des acteurs et des actions

Plus

votre commentaire