Seul sur Mars : critique spatiale

Simon Riaux | 29 octobre 2017 - MAJ : 30/11/2019 12:14
Simon Riaux | 29 octobre 2017 - MAJ : 30/11/2019 12:14

Avant de nous embarquer pour Alien : CovenantRidley Scott se retrouve Seul sur Mars, sorte d’Apollo 13 mâtiné d’anticipation pop et d’effets spéciaux à tous les étages. Qu’en est-il de ce Robinson Crusoé sur la planète rouge ?

HOUSTON Y'A PAS DE PROBLÈME

Après plusieurs œuvres torturées pour ne pas dire franchement désespérées, on pouvait supposer que Sir Scott ferait de cette aventure spatiale une odyssée un peu éprouvante. Contre toute attente, Seul sur Mars s’avère être de très loin le film le plus détendu de son auteur, un feel good movie assumé et optimiste. Grâce à un montage qui joue avec intelligence des contrastes (la fourmilière de la NASA, la solitude du héros, les oppositions dialogues/monologues), le film multiplie les coupures au sein de son rythme et fait preuve de beaucoup d’humour.

 

photo, Matt DamonMatt Damon

 

La réussite de l’ensemble, au-delà du sens du spectacle indiscutable de Ridley Scott et de la très bonne tenue du casting, tient à la performance de Matt Damon. Ce dernier retrouve ici une simplicité, mélange évident de charisme et de malice, qui faisait cruellement défaut à ses dernières prestations, parfois trop empesées. Il est l’âme du métrage, celui par lequel sa roublardise et sa générosité parviennent jusqu’au spectateur. Même lors des séquences les plus classiques ou stéréotypées du film, son énergie parvient à renouveler sans mal notre intérêt.

L’autre accomplissement de l’aventure tient à son mélange d’inventivité et de réalisme, ou comment équilibrer à la perfection le grand écart entre science pure, invention, et jeu avec le spectateur. Seul sur Mars jongle ainsi avec différentes tonalité qui se combinent à merveille. Ni film catastrophe, encore moins pur récit d’aventure, pas plus qu’œuvre d’anticipation pompeuse, le blockbuster s’avère une sorte de comédie épique à l’atmosphère étonnamment positive, entièrement dédiée au bien-être du public en quête de sensations fortes.

 

seul sur marsLe compte est bon

 

LA CROISIÈRE S'AMUSE

Le metteur en scène nous offre donc son film le plus divertissant et accessible de longue date, mais aussi le plus anodin. L’angoisse existentielle de Cartel est envolée, aucune trace des questionnements spirituels qui tordaient son Exodus : Gods and Kings, ou même des tensions symboliques qui animaient Prometheus. Si Seul sur Mars est incontestablement plus polissé que ces derniers, il est aussi moins consistant.

C’est ce qui fait sa limite objective, ce qui lui interdit de nous troubler et de nous rester en mémoire avec la même insistance. Bien sûr, on pourra s’amuser de l’espèce de bras de fer virtuel entre le métrage et Interstellar (sorti un an avant), noter l’aisance avec laquelle l’artiste orchestre pour nous un grand spectacle impeccablement maîtrisé, mais aussi regretter l’absence totale de mise en danger.

 

Afffiche

Résumé

Divertissant et malin, le film de Ridley Scott ne marquera pas les mémoires mais ne manque pas de panache.

Autre avis Geoffrey Crété
Malgré la maîtrise de Ridley Scott, sa direction artistique impeccable et son casting solide, Seul sur Mars reste une superproduction clinquante et formatée, assénée comme une leçon un peu triste et molle de spectacle hollywoodien classique. Pas de faux pas, et pas plus de magie, de folie ou d'intensité remarquable.

Lecteurs

(4.5)

Votre note ?

commentaires

jabo
29/10/2018 à 21:06

Je ne sais pas si le plus dangereux c'est d’être seul sur mars ou d'écouter ABBA en boucle ?
Un film sympa à voir.
À propos des inégalités des salaires entre un homme et une femme, il est logique qu'à travail égal salaire égal. Mais au tennis les joueuses touchent plus alors qu'elles restent moins longtemps sur les courts.

west666
30/12/2015 à 14:58

trop long chiant se passe pas grand chose au bout de 1 h on s'ennuie déja a oublier perso

Momo Imzouren
03/11/2015 à 11:48

Film sympa mais je m'attendait a un peu mieux, un peu trop "Humour" à mon gôut, j'aurai préféré que se soit un peu plus sombre du genre Gravity, mais ça reste un bon film sympa 3,5/5

mesangelique
25/10/2015 à 21:39

On y va pour les images de la planète rouge et le certain réalisme reconnu par les scientifiques. Mais c’est un Matt Damon, plein d’humour et de philosophie, que l’on retrouve. Sans grande originalité dans le scénario et une réalisation américaine type « blockbuster » avec un happy end, « Seul sur Mars » reste une belle aventure, entre « Gravity » et « Seul au monde ».

Zardoz
21/10/2015 à 23:30

Un acteur passe en gros 1 mois et demi sur le tournage, éventuellement une semaine ou deux de prépa ou répétitions, et une tournée promo plus ou moins longue où il voyage pour répondre aux questions et être pris en photo.
Développer un film, depuis le scénario (souvent commandé par un studio qui achète les droits, comme ici du livre) jusqu'à la longue post-prod, est hautement plus laborieux. Donc normal qu'un studio gagne plus !! Un acteur ne perd rien, sauf peut-être un peu de sa réputation dans certains cas exceptionnels. Un studio, lui, mise gros (plus ou moins gros certes, mais nettement plus que Damon qui est déjà parti tourner Bourne)

Neo
21/10/2015 à 22:43

Même si ces sommes sont astronomiques le gagnant reste les producteurs.
Si un acteur rapporte autant pourquoi n'est il pas payé autant.
Vaste débat...

SMQ
21/10/2015 à 15:00

Exact, Chastain n'apparait que dans qque scènes, Damon est là du début à la fin.

Sinon, bien aimé le film, beaucoup d'humour en effet, peut-être 15/20 minutes de trop, mais ça reste un bon divertissement.

Nea
21/10/2015 à 13:19

Et le temps de présence n'est absolument pas égal au passage ! Damon est dans 90% du film, Chastain a une poignée de scènes. Tout le film repose sur Damon (de l'histoire jusqu'à l'affiche et le marketing) donc la comparaison n'est pas pertinente.

Nea
21/10/2015 à 13:17

Vaste débat sur les salaires hollywoodiens (qui sont à la hauteur néanmoins des sommes colossales récoltées par les studios, qui utilisent la notoriété des stars, donc inévitable et logique qu'elles aient un salaire du même ordre) mais infos inexactes. Chastain a elle-même répondu qu'elle avait touché bien moins de 2M. Et jusque là celui de Damon est non officiel (entre 15 et 30M selon les sources)

Karlito
21/10/2015 à 12:59

D'aprés France Inter, Damon touche 20 millions et l'actrice Chastain 2,5 millions pour un temps de présence a peu prés égal... De très bons acteurs, mais Damon devrait toucher 2,5 aussi. 20 millions... Avec un salaire moyen, il faudrait travailler 8000 ans pour atteindre une telle somme!! je ne parle même pas du smic...

votre commentaire