My Life Directed by Nicolas Winding Refn : Critique égotique

Simon Riaux | 27 avril 2016
Simon Riaux | 27 avril 2016

On est tout d’abord un peu circonspect devant My life directed by Nicolas Winding Refn. Troisième documentaire consacré au formaliste de Bronson, Drive ou encore Valhalla Rising, cette nouvelle incursion dans le crâne de l’artiste gentiment mégalomane est cette fois réalisée par sa propre femme, durant le tournage de Only God Forgives, réputé problématique.

Bangkok Dangerous

Ce documentaire intime, au-delà de son impudeur conceptuelle, se frotte donc à une figure éprouvée de la cinéphilie : le making-of apocalyptique, dont la figure tutélaire demeure Heart of Darkness, le doc signé par l’épouse de Coppola durant le tournage d’Apocalypse Now, digne des plaies d’Egypte. Et si on craint initialement que cette curiosité ne puisse se mesurer à ses prédécesseurs, ou bute sur l’ego aussi maladroit qu’envahissant de Nicolas Winding Refn, le film évite rapidement cet écueil.

Liv Corfixen

La force de My life directed by Nicolas Winding Refn, c’est avant tout sa dimension kaléidoscopique. Le documentaire alterne ainsi entre la chronique familiale, voire thérapeutique, le making-of, l’analyse artistique et la radiographie d’un couple. Ces éléments s’entremêlent, se répondent, et jouent malicieusement avec les préjugés du spectateur.

 

Only Liv forgives

Et finalement, ce n’est pas tant une exégèse de l’artiste ou une réflexion sur son geste créateur qui nous est proposée, mais une déclaration d’amour, branque et protéiforme de la part de Liv Corfixen, qui n’a de cesse de surprendre, et parvient finalement à nous émouvoir, tant dans les tourments de son couple, mieux assorti qu’il n’y paraît, que dans l’énigme égotique que constitue son époux.

Le documentaire se plait ainsi à nous manipuler, tout comme Winding Refn tente d’influencer la caméra qui le scrute. Bien sûr, l’ensemble souffre de n’être finalement qu’un patchwork un peu anecdotique, voire dispensable, pour qui n’est pas un cinéphile confirmé ou un fan de Refn, mais il offrira à ces derniers moult raisons de se réjouir. Des interactions avec un Ryan Gosling parfait de décalage, à une séance de tarot où Jodorowski en personne joue les conseillers matrimoniaux, cette curiosité filmique recèle moult petites pépites.

Liv Corfixen

Résumé

Ego trip, introspection, jeu intime et impudique, My Life Directed by Nicolas Winding Refn est une curiosité bienvenue et inclassable, qui enchantera les fidèles du réalisateur.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire