Critique : Reines du ring (Les)

Maryne Baillon | 2 juillet 2013
Maryne Baillon | 2 juillet 2013
Personne n'avait vraiment misé sur ces quatre reines du ring. Il faut dire qu'après le fiasco de Bowling l'année dernière, que Jean-Marc Rudnicki s'attaque à un girl movie sur fond de catch féminin pour son premier long métrage paraissait un peu casse-gueule. C'est pourtant avec cet univers peu populaire dans nos contrées que le film tire le mieux son épingle du jeu. Le catch se révélant même être le milieu idéal pour une comédie déjantée. Encré dans la culture populaire américaine, ce show, combinant performances sportives et théâtrales, puise ses origines dans le cirque et le burlesque. Les catcheurs, principaux acteurs de cette cour de récré géante, déploient leurs muscles, jouent la comédie et embrassent le mauvais goût dans des costumes moulants où les paillettes et le lycra sont rois. Dans un contexte comme celui-ci, il n'est même pas nécessaire de caricaturer la discipline pour obtenir des situations cocasses et des gags en tout genre. Et ça, Rudnicki l'a bien compris. Son originalité, il va la chercher dans ce quatuor de femmes aux caractères contrastés, de générations différentes, qui ont comme seul point commun ce désir de prendre leur vie en main pour se révéler, enfin. Ce qu'elles feront lorsqu'elles découvriront le catch. Et même si les filles règnent en maître, elles ne peuvent éclipser pour autant la présence d'André Dussollier en coach sportif qui semble avoir pioché des idées du côté de chez Clint Eastwood dans Million dollar baby pour composer son personnage. D'ailleurs clin d'oeil ou pas, une scène rappelle en tout point son modèle américain dans la mise en scène jusque dans les dialogues, lorsque Rose (Marilou Berry) pousse la porte du gymnase de Richard « Coeur de Lion », ancien catcheur professionnel, pour lui demander de la coacher. Il repousse plusieurs fois sa demande, avant de se laisser convaincre par l'inflexible détermination de la jeune femme tout comme Eastwood pour Hilary Swank.

Mais la ressemblance s'arrête là car au-delà du plaisir sincère de découvrir l'univers du catch à travers l'élégance et la spontanéité de ces quatre actrices, difficile de faire l'impasse sur des dialogues mal ciselés et une histoire qui ne réussit jamais à se débarrasser de quelques mauvais clichés un peu pathos propres aux comédies populaires actuelles. Le film reste un bon premier jet pour lancer définitivement la tendance du girl movie (honorée avec Mes meilleures amies) et l'encourager à dépasser les frontières américaines pour venir s'installer durablement chez nous. On a peut-être pas le quarté gagnant composé de Kristen Wiig, Melissa McCarthy, Maya Rudolph et Rose Byrne, mais nous avons Marilou Berry, Nathalie Baye, Audrey Fleurot et Corinne Masiero qui s'avèrent être vraiment une bonne surprise pour bien débuter l'été.

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire