Fantastic Mr. Fox : critique au poil

Jean-Noël Nicolau | 29 avril 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Jean-Noël Nicolau | 29 avril 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Wes Anderson s'essaie au film d'animation avec quelques renards et beaucoup de magie.

Wes Anderson est un poseur, un spécialiste du cinéma apprêté et artificiel, monté et mis en scène comme un petit théâtre de marionnettes. C'est donc sans surprise que Fantastic Mr. Fox s'affirme comme son meilleur film, l'auteur semble avoir trouvé là exactement le sujet et la technique qui lui convenaient. D'une beauté (certes orangée) à couper le souffle, l'œuvre est une petite sucrerie rythmée et ironique, définitivement charmante même si loin d'être parfaite. On retrouve ainsi les travers habituels d'Anderson, qui a toujours autant de mal à décrire des personnages attachants qui dépassent le cadre de l'ébauche. Cependant, ses efforts n'ont jamais autant porté leurs fruits et les quatre ou cinq principaux protagonistes se détachent sans mal d'une galerie de bestioles secondaires complètement bâclées malgré un casting vocal tout bonnement incroyable (de George Clooney à Willem Dafoe en passant par Meryl Streep et Bill Murray).

 

photo


Anderson peut remercier Roald Dahl, qui lui fournit une charpente inébranlable. Fantastic Mr. Fox n'est jamais aussi bon que lorsqu'il s'abandonne totalement à la comptine, sur une sélection musicale comme toujours sublime (les Beach Boys par deux fois, par exemple, et une intervention exclusive de Jarvis Cocker, excusez du peu). Le problème essentiel du film tient peut-être en sa nature schizophrénique, qui le rend un peu trop distancié pour les mômes et trop léger pour les adultes. Il est par ailleurs très difficile de ne pas avoir en tête Wallace et Gromit et Chicken Run, dont Wes Anderson reprend des pans entiers, sans que l'on sache très bien s'il s'agit d'hommage ou de pompage sans vergogne.

 

photo


Pourtant le plaisir, simple et futile, est bien présent. On passe un agréable moment et on admire la technique impeccable de l'œuvre. On sourit souvent, on note quelques très belles scènes (l'apparition d'un loup lointain en particulier) et on pardonne les longueurs (le film ne sait jamais quand finir). Devant ce bon petit divertissement, une chose est sûre : Wes Anderson doit continuer dans l'animation, il a trouvé sa voie !

 

Affiche

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire