The Secret : critique

Laurent Pécha | 23 avril 2012 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Laurent Pécha | 23 avril 2012 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Quatre ans après Martyrs et un paquet de projets abandonnés (le remake d'Hellraiser en tête), Pascal Laugier livre son nouveau film, son troisième. C'est de loin le plus réussi car le cinéaste a su tirer parti de ses deux œuvres précédentes pour en extraire le meilleur et le mettre au service d'un récit d'un classicisme magnifique dopé par des thèmes encore une fois sombres et pour le moins provocateurs.

Œuvre une fois de plus très personnelle alors même que ses origines et son histoire la placent dans un univers des plus américains, The Secret (quel titre débile qui incite à la réflexion alors que le « The tall man » original était si inquiétant et énigmatique) est une lettre d'amour à un cinéma fantastique qui aurait comme source d'inspiration les écrits de Stephen King. Le nom du célèbre écrivain plane constamment sur un récit qui nous plonge dans une petite ville peuplée des laissés pour compte de l'Amérique où régulièrement de jeunes enfants disparaissent sans jamais être retrouvés. En cause le fameux « tall man », mystérieux boogeyman qui fait doucement pencher la balance de l'histoire sur une pente fantastique que Laugier va habilement maîtriser pour créer une ambigüité fascinante autour de son héroïne interprétée par Jessica Biel.

 

photo, Jessica Biel

 

Dans une intrigue presque constamment à la première personne, la star américaine confirme qu'elle possède bien l'étoffe pour porter un vrai rôle dramatique sur ses épaules en faisant preuve d'une palette émotionnelle peu vue jusqu'ici. Qu'elle se lance dans une poursuite haletante pour récupérer son enfant (LA scène spectaculaire du film) ou qu'elle montre sa vulnérabilité suite à des rebondissements scénaristiques qui changent considérablement la donne, l'actrice offre à son réalisateur ce supplément d'âme qui permet à The Secret de ne jamais être qu'un simple thriller horrifique diablement efficace.

 

Affiche française

Résumé

Avec un tel atout bien malmené au fil de l'intrigue (une constante chez le réalisateur), Pascal Laugier peut aller au combat en toute quiétude et tenter une nouvelle fois de surprendre quand ce n'est pas choquer son public avec une radicalisation du récit qui fera une nouvelle fois parler d'elle. Sauf que cette fois-ci, elle est faite « à l'américaine » avec le souci constant de ne jamais perdre de vue la notion de spectacle. L'histoire toujours plus forte que le propos... La traversée de l'Atlantique a parfois du bon pour nos compatriotes !

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.3)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire